Il y a quelque temps encore, j'étais semblable à une explication de Charles Michel : fumeuse. Cela fait bientôt quatre mois déjà que je n'ai plus touché à une clope (le temps passe vite quand on s'amuse), c'est pourquoi j'ai décidé de partager avec vous ma méthode simple pour arrêter de fumer.
...

Il y a quelque temps encore, j'étais semblable à une explication de Charles Michel : fumeuse. Cela fait bientôt quatre mois déjà que je n'ai plus touché à une clope (le temps passe vite quand on s'amuse), c'est pourquoi j'ai décidé de partager avec vous ma méthode simple pour arrêter de fumer. C'est bien évidemment de la grosse connerie, un moyen commode pour se sevrer du tabac, c'est comme un accouchement sans douleur ou une ouverture facile : ça n'existe pas. Ben oui Roger, en finir avec la cigarette, c'est du sang, de la sueur et des larmes ! J'ai commencé à l'âge de 15 ans pour faire comme mes copines, les mêmes à cause de qui j'ai porté des Buffalo et un ras-de-cou façon tattoo (c'est plus mes copines). Quinze ans et une bonne centaine de milliers de sèches plus tard, je suis arrivée à la conclusion qu'en matière de développement personnel, on a fait mieux que l'insuffisance respiratoire comme objectif de vie. J'ai donc écrasé ma dernière le 17 juin et c'est, depuis, une longue lutte pour ne pas replonger. J'ai pour ma part stoppé net du jour au lendemain, sans substitut nicotinique ni vapoteuse. Clairement, je ne le recommande pas, le sevrage très brutal a entraîné chez moi beaucoup d'anxiété et d'irritabilité. Fumer tue, certes, mais à en juger par les envies de meurtre que j'ai développées, arrêter aussi. J'ai heureusement pu bénéficier de l'aide d'un ami... pour planquer les corps. Trêve de plaisanterie, j'aurais dû, avec le recul, essayer une autre méthode moins radicale, comme celle qui vise à associer la cigarette à un stimulus auditif désagréable. Le principe est le suivant : chaque fois que vous tirez sur une gauloise, vous vous mettez dans les oreilles un son insupportable. A la longue, vous finissez par associer les deux et réduire votre consommation de tabac. Je n'ai pas personnellement testé cette façon de faire, mais elle a donné de bons résultats autour de moi. Quelle que soit la technique que vous privilégiez (hypnose, acupuncture, patchs...), l'essentiel est de ne pas présumer de vos forces. Attendez un peu avant de vous exposer à la fumée des autres et, si vous vivez avec un adepte de la nicotine, montrez-vous ferme, rien de mieux pour craquer qu'un paquet qui traîne ou un cendrier plein. Dans tous les cas, dites-vous que les envies, quand elles surgissent, durent en général moins de 5 minutes, ce qui leur fait un gros point commun avec mon dernier rapport sexu... non, rien. Je suis pour ma part contente de l'avoir fait et constate une nette amélioration de ma qualité de vie, même si je subis encore un symptôme inquiétant provoqué par le manque : le besoin de manger sainement et de faire du sport. Heureusement qu'il reste l'alcool. Par FLORENCE MENDEZ