Le Gua Sha, c'est quoi ?

L'étymologie - littéralement " gratter la maladie " - a de quoi faire peur. Elle fait toutefois référence à des massages du corps, pratiqués en médecine chinoise, beaucoup plus vigoureux que ce qui enflamme désormais les réseaux sociaux. Dans ce soin du visage, il est plutôt question d'effleurage à l'aide d'un outil en pierre ou en cristal poli, dans un but détoxifiant. " Le fait de masser sa peau, de lui donner de la mobilité, permet de stimuler les flux sanguins, pour une meilleure oxygénation et nutrition des cellules, et les flux lymphatiques pour faciliter l'élimination des déchets cellulaires ", plaide Stéphanie Oviedo, massothérapeute, spécialisée dans le Gua Sha.
...

L'étymologie - littéralement " gratter la maladie " - a de quoi faire peur. Elle fait toutefois référence à des massages du corps, pratiqués en médecine chinoise, beaucoup plus vigoureux que ce qui enflamme désormais les réseaux sociaux. Dans ce soin du visage, il est plutôt question d'effleurage à l'aide d'un outil en pierre ou en cristal poli, dans un but détoxifiant. " Le fait de masser sa peau, de lui donner de la mobilité, permet de stimuler les flux sanguins, pour une meilleure oxygénation et nutrition des cellules, et les flux lymphatiques pour faciliter l'élimination des déchets cellulaires ", plaide Stéphanie Oviedo, massothérapeute, spécialisée dans le Gua Sha. Si la technique est ancestrale, elle doit sa soudaine popularité aux " beauty gurus " américaines qui se sont mises en scène, ustensiles très photogéniques à la main, principalement sur Instagram. " Il y a sans doute un effet de mode, admet Stéphanie Oviedo. Mais c'est tant mieux ! Car au-delà de l'engouement pour l'esthétique des objets, pour la connotation magique et féerique des matières qui les composent, cela démontre surtout le désir de revenir à des méthodes naturelles et non invasives qui permettent aussi de se reconnecter avec soi-même. "S'il n'est pas question de faire disparaître les rides, ce massage qui améliore sensiblement la microcirculation a un indéniable effet sur l'éclat de la peau - ce fameux " glow " synonyme de bonne santé -, l'estompement des cernes et des poches et le dessin des contours. Des conséquences visibles lorsque l'on compare les deux côtés du visage, ce qu'attestent les nombreux selfies postés à mi-massage par des adeptes convaincues. " Si l'on pratique le Gua Sha régulièrement, les résultats sont spectaculaires ", assure Anne Poelmans, à la tête de l'e-shop Bio'ty Lab, dédié à la cosmétique naturelle et bio. Dans la foulée des rouleaux de jade, les pierres en quartz " Millennial Pink ", en forme de coeur allongé et aplati, sont très vites devenues les stars du réseau Instagram qui, sans doute fatigué de les avoir trop vues, leur préfère désormais des matières plus originales, comme le jade vert ou le jaspe mokaïte aux accents moirés. Si d'aucuns leurs prêtent des propriétés thérapeutiques, c'est souvent pour leur esthétique qu'elles sont choisies. La forme aussi peut varier, selon les zones que l'on préfère masser, la version carrée, dotée de deux oreilles arrondies, permettant d'activer plus facilement l'arrière du cou. De nombreuses marques, belges aussi, délivrent désormais leurs propres outils en complément des crèmes et huiles qu'elles dispensent, répondant ainsi à une demande croissante. C'est le cas notamment de Bio'ty Lab mais aussi de Likami qui vient de lancer, il y a quelques semaines, sa pierre en obsidienne noire. " Nous recherchions un design exclusif qui colle à l'image écochic de Likami, justifie Marianne Priem, sa fondatrice. Le fait qu'on lui prête le pouvoir de libérer le stress négatif nous plaisait aussi. " Une fois la pierre de son choix adoptée, il reste bien sûr à apprendre à l'utiliser. Et sur la Toile, hélas, les mauvais conseils comme les fausses pierres sont légion ! Stéphanie Oviedo, chez Label Chic, à Bruxelles, dispense des ateliers d'initiation en présentiel, qui pourront heureusement reprendre prochainement. Aux Pays-Bas, Inge Wilbrink (photo), créatrice de la toute nouvelle marque Akasha Blends, qui promeut l'usage combiné des huiles naturelles et des cristaux, propose, elle, des workshops individuels ou en petits groupes à suivre en ligne, en anglais ou en néerlandais. " S'il est important d'être régulier, il n'est pas nécessaire non plus de pratiquer un rituel complet tous les jours, assure-t-elle. Je conseille toujours d'appliquer une huile avant de commencer le massage pour que la pierre glisse mieux. Il est important aussi de garder celle-ci la plus plate possible, au plus près du visage et pas à 90 degrés comme on le voit souvent faire sur de mauvais tutoriels. Attention par ailleurs à la pression, qui doit rester légère. Il faut aussi tirer la pierre et jamais la pousser, ce qui contrarie les tissus. Et ne pas oublier que la lymphe se draine de l'intérieur vers l'extérieur. " La jeune femme, comme Marianne Priem de Likami, poste régulièrement des tutoriels courts sur Instagram. Les vidéos YouTube de Sandra Lanshin Chiu et Britta de la chaîne Wildling Beauty sont également fiables.