S'il y a bien une chose que je ne supporte pas (hormis la coriandre, les pigeons, la pluie, Tom Cruise, le fils de ma voisine, entendre ma propre voix sur un répondeur, Despacito), c'est cette période maudite entre toutes que l'on nomme les grandes vacances. Ne rien faire étant la chose la plus anxiogène que je connaisse (hormis les araignées, l'orage, les espaces confinés, l'avion, les chiens mais que les bruns, Despacito), juillet et août sont une véritable torture. Loin d'être relaxante, l'inactivi...