Une récente étude réalisée par une marque de trackers GPS fixé dans le collier des animaux de compagnie (lire l'encadré à la fin de cet article) a révélé ce dont nous nous doutions tous: la vie de nos chats et de nos chiens a elle aussi radicalement changé durant le confinement. Qui dit maîtres H24 à la maison, implique forcément plus d'attention et de sollicitations - la plupart du temps bienvenues mais pas toujours... - et pour les chiens notamment une augmentation sensible du nombre de promenades quotidiennes.

La mise en place progressive du déconfinement s'accompagnera forcément d'une présence moins grande des membres de la famille: certains ont peut-être même déjà repris le chemin du boulot, pour certains enfants, le retour à l'école se profile. Nos animaux vont donc devoir progressivement (ré)apprendre à vivre seuls, ce qui sera particulièrement vrai pour les chiens et chats "corona" adoptés durant le lockdown. "Il faudra les habituer tout doucement à se passer de nous, plaide le docteur Fabienne Bedet, vétérinaire comportementaliste, titulaire du diplôme de psychiatrie vétérinaire . Et les familiariser au port du masque qui risque de dérouter les chiens." Pour ceux et celles qui ne verront pas d'ici peu leur situation changer, le télétravail restant, quand c'est possible, toujours privilégié, voici aussi quelque conseils pour que cette cohabitation prolongée continue de rester bénéfique pour l'ensemble de la famille.

Respecter leur territoire

"En confinement, surtout dans les familles avec de jeunes enfants, les animaux peuvent parfois se retrouver surstimulés, note notre experte. Au point d'en avoir marre et de le montrer". Un chien qui grogne sur un enfant alors qu'il ne l'a jamais fait auparavant devrait vous alerter. N'envahissez pas son espace de manière intempestive, surtout s'il manifeste le souhait de rester tranquille en se couchant dans son panier. Même chose pour le chat par nature très attaché à son territoire et à l'organisation de celui-ci. "Le chat tient à ses rituels, poursuit Fabienne Bedet. Même si l'on est soudain très nombreux dans la maison, il faut éviter de changer ses habitudes. Il a des endroits pour dormir, pour manger, pour observer, pour jouer. Il est essentiel de respecter ses zones de repos".

., Getty Images
. © Getty Images

(Ré)apprendre la solitude

Les refuges peuvent en témoigner : le confinement a été pour certaines familles un élément déclencheur dans la prise de décision d'adopter un animal de compagnie. Si l'on peut redouter qu'il s'agisse parfois de l'envie soudaine de se trouver un passe-temps ou une bonne raison de sortir si l'on a choisi un chien, dans la majorité des cas, la période est en effet bien choisie: le fait d'être présent à la maison pour l'animal est plutôt un gage de réussite pour son adaptation et l'apprentissage de la propreté. "Mais il faudra aussi, dans le cas du chien principalement, penser à lui apprendre progressivement à vivre seul, prévient la vétérinaire. Cela vaut aussi pour les animaux qui faisaient déjà partie de la famille avant le lockdown. Si les sollicitations viennent de l'animal lui-même, n'hésitez pas dans ce cas à le remettre doucement à sa place." S'il devient trop collant, commencez par renvoyer gentiment le chien vers son panier ou déplacez votre chat s'il s'incruste sur votre ordinateur. Même s'ils répondent rarement aux ordres, les félins finissent bien par comprendre le message. "Ne les laissez plus vous suivre partout dans la maison, poursuit Fabienne Bedet. Laissez-les de temps en temps seuls dans une pièce en fermant la porte. Quittez la maison sans les prévenir et ne signalez pas non plus votre retour. De cette manière, ils se rendront compte que rien de grave ne leur arrive s'ils restent sans vous."

