"L'odorat est ce qui nous différencie de la machine, le sens de l'animalité preuve de notre humanité"

07/03/19 à 10:00 - Mise à jour à 10:17
Du Le Vif Weekend du 28/02/19

Dix ans après avoir lancé la maison de parfums qui porte son nom, Francis Kurkdjian s'impose un exercice de composition qui bouscule les frontières du genre. Une mécanique des fluides où s'enchaînent les mêmes matières mais autrement dosées.

Adolescent déjà, Francis Kurkdjian rêvait de se laisser mener par le bout du nez. Il aurait pu être danseur mais finalement, c'est le parfum qu'il a choisi. Rien pourtant ne le prédestinait, le jeune homme n'appartenait pas à l'une des dynasties grassoises qui se passent le métier de père en fils. "Je viens d'un milieu plutôt modeste, rappelle-t-il. Mais mon frère, ma soeur et moi, nous étions aimés, encouragés à devenir des êtres humains responsables, peut-être en cela étais-je privilégié."
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné