L'activité sexuelle est un élément essentiel des relations intimes, mais elle a tendance à diminuer avec l'âge. Si les recherches montrent que la fréquence de l'activité sexuelle peut diminuer avec l'âge, pour de nombreuses personnes âgées, le sexe reste un élément important de leur vie.

On pense à tort qu'en vieillissant, les gens perdent leur intérêt pour le sexe ou ne sont plus capables d'avoir des relations sexuelles. Une étude menée au Royaume-Uni montre qu'en réalité, ce n'est pas le cas. Elle révèle que 85 % des hommes âgés de 60 à 69 ans se disent sexuellement actifs, le chiffre passe à 60 % des hommes âgés de 70 à 79 ans et 32 % de ceux âgés de 80 ans et plus.

Si les femmes sont moins actives sexuellement en vieillissant, ce n'est pas pour autant qu'elles ne le sont plus du tout. Les études montrent que, comme les hommes, beaucoup de femmes veulent continuer à avoir des relations sexuelles en vieillissant. Des études menées aux États-Unis montrent même des niveaux d'activité sexuelle similaires chez les femmes et chez les hommes.

Le fait qu'en vieillissant, tant de personnes continuent à avoir des relations sexuelles est une bonne nouvelle. Car, comme semblent le montrer nos nouvelles recherches, moins les personnes âgées ont de relations sexuelles, plus elles risquent de souffrir de problèmes de santé mentale et physique.

Sexe et santé mentale

Notre recherche a analysé la vie sexuelle de 2 577 hommes et 3 195 femmes âgés de 50 ans et plus. Nous leur avons demandé s'ils avaient connu une diminution de leur désir sexuel, de la fréquence de leur activité sexuelle et de leur capacité à obtenir une érection (hommes) ou une excitation sexuelle (femmes) au cours de l'année écoulée.

Nous avons constaté que les hommes qui déclarent avoir moins envie de faire l'amour sont plus susceptibles de développer un cancer ou d'autres maladies chroniques qui limitent leurs activités quotidiennes. Les hommes et les femmes qui ont déclaré une diminution de la fréquence de l'activité sexuelle étaient également plus susceptibles de voir leur niveau de santé se détériorer. Par ailleurs, les hommes souffrant de dysfonctionnement érectile étaient également plus susceptibles de se voir diagnostiquer un cancer ou une maladie cardiovasculaire. Un changement au niveau de son désir ou de son activité sexuelle pouvant en effet être dû à une maladie précoce et non diagnostiquée.

Notre étude a également révélé que les personnes âgées profitent davantage de la vie lorsqu'elles sont sexuellement actives. En parallèle ceux qui connaissent une diminution de leur activité sexuelle admettent se sentir moins heureux. Nous avons également constaté que les hommes qui sont sexuellement actifs à un âge avancé ont de meilleures performances cognitives que ceux qui ne le sont pas.

Hormones de bien-être

Ce n'est pas un secret que le sexe peut contribuer à produire un facteur de "bien-être". Cela est dû en grande partie à la libération d'endorphines pendant les rapports sexuels, qui provoquent un sentiment de bonheur ou d'euphorie. Et cela n'affecte pas seulement notre santé mentale : des niveaux d'endorphine plus élevés sont également associés à une plus grande activation du système immunitaire, ce qui peut réduire le risque de cancer et de maladie cardiaque.

Les recherches indiquent que les personnes qui ont des relations sexuelles avec leur partenaire sont également susceptibles d'être plus proches de leur partenaire. Or la proximité avec son partenaire est, à son tour, liée à une meilleure santé mentale.

Il est également important de rappeler que le sexe est une forme d'activité physique, bien que souvent pratiquée à une intensité modérée puisqu'on brûle environ quatre kilocalories par minute. Néanmoins, tout exercice a des effets bénéfiques sur la santé, et le sexe ne fait pas exception.

Essayez de nouvelles positions

Bien sûr, le sexe n'est pas le seul facteur qui peut contribuer à améliorer la santé et le bien-être des personnes âgées, mais, comme le montrent nos recherches, on aurait tort d'ignorer que les personnes âgées ont encore du désir sexuel. En sachant qu'une vie sexuelle régulière et harmonieuse pourrait se révéler être bénéfique pour la santé mentale (et éventuellement physique), elle devrait même être encouragée. Pourtant, on n'oublie souvent d'informer les personnes âgées sur les différentes possibilités pas plus qu'on ne les encourage à essayer de nouvelles positions sexuelles et explorer différents types d'activité sexuelle. On constate encore trop souvent que le sexe chez les personnes âgées reste tabou auprès des médecins.

C'est d'autant plus dommage qu'aborder ce sujet avec leur patient permettrait de faire évoluer les mentalités et aiderait les gens à mener une vie plus épanouissante et plus saine jusqu'à un âge avancé.

