La peinture de Mei-Ling Peng jette des ponts entre l'Orient et l'Occident

11/08/16 à 15:01 - Mise à jour à 16:11

Source: Weekend

Il lui suffit de trois fois rien, un pinceau, de l'encre et du papier Xuan, pour tracer des ponts entre l'Orient et l'Occident. A 30 ans, elle quittait Taïwan avec sa petite famille pour venir étudier la peinture à La Cambre. Depuis, de Bruxelles, elle est revenue aux origines. Et avec quelle grâce.

Elle avait proposé de se retrouver aux Musées royaux d'art et d'histoire du Cinquantenaire, ce n'était pas un pur hasard, elle voulait faire découvrir en amont le travail de ses élèves de l'Institut belge des hautes études chinoises, aux cimaises du hall, deuxième étage, leurs oeuvres s'exposaient encore, c'était le dernier jour, l'entrée en matière était tentante.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires