Liya Kebede, top de coeur

27/08/13 à 12:01 - Mise à jour à 12:01

Source: Weekend

Devenir maman a rapproché le top model Liya Kedebe de son pays d'origine, l'Ethiopie. Elle se consacre désormais à l'aide aux femmes et aux enfants en Afrique.

Liya Kebede, top de coeur

La ligne Lemlem est disponible sur Lemlem.com, net-a-porter.com, ainsi que chez Barneys et J-Crew à New York.

Elle a tout pour elle. Et pour les autres. Outre sa plastique de rêve, Lyia Kebede possède aussi la beauté du coeur. Quand le créateur Tom Ford a rencontré pour la première fois le top model africain lors d'un casting à Paris, en 2000, il a été frappé par son regard. " J'ai été immédiatement conquis, raconte-t-il. Liya projette une aura de bonté et de calme qui fait même de l'ombre à son extraordinaire beauté physique. Plus tard ce jour-là, quand j'ai essayé de me souvenir à quoi elle ressemblait, je me suis rappelé uniquement de ses yeux. "

Du haut des podiums, la belle Ethiopienne, née à Addis-Abeba en 1978, n'a jamais oublié les siens. C'est en mettant au monde ses deux bébés, aux Etats-Unis, qu'elle prend réellement conscience du gouffre qui sépare les deux continents. " J'ai découvert que dans certains pays, les femmes ne mourraient pas pendant la grossesse et l'accouchement. Ça a été une véritable surprise pour moi. A New York, j'ai vraiment compris les différences de traitement et de soins entre l'Amérique et l'Afrique, où tout se passe bien souvent sans clinique, sans personne et où la moindre complication peut vous ôter la vie ", explique l'égérie black de la marque des cosmétiques Estée Lauder, puis de L'Oréal Paris, dans une interview au site Internet Afrik.com.

En 2006, elle devient ambassadrice de bonne volonté de l'Organisation Mondiale de la Santé, en charge de la santé maternelle, néonatale et infantile. Poursuivant sa mission bienfaitrice, elle lance, en 2007, sa propre ligne de vêtements baptisée Lemlem, qui signifie " fleurir " en amharique, sa langue natale. Elle débute avec des collections pour les enfants, dont sa fille est la première mannequin. Elle y ajoute ensuite des accessoires pour les mamans, puis une collection Femme. Toutes les pièces sont produites dans son pays natal, à la main, par des acteurs locaux, sur des métiers à tisser, selon des techniques typiques de tissage et de broderie.

La volonté de Liya est claire : dynamiser cet artisanat condamné à mort par la globalisation et le " made in China ". A travers le " made in Ethiopie ", la belle veut redonner ses lettres de noblesse à un art ancestral et créer de nouveaux emplois, notamment à travers des coopératives de femmes. " Notre espoir : que nos tisserands soient en mesure de se construire un meilleur avenir, pour eux et les générations qui les suivent ", indique celle qui est aujourd'hui devenue une businesswoman engagée.

Tout en légèreté et transparence pour l'été, plus douillette pour l'hiver, la garde-robe Lemlem est simple et naturelle, à l'image de sa créatrice. Les foulards sont les pièces maîtresses de la ligne et viennent agrémenter des tuniques, des robes longues façon caftan, des paréos, des pantalons et des shorts en coton. Les couleurs de base sont le blanc et l'écru, rehaussés de motifs géométriques et de rayures joyeuses ou carrément fluo. Pour les petits, la griffe propose des barboteuses, des robes et des sweat-shirts, pour un look frais et sans fioritures. Depuis quelques années, la marque de prêt-à-porter américaine J-Crew, qui connaît un franc succès, s'est associée à Liya Kebede pour distribuer en fanfare une partie de ses collections.

Figurant parmi les mannequins les mieux payées de sa génération et mariée à un financier, la sublime New-yorkaise est aussi philanthrope, à la tête de sa propre fondation. " J'ai créé le Liya Kebede Foundation parce que chaque minute, une femme meurt en couches de par le monde. C'est inacceptable. Il a été prouvé que quand vous investissez dans la vie d'une maman, vous générez des familles en meilleure santé, de la croissance économique et des sociétés plus stables ! " Après la divine reine de Saba, l'Ethiopie a sa nouvelle Dame de coeur.

Par Elodie Perrodil

En savoir plus sur:

Nos partenaires