L'activité sexuelle est un élément essentiel des relations intimes, mais elle a tendance à diminuer avec l'âge. Si les recherches montrent que la fréquence de l'activité sexuelle peut diminuer avec l'âge, pour de nombreuses personnes âgées, le sexe reste un élément important de leur vie.On pense à tort qu'en vieillissant, les gens perdent leur intérêt pour le sexe ou ne sont plus capables d'avoir des relations sexuelles. Une étude menée au Royaume-Uni montre qu'en réalité, ce n'est pas le cas. Elle révèle que 85 % des hommes âgés de 60 à 69 ans se disent sexuellement actifs, le chiffre passe à 60 % des hommes âgés de 70 à 79 ans et 32 % de ceux âgés de 80 ans et plus. Si les femmes sont moins actives sexuellement en vieillissant, ce n'est pas pour autant qu'elles ne le sont plus du tout. Les études montrent que, comme les hommes, beaucoup de femmes veulent continuer à avoir des relations sexuelles en vieillissant. Des études menées aux États-Unis montrent même des niveaux d'activité sexuelle similaires chez les femmes et chez les hommes.Le fait qu'en vieillissant, tant de personnes continuent à avoir des relations sexuelles est une bonne nouvelle. Car, comme semblent le montrer nos nouvelles recherches, moins les personnes âgées ont de relations sexuelles, plus elles risquent de souffrir de problèmes de santé mentale et physique.Notre recherche a analysé la vie sexuelle de 2 577 hommes et 3 195 femmes âgés de 50 ans et plus. Nous leur avons demandé s'ils avaient connu une diminution de leur désir sexuel, de la fréquence de leur activité sexuelle et de leur capacité à obtenir une érection (hommes) ou une excitation sexuelle (femmes) au cours de l'année écoulée.Nous avons constaté que les hommes qui déclarent avoir moins envie de faire l'amour sont plus susceptibles de développer un cancer ou d'autres maladies chroniques qui limitent leurs activités quotidiennes. Les hommes et les femmes qui ont déclaré une diminution de la fréquence de l'activité sexuelle étaient également plus susceptibles de voir leur niveau de santé se détériorer. Par ailleurs, les hommes souffrant de dysfonctionnement érectile étaient également plus susceptibles de se voir diagnostiquer un cancer ou une maladie cardiovasculaire. Un changement au niveau de son désir ou de son activité sexuelle pouvant en effet être dû à une maladie précoce et non diagnostiquée.Notre étude a également révélé que les personnes âgées profitent davantage de la vie lorsqu'elles sont sexuellement actives. En parallèle ceux qui connaissent une diminution de leur activité sexuelle admettent se sentir moins heureux. Nous avons également constaté que les hommes qui sont sexuellement actifs à un âge avancé ont de meilleures performances cognitives que ceux qui ne le sont pas.Ce n'est pas un secret que le sexe peut contribuer à produire un facteur de "bien-être". Cela est dû en grande partie à la libération d'endorphines pendant les rapports sexuels, qui provoquent un sentiment de bonheur ou d'euphorie. Et cela n'affecte pas seulement notre santé mentale : des niveaux d'endorphine plus élevés sont également associés à une plus grande activation du système immunitaire, ce qui peut réduire le risque de cancer et de maladie cardiaque.Les recherches indiquent que les personnes qui ont des relations sexuelles avec leur partenaire sont également susceptibles d'être plus proches de leur partenaire. Or la proximité avec son partenaire est, à son tour, liée à une meilleure santé mentale.Il est également important de rappeler que le sexe est une forme d'activité physique, bien que souvent pratiquée à une intensité modérée puisqu'on brûle environ quatre kilocalories par minute. Néanmoins, tout exercice a des effets bénéfiques sur la santé, et le sexe ne fait pas exception. Bien sûr, le sexe n'est pas le seul facteur qui peut contribuer à améliorer la santé et le bien-être des personnes âgées, mais, comme le montrent nos recherches, on aurait tort d'ignorer que les personnes âgées ont encore du désir sexuel. En sachant qu'une vie sexuelle régulière et harmonieuse pourrait se révéler être bénéfique pour la santé mentale (et éventuellement physique), elle devrait même être encouragée. Pourtant, on n'oublie souvent d'informer les personnes âgées sur les différentes possibilités pas plus qu'on ne les encourage à essayer de nouvelles positions sexuelles et explorer différents types d'activité sexuelle. On constate encore trop souvent que le sexe chez les personnes âgées reste tabou auprès des médecins.C'est d'autant plus dommage qu'aborder ce sujet avec leur patient permettrait de faire évoluer les mentalités et aiderait les gens à mener une vie plus épanouissante et plus saine jusqu'à un âge avancé.