1

La base: on achète un calendrier de l'Avent, si ce n'est déjà fait, pour entamer le décompte. Produits cosmétiques, bières, Lego ou même bijoux griffés Tiffany & Co pour la coquette somme de... 110.000 euros, qui dit mieux? Pour couper court au débat, on choisit un modèle chargé de chocolats (belges si on veut se la jouer locavore via Marcolini, Nihant et compagnie), sans oublier de déterminer un ordre précis de distribution dans la famille. La période est aux bons sentiments, ce serait dommage de s'étriper dès le 1er décembre... A moins d'opter carrément pour l'idée circulant sur les réseaux sociaux du calendrier inversé: on prend une boîte, on y ajoute chaque matin quelque chose, et le 24, on l'offre à une personne démunie. Esprit de Noël, es-tu là?

2

On pense déjà aux cadeaux Il est encore temps de faire des recherches ou de commander des choses sur Internet - ça tombe bien, ce 29 novembre, c'est Black Friday, et ce 2 décembre, Cyber Monday: les promos pleuvent comme des flocons. Rebelle dans l'âme? Adhérez au Make Friday green again, lancé par la marque de mode engagée Faguo et rassemblant 450 labels français désirant, en ce jour de surconsommation, encourager leur clientèle à trier pour revendre ou recycler ce qui ne l'intéresse plus, et acheter raisonnablement et au prix juste.

3

Musique, maestro! On recense les playlists de toutes les chansons qui vont rythmer les prochaines semaines, elles pullulent sur YouTube ou Spotify. Afin de ne pas infliger trop de souffrances à nos ados, on privilégie des compilations qui alternent classiques et morceaux plus récents - Ariana Grande, Taylor Swift, Sia, Kanye West ou Tyler, The Creator, nombre d'artistes contemporains se plient à l'exercice. Ils ne comprennent pas votre affection pour l'inénarrable Last Christmas de Wham? Ne leur montrez pas le clip, vous les perdriez à jamais.

4

Une étude américaine l'a prouvé: placer la déco de Noël au plus tôt rendrait plus heureux; ça évoquerait les souvenirs d'enfance, les beaux moments avec ceux qu'on aime... Vous pouvez donc dès à présent vous y mettre, sans craindre la critique. Des sites pour éviter les kitscheries et convaincre les éventuels récalcitrants de la maisonnée? Etsy.com pour des accessoires faits main ou vintage venant du monde entier, ou dille-kamille.be qui propose une tonne d'articles décalés et met en ligne des DIY pour pimper son home sweet home.

5

Prévoyance toujours: on commence à réfléchir à ses fringues pour le grand soir, surtout si l'on souhaite adopter un dress code particulier. Pour Madame, on puisera dans les tendances du moment: robe full paillettes, cape (de Mère Noël) ou pantalon en cuir noir de noir (en évitant de choquer la belle-famille avec un total look bondage). Et pour Monsieur, ce sera un manteau en fourrure, une veste de costard portée torse nu ou... une jupe. C'est en tous cas ce que nous soufflent les catwalks. A vous de voir.

© Gudrun Makelberge

6

On observe une trêve d'un jour pour honorer un autre illustre barbu, Saint-Nicolas. Afin d'éviter la saturation des chambres et salles de jeux, on aura pensé à effectuer un écrémage des jouets en bon état, des collectes sont organisées un peu partout (on pointera par exemple le Nostalgie Magic Tour, à Anderlecht et Rocourt ces 6 et 7 décembre; les associations Arc-en-Ciel et Les Petits Riens acceptent aussi les dons ludiques). Les enfants démunis (et le Comité de lutte contre le désordre domestique) vous remercient.

7

C'est le week-end, on se fait un ciné-club thématique avec une série de films à revoir en famille. En vrac Love Actually, Miracle sur la 34e rue, le Pôle Express, La Bûche, The Holiday, A very Murray Christmas, La course au jouet... ou La vie est belle - pas la tragédie de Roberto Benigni, qui n'a rien à voir avec la saison, mais le chef-d'oeuvre de Frank Capra, archétype du feel-good movie. Envie de tempérer l'excitation d'enfants un poil turbulents? Infligez-leur L'Arbre de Noël, l'accablant mélo avec Bourvil, ça les calmera pour un moment. Et pour les inconditionnels du grand George (Michael, voir jour 3), sachez qu'est sorti en salles, ce 27 novembre, Last Christmas de Paul Feig... avec un inédit de l'artiste dans la bande-son.

