Six petites histoires croustillantes sur Melania Trump

10/05/16 à 12:33 - Mise à jour à 09/11/16 à 14:05

Source: The Independent

Les First Ladies en devenir attirent toujours l'attention. C'est évidemment aussi le cas de Melania Trump, la troisième femme de Donald Trump, d'origine slovène. Voici 6 petits secrets sur celle qui s'installera prochainement à la Maison Blanche, compulsés par le journal anglais The Independent.

Six petites histoires croustillantes sur Melania Trump

Melania Trump. © REUTERS

Les médias s'intéressent toujours de très près aux époux et épouses des candidats américains à l'investiture. Si l'on ne présente plus Bill Clinton, Melania Trump, la troisième épouse du magnat de l'immobilier Donald Trump, désormais élu 45e président des Etats-Unis, intrigue par son côté mystérieux, souvent en retrait de son mari. Récemment, les journaux anglo-saxons ont révélé quelques petites histoires croustillantes sur l'ancien mannequin slovène de 46 ans mariée au milliardaire depuis 2005.

Melania a un demi-frère perdu de vue en Slovénie (GQ, 27 avril)

Selon le magazine américain GQ, Melania Trump, de son nom de jeune fille Knavs (parfois germanisé en Knauss) a un demi-frère, Denis Cigelnjak, qui vit en Slovénie. Il est né d'une relation qui s'est terminée avant que le père de Melania,Viktor Knavs, ne se marie avec sa mère. Ce dernier a, dans un premier temps renié son fils. Des tests de paternité ont alors révélé qu'il était bien le sien et il a été obligé de lui payer des allocations mais "sans jamais le reconnaître", selon le média. Dans GQ, on apprend aussi que Denis ne cherche pas l'attention médiatique et qu'il ne veut rien de son père ou des Trump. Il déclare également ne pas voir d'inconvénients à rencontrer ses demi-soeurs, Ines et Melania, dont il pense même qu'elles ne sont pas au courant de son existence. Melania Trump a répondu au journal qu'elle connaissait l'existence de ce demi-frère depuis des années. "Mon père est une personne très discrète, s'il vous plait, respectez sa vie privée", a -t-elle répondu à GQ.

Melania a dans un premier temps rejeté les avances de Donald Trump (New Yorker, 9 mai)

Donald Trump et celle qui était encore Melania Knauss, en 1999

Donald Trump et celle qui était encore Melania Knauss, en 1999 © Reuters

Lauren Collins dans le magazine New Yorker avance que Melania a pour la première fois tapé dans l'oeil de Donald Trump il y a 18 ans de cela. Mais l'homme d'affaires était à l'époque avec une autre femme, elle l'a donc éconduit.

Elle rencontre alors Donald en 1998 au Kit Kat Club de New York, lors d'une soirée organisée par Paolo Zampolli, le propriétaire d'une agence de mannequins. Donald lui demande son numéro de téléphone mais vu qu'il est accompagné d'une autre femme, l'héritière norvégienne des cosmétiques Celina Midelfart, Melania refuse à nouveau ses avances.

Elle se projette maintenant en une First Lady plus engagée qu'auparavant (Express, 4 mai)

Donald Trump a déjà par le passé évoqué plusieurs fois l'idée de se présenter comme candidat à l'élection présidentielle américaine. Les médias ont donc déjà pu sonder Melania pour savoir quelle genre de Première Dame elle pourrait être. Dans le tabloïd anglais Express, la journaliste Alice Foster fait remarquer que Melania a changé d'avis ces dernières années. En 1999, elle répondait ainsi au NYT qui l'interrogeait à ce sujet : "Je serais très traditionnelle. Comme Betty Ford ou Jackie Kennedy. Je le supporterais."

Pourtant, un peu plus tôt cette année, Melania a donné une autre version à la chaine CNN en disant qu'elle aimerait collaborer à aider les femmes et les enfants si son mari devenait président des USA. "Nous sommes au 21ème siècle. Je serai moi. Je serai différente des autres First Ladies", a -t-elle répondu.

Elle rigole de sa caricature dans le talk show 'Saturday Night Live' (Harper's Bazaar, 6 janvier)

L'émission satirique à succès SNL de la chaîne américaine NBC prend un malin plaisir à se moquer de Donald et occasionnellement de Melania. L'autome dernier, SNL la décrite comme une autre "fille sexy" de Trump plutôt que comme son épouse (Melania est 24 ans plus jeune que lui).

Elle ne semble toutefois pas contrariée pour un sou. Elle confie même au journaliste Alex Kuczynski de Harper's Bazaar qu'elle sourit quand la déco de son appartement est comparée à celle de la maison de Saddam Hussein. "C'est en quelque sorte un honneur que quelqu'un vous imite d'une manière aussi marrante", déclare-t-elle sur la comédienne Cecily Strong qui l'incarne dans l'émission à succès. "Nous en rions beaucoup, c'est drôle de voir comment les autres vous perçoivent."

Six petites histoires croustillantes sur Melania Trump

© REUTERS

Elle a quasiment fermé son compte Twitter depuis le début de la campagne présidentielle (New York Times, 30 septembre)

Depuis que Donald Trump a lancé sa campagne présidentielle en juin 2015, Melania a complètement changé sa manière de communiquer sur Twitter, remarque le reporter du NYT Guy Trebay.

Un moment, l'épouse du candidat républicain comptabilisait 51 600 followers sur le réseau social, leur offrant une vision unique de sa vie dorée mais assez solitaire sous la forme de tweets réguliers sur ses rituels beauté, ses voyages en jet privé ou encore, postant des selfies et des photos d'elle en bikini.

Depuis l'annonce de la candidature de son mari à la course à l'élection présidentielle américaine, et suite à ses commentaires incendiaires sur les migrants mexicains qualifiés de "meurtriers" et de "violeurs", Melania a mis en veille son compte Twitter. Le dernier tweet du compte @MelaniaTrump en date du 4 juillet était une image du drapeau américain., patriotisme oblige jour de la fête nationale us. Son compte Twitter comptabilisait à peine une dizaine de messages.

Depuis lors, Melania a de nouveau tweeté dans la dernière ligne droite de la campagne de son mari. Ses followers ont alors quasiment triplé à 372 000.

Elle dit à Donald quand il a tort mais il ne l'écoute (presque) jamais (MSNBC, 24 février)

Donald Trump ne prend certainement pas les conseils de son épouse au pied de la lettre. Il gère sa campagne comme bon le semble. Melania a déclaré à la journaliste Mika Brzezinski de MSNBC que l'entêtement de son mari ne l'empêchait pas de lui dire franchement ce qu'elle pense.

Ces extraits d'interviews et ses révélations journalistiques donnent une petite idée de qui se cache derrière l'épouse du nouveau président américain et comment elle peut l'influencer. Le journal anglais The Independent résume, en conclusion de ces petites anecdotes, qu'à côté de son mari parfois trop loquace et exubérant, Melania Trump semble bien réservée et plutôt entourée d'un halo de mystère. Il semble qu'elle soit une femme assez indépendante et de caractère quand il s'agit de prendre parti contre Trump quand ce dernier a tort ou quand il est bon de mettre en veilleuse son compte Twitter. Melania semble aussi avoir une sacrée dose de confiance en elle mais aussi d'autodérision quand elle déclare rire de sa caricature dans l'émission phare américaine "SNL" et en critiquant les révélations du magazine GQ sur sa vie privée. Elle a sa stratégie bien à elle de faire languir les journalistes, une tactique bien différente de celle de son époux.

Nos partenaires