La chronique de Grégoire Polet: coup de Gaulle

21/10/10 à 13:13 - Mise à jour à 13:13

Source: Weekend

Toutes les deux semaines, l'écrivain Grégoire Polet nous dévoile ses coups de coeur et coups de griffe.

La chronique de Grégoire Polet: coup de Gaulle

Qui lit De Gaulle? Personne, évidemment, et c'est un tort.
L'autre jour, j'ai ouvert ses Mémoires de guerre (deux gros volumes, en Poche) : impossible de les refermer. C'est passionnant.
De quoi s'agit-il? D'une vaste épopée. Qu'est-ce que ça raconte? Le personnage principal, qui s'appelle le Général de Gaulle, après la destruction de sa patrie, part en exil et, suite à une longue errance pleine d'aventures glorieuses et honteuses, de joies et de peines, de douleurs, de passions, de colère, d'espoir, de déconvenues, parvient à son but, conquiert un territoire et (re)fonde une patrie. En gros, c'est un tiers d'Iliade, un tiers d'Odyssée et un tiers d'Énéide.
Techniquement, c'est parfaitement une épopée. Les historiens enseignent que les lettres françaises ont excellé dans tous les genres, sauf dans le genre épique (après la fin des chansons de geste). Les écrivains eux-mêmes le savaient et plusieurs, non des moindres, ont tout fait pour combler cette lacune identitaire grave. Incapable d'assumer Rabelais et Scarron (too much, trop scato), la France n'eut que Ronsard, avec sa nulle Franciade, puis Chapelain, avec sa cocasse Pucelle ou la France délivrée ; puis Voltaire himself s'était sérieusement planté avec la Henriade ; Alexandre Soumet plongeait dans l'oubli éternel avec sa Divine épopée (toutes oeuvres amusantes à lire, bien qu'aujourd'hui difficiles à trouver). Même Victor Hugo n'avait pas osé se lancer dans une épopée sur la fondation de la France.

Mais on a oublié l'écrivain Charles De Gaulle ! C'est lui, avec ses Mémoires de guerre, qui a donné à son pays une Enéide. (À lire, à lire!). Maintenant, ce qui serait farce, ce serait de parvenir à écrire une épopée nationale belge. Après Till Ulenspiegel, pourquoi pas une Letermiade ou un Bart l'espiègle ? Chiche!

Grégoire Polet

En savoir plus sur:

Nos partenaires