8

C'est dimanche, on envoie Papa chercher des couques. Etude de marché à l'appui, on saura évidemment où trouver les meilleurs cougnous de la région. Ensuite, on tranchera la brioche aussi sûrement que la question de son appellation: ici, on dit "cougnou", pas de place à la "cougnolle" ou à une quelconque discussion. Signé: la direction... qui vous livre son coup de coeur, la ferme Nos Pilifs, à Neder-over-Heembeek. Cette entreprise de travail adapté propose spéculoos et autres gâteries de l'Avent. Et ces 8 et 9 décembre, c'est marché de Noël, l'occasion d'y acheter aussi sapin, déco et présents.

9

Toujours pas réglé la question des cadeaux? Pourquoi ne pas opter pour un présent immatériel, ou pour l'une des nombreuses propositions solidaires qui existent de nos jours? C'est facile, pratique parce qu'on peut l'acheter à la dernière minute, et plus écolo qu'un bibelot made in China. On fera ainsi don d'une poule ou d'une chèvre à des populations précarisées via Oxfam ou on adoptera un tigre et un dauphin grâce au WWF. Une belle ménagerie dans la hotte.

www.oxfamsemballe.be et www.wwf.be/adopt

10

C'est le moment de trouver un sapin: en pot, coupé ou alternatif - une foule de solutions existent, en bois de récup', en livres, en guirlandes de lumières, en métal, etc. Au sujet du choix de l'essence, on plébiscite souvent les sapins Nordmann, qui ne brunissent pas et ne perdent pas leurs épines. Dans ce cas, veillez à ne pas l'acheter plus de deux semaines avant le réveillon, pour qu'il soit encore bien frais le jour J - d'où la date d'aujourd'hui. On vous reproche ce timing tardif? Rappelez que certaines traditions préconisent de ne placer le sapin qu'à partir du 21 décembre, voire la veille!

11

Qui dit sapin, dit crèche. Cette fois encore, de la plus tradi à la plus rock'n'roll, vous avez l'embarras du choix (et probablement déjà une crèche qui dort à la cave). Un détail d'extrême importance: le positionnement des Rois mages. Rappel pour les distraits: ceux-ci doivent être suffisamment éloignés pour pouvoir être avancés, jour après jour, jusqu'au Petit Jésus au matin du 6 janvier, pour l'Epiphanie. Ledit Jésus que l'on n'oublie pas de laisser au chaud dans sa boîte jusqu'au 25 - il naîtra déjà dans une mangeoire, manquerait plus qu'il soit préma.

12

Peu connue sous nos latitudes, la tradition de L'Elf on the shelf (Le lutin sur l'étagère) est tirée du livre du même nom, sorti en 2005. Le principe consiste à adopter une petite poupée au bonnet rouge, envoyée spéciale du Père Noël venue surveiller les enfants à la maison. Tous les matins, le cafteur-confident est déplacé par les parents dans la maison, et les kids peuvent s'amuser à le chercher. Le livre avec l'histoire et le bonhomme au chapeau pointu ont été imaginés par Carol Aebersold et sa fille Chanda Bell, et sont rassemblés dans une box, traduite en français.

13

On reste dans le ludique, sauf que cette fois les adultes participent plus activement, avec le White Elephant - du nom du cadeau empoisonné que le roi du Siam avait l'habitude de faire aux indélicats. Le concept réside dans une distribution "bis" de cadeaux un peu foireux, drôles, moches ou embarrassants. Chacun pioche un numéro dans un bol, le numéro 1 choisit un cadeau et le déballe, le numéro 2 peut ensuite décider de choisir un nouveau paquet ou de voler celui du numéro 1 - et ainsi de suite, sachant qu'un présent ne peut être piqué qu'une fois, et que le but est de terminer avec le moins pourri. Une franche rigolade... à double tranchant.

14

Le menu! On ne va pas s'attarder ici sur les questions de dinde ou de bûche. Soit la cuisine vous excite et vous y avez pensé depuis un moment. Soit ça frôle la corvée, alors allez au moins compliqué. L'important: trouver l'équilibre entre l'envie d'en mettre plein la vue et la nécessité de faire plaisir à sa tablée. Des tas de bouquins existent pour vous aider à éblouir vos convives sans verser dans les préparations ultra-alambiquées. Une bible? Les recettes de Noël les + faciles du monde, que l'inévitable Jean-François Mallet vient d'ajouter à l'excellente collection Simplissime de la maison Hachette.

© Gudrun Makelberge

15

Il est plus que temps d'envoyer... vos cartes de voeux. Oui, c'est un peu ringard, mais ça fait toujours plaisir. Et pour ne pas avoir l'air trop démodé, oubliez la version papier avec timbre à oblitérer: optez donc pour la formule virtuelle. Sur le site www.cybercartes.com, il y a des dizaines de cartes préconçues, avec des rennes, des chats ou des paysages, et on peut même façonner des petites vidéos. Cerise sur la bûche: c'est gratuit.

