Avez-vous déjà cherché à estimer combien "pesait" votre salle de bains dans votre empreinte écologique? Sans même parler du contenu des cosmétiques qui ne sont pas toujours aussi "clean" qu'on le souhaiterait, le packaging des produits de soin traditionnels est loin d'être zéro déchet. Plus c'est luxueux et plus l'on risque même de se retrouver face à du suremballage, entre le contenant en verre ou souvent en plastique du produit lui-même, le carton qui l'entoure, la notice et le film protecteur en prime, il y a de quoi remplir pas mal de sacs poubelle sur l'année.

Pour plaire aux homme comme aux femmes, les créatrices de Greenology ont opté pour des parfums naturels à bases d'huiles essentielles d'agrumes.

C'est pourquoi les défenseurs de la cosmétique naturelle et éco-responsable tente de nous pousser de plus en plus vers des produits solides, qu'il s'agisse du savon de lavage, classique, mais aussi du shampoing, du déodorant et même du soin corps hydratant, de l'après-shampoing et même du dentifrice. C'est en tout cas la voie qu'ont choisie Chloé Lepez et Anne-Sophie Jiménez Rueda, les deux fondatrices de la nouvelle marque belge Greenology. Leur objectif? "Démystifier et déconnoter ces produits auprès d'un public tenté par l'aventure mais peut-être pas encore convaincu de sauter le pas, plaident les deux complices qui se connaissent depuis les amphithéâtres de l'université. Tant que l'on n'a pas essayé, on peut penser à tord que c'est compliqué, pas aussi efficace que des produits classiques ou pas réellement agréable à utiliser. C'est pourquoi nous avons voulu créer une routine simple, sans prise de tête et abordable. Qui séduira les curieux mais aussi nous l'espérons les déçus qui ont par le passé fait une mauvaise expérience en cosmétique solide."

Pour arriver à leur première gamme baptisée Citrus Odyssey , les deux jeunes femmes n'ont pas ménagé leur peine, testant tout ce qui existait sur le marché, souvent pour en déduire que ce n'était surtout pas ce qu'elles cherchaient à faire, et multipliant les essais avec leur producteur situé en Lettonie pour arriver aux formules remplissant tous les critères de leur cahier de charge dans le respect des normes européennes. "Nous nous sommes rendu compte que certains ingrédients présents dans les cosmétiques solides même naturels pouvaient s'avérer irritants, note Chloé Lepez. Nous nous sommes basées sur les "listes noires" des applications de clean beauty comme Yuka par exemple pour exclure tous les composants controversés".

Chloé Lepez et Anne-Sophie Jiménez Rueda, les deux fondatrices de Greenology se connaissent depuis l'université.

Sans sulfite et sans huile de palme, les palets ronds frappés chacun d'un numéro ainsi que de la fonction du produit sont aussi végans. Les parfums qui proviennent d'huiles essentielles naturelles ont tous une base d'agrumes, à la manière des Cologne, afin de plaire aussi bien aux femmes qu'aux hommes. Le tout garanti sans déchet plastique - les savons sont emballés dans de petits sacs en coton bio non traité qui peuvent servir à les transporter, le déo dans une boîte métallique - et pour chaque kit acheté, le duo reverse à l'association Natagora de quoi protéger l'équivalent d'1m2 de nature.

"Parce que chaque petit geste compte, poursuit Anne-Sophie Jiménez Rueda. En optant pour la cosmétique solide, on évite aussi de gaspiller de l'eau. Lors de la fabrication du produit. Mais aussi dans son utilisation car ces formules sont moins difficile à rincer". Comme elles sont naturelles et dotées d'un indice INCI "clean" pas de risque non plus de voir des substances indésirables - comme les perturbateurs endocriniens par exemple - se retrouver dans les eaux usées.

Opter pour la cosmétique solide permet de limiter la consommation d'eau lors de la fabrication des produits mais aussi à l'utilisation.

La gamme comporte à ce jours cinq produits que l'on peut bien sûr acheter à la pièce ou en kit, le tout étant prévu pour tenir dans une boîte aux dimensions compatibles avec la taille standard des ouvertures de boîtes aux lettres afin de garantir une livraison aisée par la poste que l'on soit présent chez soi ou pas. En marge des cosmétiques, Greenology propose aussi quelques accessoires - porte-savon en bambou, brosse à dent biodégradable, coton-tige réutilisable... Les deux associées ne comptent d'ailleurs pas s'arrêter là.

