L'Asie le fascinait. Mais ses rêves d'Orient, il préféra les imaginer, les écrire, les dessiner, les tailler, les draper, les montrer sur podium, puis dans la rue. Car Yves Saint Laurent (1936-2008) était un parfait voyageur immobile, s'offrant le luxe et la jouissance de tout fantasmer, ou presque, lui qui trouvait " merveilleux " que le rêve et la réalité ne fassent qu'un. En précurseur exigeant, le créateur fusionna dans sa mode ses visions oniriques et ses exotismes évanescents, qu'il avait abondamment nourris de lectures curieuses, d'objets raffinés amoureusement collectionnés et de récits d'amis, proches ou lointains, mieux qu'extravagants.
...