Réduire le nombre de promenades

L'envie de sortir de la maison combinée aux beaux jours des premières semaines de confinement ont poussé de nombreux propriétaires de chiens à augmenter le nombre de balades quotidiennes. "Un peu comme lorsque les vacances se termine, il faudra progressivement revenir au rythme ordinaire de la vie quotidienne, conseille la vétérinaire. Si lorsque vous partiez travailler toute la journée, vous vous contentiez de deux promenades par jour, il faut redescendre en douceur à ce nombre, en occupant entre-temps le chien autrement - par des petits jeux, l'apprentissage de "trucs"..." Mais pas trop non plus pour qu'il redevienne capable de se passer de vous. Là encore, tout sera question de dosage, à affiner de concert avec l'animal. Plus on s'y met tôt, moins la césure sera pénible pour tout le monde.

., Getty Images
. © Getty Images

Limiter le territoire du chat

Si tout à coup, de nouvelles pièces de la maison lui sont devenues accessibles, votre chat n'acceptera pas facilement de soudainement trouver porte close, surtout s'il a découvert dans l'une d'elle un nouvel endroit de repos à son goût. "Il sait désormais ce qui se trouve derrière la porte car il y a laissé ses odeurs, met en garde la vétérinaire. Placer peut-être un coussin sur son nouvel endroit de prédilection. Puis déplacez-le dans une autre pièce". Dans tous les cas, pour arriver à vos fins, il vous faudra faire preuve de patience.

Apprivoiser le masque

Les chiens surtout mais sans doute aussi les chats risquent d'être sérieusement surpris de vous voir porter un masque. Même chose pour les inconnus que les chiens seront amenés à croiser dans la rue. Là aussi, avant que tout le monde ne sorte masqué, il est sans doute utile de les acclimater à la chose. "Le masque va modifier complètement votre visage ce qui pourrait devenir angoissant pour l'animal, le chien surtout, soudain incapable d'interpréter le non verbal sur lequel il s'appuie d'ordinaire pour communiquer avec son maître, met en garde Fabienne Bedet. Les seuls signes qu'il pourra déchiffrer lui viendront des yeux. C'est tout un nouvel apprentissage qui lui aussi prendra un peu de temps.

., Getty Images
. © Getty Images

Mettez pour cela votre masque plusieurs fois par jour, quelques minutes seulement mais comme s'il s'agissait de quelque chose d'aussi banal qu'un chapeau et continuez à vaquer à vos occupations." Evitez surtout de vous approcher de votre animal et de vous adresser directement à lui ce qui pourrait l'effrayer les premières fois. "Interagissez avec lui comme si de rien n'était, ajoute la spécialiste. Appelez-le, jouez avec lui comme vous le faites d'ordinaire, puis enlevez le masque et continuez."

Rester attentif

"La situation particulière du confinement a pu déclencher ou aggraver des troubles du comportement déjà présents chez l'animal", comme par exemple l'anxiété, conclut Fabienne Bedet. Dans tous les cas, si vous détectez un changement de comportement inquiétant chez votre animal, n'hésitez pas à appeler votre vétérinaire habituel qui vous aidera d'abord à exclure tout risque de pathologie "classique" avant de vous envoyer si besoin chez un confrère comportementaliste.

Pour toute demande d'information complémentaire, prenez contact avec l'union professionnelle vétérinaire www.upv.ve ou le groupe de vétérinaires comportementalistes www.vetbehav.be/

Plus de caresses et plus d'activité

Invoxia, la marque à l'origine du Pet Tracker, le tracker connecté installé dans le collier du chien ou du chat a dévoilé récemment les résultats d'une étude européenne relative à l'activité des animaux domestiques en Europe avant et pendant le confinement. Plus de 35000 journées ont été scrutées et comparées, l'appareil permettant de détecter l'activité de l'animal, son score de sommeil et ses déplacements. Pour Amélie Caudron, CEO d'Invoxia, "le confinement imposé révèle l'interdépendance entre maîtres et animaux et l'impact direct de l'attention qu'on leur porte sur leur bien-être". Les chiffres issus de données anonymisées prélevées dans dix pays d'Europe dont la Belgique confirme ce dont on se doute instinctivement. Les chats, sans doute plus souvent dérangés dans leurs habitudes par " leurs humains " qui tentent de travailler, connaissent une hausse d'activité de 33 %. Ils sont davantage sollicités et bénéficient d'une inflation de grattouilles de 58%. En revanche les chats étant des chats, ceux-ci parviennent à conserver leur score de sommeil. Toujours aussi dormeurs, le temps de repos des félins ne varie pas pendant le confinement. Les chiens sont visiblement plus heureux et ça s'entend ! Le temps consacré à leurs promenades augmente de façon vertigineuse (+40 %). Ils sont plus choyés et le temps consacré à les grattouiller et caresser augmente en flèche de 43 %. En revanche, le nombre constaté d'aboiements chute de 15%. Ce ne sont pas les voisins confinés qui s'en plaindront.

