Armé d'une culotte rose, le joueur a pour mission d'attraper des serviettes hygiéniques en esquivant les feuilles d'arbre ou de journal, chiffons et autres matériaux inadaptés pour absorber les flux menstruels. A la fin de chaque niveau s'ouvre une porte qui brise des préjugés sur les règles, notamment qu'elles sont mauvaises ou rendent les femmes "impures".

Cette application, nommée MoHim, qui signifie "effort" en langue ourdoue, a été conçue par une Pakistanaise, Mariam Adil, qui dirige Grid, une start-up développant des jeux facteurs de changements sociaux.

Un prototype du jeu a été lancé sur iTunes au début du mois, et Grid va s'associer avec l'ONG canadienne Femme International pour promouvoir l'usage de l'application dans les bidonvilles de Nairobi au Kenya.

Armé d'une culotte rose, le joueur a pour mission d'attraper des serviettes hygiéniques en esquivant les feuilles d'arbre ou de journal, chiffons et autres matériaux inadaptés pour absorber les flux menstruels. A la fin de chaque niveau s'ouvre une porte qui brise des préjugés sur les règles, notamment qu'elles sont mauvaises ou rendent les femmes "impures". Cette application, nommée MoHim, qui signifie "effort" en langue ourdoue, a été conçue par une Pakistanaise, Mariam Adil, qui dirige Grid, une start-up développant des jeux facteurs de changements sociaux. Un prototype du jeu a été lancé sur iTunes au début du mois, et Grid va s'associer avec l'ONG canadienne Femme International pour promouvoir l'usage de l'application dans les bidonvilles de Nairobi au Kenya.