Le plus beau roman d'amour ?

Belle du seigneur d'Albert Cohen. Lorsque Solal et Ariane échangent leur premier baiser, je me suis évanouie ! La lecture offre parfois des vertiges, tant les sentiments y sont exacerbés.
...

Belle du seigneur d'Albert Cohen. Lorsque Solal et Ariane échangent leur premier baiser, je me suis évanouie ! La lecture offre parfois des vertiges, tant les sentiments y sont exacerbés. Le basculement. On attend tous inconsciemment de tomber amoureux ou de gagner au Lotto. Or, les failles sont plus intéressantes. Les rencontres, les joies et les peines nous obligent à remettre les choses dans l'ordre. Leur capacité à remplir dix journées en une. Généreuses, les femmes sont de grandes amoureuses. Dans la maternité, j'aime le côté animal et le surpassement. Lâcher tout ce qu'on avait projeté et se laisser surprendre. Cela nous ouvre des portes insoupçonnées. Je ne pensais pas en être capableàEparpillée, je tombais amoureuse dix fois par jour ! Alors, je finissais par tous les confondre (rires). " Comme tu veux ". Cette disponibilité morale implique qu'on soit accordé au tempo de l'autre. Casser les codes. Malgré mon besoin d'être à deux continuellement, j'ai accepté de ne pas vivre ensemble ; de ne pas partager le quotidien. Avoir l'autre planté en soi, même à des kilomètres de distance. La confiance le cimente. Oui. Généreux, ils possèdent un bel élan. Ces êtres curieux y croient car ils n'ont pas été trop abîmés par la vie. Ceux qui se protègent ne peuvent pas connaître l'amour. L'existence est faite de grandes joies et de grandes douleurs. Il n'y a pas d'entre-deux ! Maintenant. J'ai connu mon premier amour il y a six ans. Ce n'est pas le premier, mais le premier vrai sentiment amoureux. Parfois, on ne le rencontre jamais, parfois on le rencontre tardivement. Ça peut être une image préfabriquée ou une superstition quant à la peur de se brûler les ailes si nos aspirations sont trop élevées. Si on l'atteint, on meurt. Mieux vaut qu'il reste inatteignable. Le Premier Amour, par Véronique Olmi, Grasset, 300 pages. Kerenn Elkaïm "Généreuses, les femmes sont de grandes amoureuses."