"Nous avons développé un partenariat avec le chocolatier Laurent Gerbaud pour mettre au point un baume à lèvres et un soin pour le corps, ajoutent-elles. Nous avons fait appel à son expertise dans le domaine des beurres de cacao. Mais aussi de l'association de saveurs gourmandes que l'on retrouve dans ses chocolats comme la coriandre, les fruits rouges , le citron vert... Nous travaillons en parallèle à l'élaboration d'un exfoliant et d'un démaquillant solides ainsi que d'un shampoing pour la barbe". Viendront ensuite des produits destinés à l'entretien de la maison. Les palets dont le premier prix commence à 5,50 euros sont à ce jour disponible sur le site de la marque.

joingreenology.com

Avez-vous déjà cherché à estimer combien "pesait" votre salle de bains dans votre empreinte écologique? Sans même parler du contenu des cosmétiques qui ne sont pas toujours aussi "clean" qu'on le souhaiterait, le packaging des produits de soin traditionnels est loin d'être zéro déchet. Plus c'est luxueux et plus l'on risque même de se retrouver face à du suremballage, entre le contenant en verre ou souvent en plastique du produit lui-même, le carton qui l'entoure, la notice et le film protecteur en prime, il y a de quoi remplir pas mal de sacs poubelle sur l'année. C'est pourquoi les défenseurs de la cosmétique naturelle et éco-responsable tente de nous pousser de plus en plus vers des produits solides, qu'il s'agisse du savon de lavage, classique, mais aussi du shampoing, du déodorant et même du soin corps hydratant, de l'après-shampoing et même du dentifrice. C'est en tout cas la voie qu'ont choisie Chloé Lepez et Anne-Sophie Jiménez Rueda, les deux fondatrices de la nouvelle marque belge Greenology. Leur objectif? "Démystifier et déconnoter ces produits auprès d'un public tenté par l'aventure mais peut-être pas encore convaincu de sauter le pas, plaident les deux complices qui se connaissent depuis les amphithéâtres de l'université. Tant que l'on n'a pas essayé, on peut penser à tord que c'est compliqué, pas aussi efficace que des produits classiques ou pas réellement agréable à utiliser. C'est pourquoi nous avons voulu créer une routine simple, sans prise de tête et abordable. Qui séduira les curieux mais aussi nous l'espérons les déçus qui ont par le passé fait une mauvaise expérience en cosmétique solide."Pour arriver à leur première gamme baptisée Citrus Odyssey , les deux jeunes femmes n'ont pas ménagé leur peine, testant tout ce qui existait sur le marché, souvent pour en déduire que ce n'était surtout pas ce qu'elles cherchaient à faire, et multipliant les essais avec leur producteur situé en Lettonie pour arriver aux formules remplissant tous les critères de leur cahier de charge dans le respect des normes européennes. "Nous nous sommes rendu compte que certains ingrédients présents dans les cosmétiques solides même naturels pouvaient s'avérer irritants, note Chloé Lepez. Nous nous sommes basées sur les "listes noires" des applications de clean beauty comme Yuka par exemple pour exclure tous les composants controversés".Sans sulfite et sans huile de palme, les palets ronds frappés chacun d'un numéro ainsi que de la fonction du produit sont aussi végans. Les parfums qui proviennent d'huiles essentielles naturelles ont tous une base d'agrumes, à la manière des Cologne, afin de plaire aussi bien aux femmes qu'aux hommes. Le tout garanti sans déchet plastique - les savons sont emballés dans de petits sacs en coton bio non traité qui peuvent servir à les transporter, le déo dans une boîte métallique - et pour chaque kit acheté, le duo reverse à l'association Natagora de quoi protéger l'équivalent d'1m2 de nature. "Parce que chaque petit geste compte, poursuit Anne-Sophie Jiménez Rueda. En optant pour la cosmétique solide, on évite aussi de gaspiller de l'eau. Lors de la fabrication du produit. Mais aussi dans son utilisation car ces formules sont moins difficile à rincer". Comme elles sont naturelles et dotées d'un indice INCI "clean" pas de risque non plus de voir des substances indésirables - comme les perturbateurs endocriniens par exemple - se retrouver dans les eaux usées. La gamme comporte à ce jours cinq produits que l'on peut bien sûr acheter à la pièce ou en kit, le tout étant prévu pour tenir dans une boîte aux dimensions compatibles avec la taille standard des ouvertures de boîtes aux lettres afin de garantir une livraison aisée par la poste que l'on soit présent chez soi ou pas. En marge des cosmétiques, Greenology propose aussi quelques accessoires - porte-savon en bambou, brosse à dent biodégradable, coton-tige réutilisable... Les deux associées ne comptent d'ailleurs pas s'arrêter là. "Nous avons développé un partenariat avec le chocolatier Laurent Gerbaud pour mettre au point un baume à lèvres et un soin pour le corps, ajoutent-elles. Nous avons fait appel à son expertise dans le domaine des beurres de cacao. Mais aussi de l'association de saveurs gourmandes que l'on retrouve dans ses chocolats comme la coriandre, les fruits rouges , le citron vert... Nous travaillons en parallèle à l'élaboration d'un exfoliant et d'un démaquillant solides ainsi que d'un shampoing pour la barbe". Viendront ensuite des produits destinés à l'entretien de la maison. Les palets dont le premier prix commence à 5,50 euros sont à ce jour disponible sur le site de la marque.joingreenology.com