Tram Experience

06/03/12 à 14:47 - Mise à jour à 14:47

Source: Weekend

Tram Experience

Lay-out :

L1000

Edition :

LW

Document Word :

LW_Check_in_Check_out

Mot-clé :

Page :

Semaine :

Photos :

Rédacteur :

Remarques :

Workflow :

j'ai testé

Déguster un menu trois services d'un chef doublement étoilé dans un tram parcourant les plus belles avenues de Bruxelles ? Déjà mes papilles frétillent. Ma moitié est plus sceptique : "Cela existe le mal de tram ?". Face à la bête, ses doutes s'envolent. C'est vrai qu'il a de la gueule. La déco est d'inspiration nordique : tout est blanc excepté le sol, en bois. D'origine, les plafonds, les néons et la carcasse. La transformation est réussie. Sur les tables en plastique, façonnées pour que verres et couverts s'imbriquent parfaitement, champagne et amuse-gueules attendent. Les smartphones crépitent. Ding ding ! Départ. Les premiers à-coups font rire les convives. Le serveur, concentré sur mon verre de vin, se rattrape de justesse. Pas une goutte de ce bon Riesling n'est tombée à côté. Je le félicite. "Ça fait partie du folklore...". Absorbés par la magie du lieu, nous n'avons pas encore profité du paysage. Plutôt que les lumières de la ville, ce sont les visages ahuris qui nous amusent. Arrivée des cannelloni de veau, crème de foie gras d'oie aux olives vertes, Comté 18 mois. La recette de Lionel Rigolet chef du Comme chez soi, est présentée par un traiteur. Les portions sont identiques à celle d'une adresse à macaron, mais, soyons honnêtes, la finesse manque. Le veau, à la lumière du néon bleu, ressemble à une simple tranche de jambon. Ma moitié est devenue verte. Il bénit la pause de dix minutes à Montgomery. La suite du menu rattrape tout. Mention excellent pour le sandre à la réduction de Syrah au curry fumé. Idem pour le dessert. L'expérience nous donne envie de réitérer... en journée. Le bémol ? Les toilettes. Rapidement out of order. Un détail...

Nos partenaires