Une récente étude réalisée par une marque de trackers GPS fixé dans le collier des animaux de compagnie (lire l'encadré à la fin de cet article) a révélé ce dont nous nous doutions tous: la vie de nos chats et de nos chiens a elle aussi radicalement changé durant le confinement. Qui dit maîtres H24 à la maison, implique forcément plus d'attention et de sollicitations - la plupart du temps bienvenues mais pas toujours... - et pour les chiens notamment une augmentation sensible du nombre de promenades quotidiennes. La mise en place progressive du déconfinement s'accompagnera forcément d'une présence moins grande des membres de la famille: certains ont peut-être même déjà repris le chemin du boulot, pour certains enfants, le retour à l'école se profile. Nos animaux vont donc devoir progressivement (ré)apprendre à vivre seuls, ce qui sera particulièrement vrai pour les chiens et chats "corona" adoptés durant le lockdown. "Il faudra les habituer tout doucement à se passer de nous, plaide le docteur Fabienne Bedet, vétérinaire comportementaliste, titulaire du diplôme de psychiatrie vétérinaire . Et les familiariser au port du masque qui risque de dérouter les chiens." Pour ceux et celles qui ne verront pas d'ici peu leur situation changer, le télétravail restant, quand c'est possible, toujours privilégié, voici aussi quelque conseils pour que cette cohabitation prolongée continue de rester bénéfique pour l'ensemble de la famille."En confinement, surtout dans les familles avec de jeunes enfants, les animaux peuvent parfois se retrouver surstimulés, note notre experte. Au point d'en avoir marre et de le montrer". Un chien qui grogne sur un enfant alors qu'il ne l'a jamais fait auparavant devrait vous alerter. N'envahissez pas son espace de manière intempestive, surtout s'il manifeste le souhait de rester tranquille en se couchant dans son panier. Même chose pour le chat par nature très attaché à son territoire et à l'organisation de celui-ci. "Le chat tient à ses rituels, poursuit Fabienne Bedet. Même si l'on est soudain très nombreux dans la maison, il faut éviter de changer ses habitudes. Il a des endroits pour dormir, pour manger, pour observer, pour jouer. Il est essentiel de respecter ses zones de repos".Les refuges peuvent en témoigner : le confinement a été pour certaines familles un élément déclencheur dans la prise de décision d'adopter un animal de compagnie. Si l'on peut redouter qu'il s'agisse parfois de l'envie soudaine de se trouver un passe-temps ou une bonne raison de sortir si l'on a choisi un chien, dans la majorité des cas, la période est en effet bien choisie: le fait d'être présent à la maison pour l'animal est plutôt un gage de réussite pour son adaptation et l'apprentissage de la propreté. "Mais il faudra aussi, dans le cas du chien principalement, penser à lui apprendre progressivement à vivre seul, prévient la vétérinaire. Cela vaut aussi pour les animaux qui faisaient déjà partie de la famille avant le lockdown. Si les sollicitations viennent de l'animal lui-même, n'hésitez pas dans ce cas à le remettre doucement à sa place." S'il devient trop collant, commencez par renvoyer gentiment le chien vers son panier ou déplacez votre chat s'il s'incruste sur votre ordinateur. Même s'ils répondent rarement aux ordres, les félins finissent bien par comprendre le message. "Ne les laissez plus vous suivre partout dans la maison, poursuit Fabienne Bedet. Laissez-les de temps en temps seuls dans une pièce en fermant la porte. Quittez la maison sans les prévenir et ne signalez pas non plus votre retour. De cette manière, ils se rendront compte que rien de grave ne leur arrive s'ils restent sans vous." L'envie de sortir de la maison combinée aux beaux jours des premières semaines de confinement ont poussé de nombreux propriétaires de chiens à augmenter le nombre de balades quotidiennes. "Un peu comme lorsque les vacances se termine, il faudra progressivement revenir au rythme ordinaire de la vie quotidienne, conseille la vétérinaire. Si lorsque vous partiez travailler toute la journée, vous vous contentiez de deux promenades par jour, il faut redescendre en douceur à ce nombre, en occupant entre-temps le chien autrement - par des petits jeux, l'apprentissage de "trucs"..." Mais pas trop non plus pour qu'il redevienne capable de se passer de vous. Là encore, tout sera question de dosage, à affiner de concert avec l'animal. Plus on s'y met tôt, moins la césure sera pénible pour tout le monde.Si tout à coup, de nouvelles pièces de la maison lui sont devenues accessibles, votre chat n'acceptera pas facilement de soudainement trouver porte close, surtout s'il a découvert dans l'une d'elle un nouvel endroit de repos à son goût. "Il sait désormais ce qui se trouve derrière la porte car il y a laissé ses odeurs, met en garde la vétérinaire. Placer peut-être un coussin sur son nouvel endroit de prédilection. Puis déplacez-le dans une autre pièce". Dans tous les cas, pour arriver à vos fins, il vous faudra faire preuve de patience.Les chiens surtout mais sans doute aussi les chats risquent d'être sérieusement surpris de vous voir porter un masque. Même chose pour les inconnus que les chiens seront amenés à croiser dans la rue. Là aussi, avant que tout le monde ne sorte masqué, il est sans doute utile de les acclimater à la chose. "Le masque va modifier complètement votre visage ce qui pourrait devenir angoissant pour l'animal, le chien surtout, soudain incapable d'interpréter le non verbal sur lequel il s'appuie d'ordinaire pour communiquer avec son maître, met en garde Fabienne Bedet. Les seuls signes qu'il pourra déchiffrer lui viendront des yeux. C'est tout un nouvel apprentissage qui lui aussi prendra un peu de temps.Mettez pour cela votre masque plusieurs fois par jour, quelques minutes seulement mais comme s'il s'agissait de quelque chose d'aussi banal qu'un chapeau et continuez à vaquer à vos occupations." Evitez surtout de vous approcher de votre animal et de vous adresser directement à lui ce qui pourrait l'effrayer les premières fois. "Interagissez avec lui comme si de rien n'était, ajoute la spécialiste. Appelez-le, jouez avec lui comme vous le faites d'ordinaire, puis enlevez le masque et continuez.""La situation particulière du confinement a pu déclencher ou aggraver des troubles du comportement déjà présents chez l'animal", comme par exemple l'anxiété, conclut Fabienne Bedet. Dans tous les cas, si vous détectez un changement de comportement inquiétant chez votre animal, n'hésitez pas à appeler votre vétérinaire habituel qui vous aidera d'abord à exclure tout risque de pathologie "classique" avant de vous envoyer si besoin chez un confrère comportementaliste.Pour toute demande d'information complémentaire, prenez contact avec l'union professionnelle vétérinaire www.upv.ve ou le groupe de vétérinaires comportementalistes www.vetbehav.be/