16

Aujourd'hui, on teste le lait de poule - "eggnog" dans les films en V.O. - afin de maîtriser la recette pour le 24. Ce breuvage, qui en intrigue plus d'un de ce côté-ci de l'Atlantique, est une boisson à base de lait, crème, sucre et jaune d'oeuf, parfumée à la muscade ou à la cannelle, généralement servie dans un bol à punch. Et, le plus souvent, agrémentée d'une rasade de rhum, de whisky ou de brandy, voire d'un mélange de spiritueux. Ça peut servir pour mettre de l'ambiance - ou, le cas échéant, se donner du courage, si le petit dernier a l'idée saugrenue de vous faire chanter des cantiques.

17

Tiens, vous avez pensé au vin? Pas de panique: l'application Vivino existe toujours, et elle reste la plus grande communauté oenophile du globe. On y trouve le parfait accord mets-vins, on y dégote des avis et on y fait même ses achats en quelques clics. Mais peut-être que, désormais, vous préférez le lait de poule?

18

On s'intéresse au futur dressage de la table: la déco - sobre ou surchargée, chacun son délire - et l'aspect pratique: ai-je assez de places assises, de chaises, de coupes de champagne, de vaisselle de service? Typiquement le genre de question qui n'attend pas le soir du 24. En passant, on évitera la bougie tous les huit millimètres, à moins de vouloir vivre un quart d'heure warholien sous une manchette "Le Noël où ma maison a brûlé". Pour les idées concrètes, deux valeurs sûres: les photos sur Pinterest, mais surtout le hashtag #christmastable sur Instagram.

19

Stop! Une petite trêve s'impose. On prend un bain chaud, on se tartine d'élixirs bons pour la peau ou les cheveux. Bref, on prend du temps pour soi, quitte à déballer le coffret beauté de Rituals que l'on comptait offrir à Tantine. Une journée détente où, malgré tout, on n'oublie pas de manger du chocolat. Et de faire avancer les Rois mages.

20

C'est la tant attendue Journée internationale du pull de Noël (ou du "pull moche", selon les sensibilités), officiellement fixée le troisième vendredi de décembre depuis 2011 - une date choisie parce que chacun sait bien qu'il n'en plantera pas une au boulot. Vous pouvez donc, en toute impunité, agresser les rétines de votre entourage. Faut-il en acquérir un nouveau chaque année, #surconsommation? Pas forcément. L'ado blasé(e) refuse de participer? Dénichez-lui un pull aux couleurs de son groupe de rock/manga/rappeur/super-héros préféré. C'est tendance, et il/elle n'est pas programmé(e) pour y résister.

21

C'est samedi, on fait une parenthèse cinématographique avec des films-de-saison-mais-pas-vraiment, pour éviter l'overdose de guimauve et le pétage de plombs des ados. On se délectera donc du "mauvais esprit de Noël" dont font preuve de joyeux jeux de massacre comme Gremlins, Home Alone, L'Etrange Noël de Monsieur Jack, Le Père Noël est une ordure ou Piège de cristal. Puis on enchaîne sur l'éternel débat: alors, était-ce un film de Noël ou pas?

22

Repos dominical. L'occasion de faire un tour au marché de Noël, pour choper les derniers trucs qui manquent à la parure du sapin... ou à sa liste de cadeaux. Mais aussi pour prendre l'air et traquer les stands de vin chaud, on ne juge pas. (P.S.: Rois mages!)

23

L'heure est aux derniers préparatifs. Si, par miracle, vous êtes 100% ready, vous pouvez plancher sur une dernière tradition improbable, celle du Cornichon de Noël. D'origine allemande, elle consiste à planquer un cornichon (ou une décoration assimilée) dans le sapin à la veille du 25. Le matin venu, le premier enfant de la famille qui trouve la cucurbitacée gagne le droit d'ouvrir ses cadeaux en premier, ou reçoit un cadeau bonus.

24

C'est le jour J, tout est sous contrôle, on essaye de se détendre et, surtout, on profite! L'idée reste de passer un bon moment en famille et/ou entre amis, pas de se gâcher la soirée pour des détails dont finalement tout le monde se fiche, comme une nappe mal repassée. Pour parachever tous ces efforts, on n'oublie pas de mettre le petit Jésus dans la crèche... et d'avancer ces satanés Rois mages, encore jusqu'au 6 janvier. Joyeux Noël!