Pour établir ce plan d'attaque et bien repartir à zéro en 2022, nous avons rencontré Laurence Boogaerts, psychologue du travail, coach (*) et maître de conférences. D'entrée de jeu, la spécialiste propose, pour commencer l'année, de se baser sur le modèle KISS. Soit l'acronyme de la phrase anglaise "what to keep, to increase, to stop, to start" (en français, que garder, augmenter, stopper ou commencer). Simple, mais efficace. Il s'agit de se poser les questions fondamentales face à un comportement ou un objectif. Et ce, dans tous les domaines de la vie. Voilà pour la théorie. Mais, concrètement, ça donne quoi?

Au travail

"Même si tout n'a pas été simple et fluide en 2021, il s'agit de valoriser le chemin parcouru, explique la coach. On a tous eu des joies et des fiertés, parce qu'on a pu surmonter un obstacle, qu'on a pu solliciter des ressources nouvelles face à une situation." Les plus cartésiens d'entre nous se sont peut-être découvert une créativité insoupçonnée, par exemple. "Il s'agit de faire pragmatiquement la liste de l'année professionnelle écoulée, poursuit-elle. Et de reconnaître vraiment les compétences qu'on a sollicitées. Pour ça, quand c'est possible, pourquoi ne pas demander aux personnes avec qui on a travaillé ce qu'elles ont apprécié chez nous. Lorsque ces compétences sont reconnues par un tiers - collègues, chef... -, cette reconnaissance permet de nourrir l'estime de soi. Si cette dernière est boostée, la motivation à travailler, et par conséquent l'énergie investie, sont amplifiées aussi. Et, surtout, le travailleur se sent plus sécures et sereins sur son lieu de travail".

Concrètement, les chefs d'équipe peuvent organiser une réunion informelle de début d'année, un moment de rencontre, mais pas en format réunion - plutôt un repas ou un apéritif -, pour discuter de tout ça. Si les conditions sanitaires le permettent évidemment.

Car en effet, une donnée supplémentaire s'est invitée en 2021: la pandémie, avec son obligation au télétravail et ses réunions en distanciel. Laurence Boogaerts insiste dès lors sur la nécessité, en 2022, malgré les aléas sanitaires, de privilégier autant que possible les contacts humains. Pour ça, il faut minimiser les échanges virtuels qui se "limitent à l'interface homme-machine". Evidemment, dans certains cas, c'est impossible, au vu du manque de distanciation sociale, par exemple. Mais dans ces cas-là, explique Laurence Boogaerts," il s'agit de choisir l'option de réunion via caméra et d'éviter les mails".

En famille

"Par définition, une famille est un lieu de vie ensemble, résume la psychologue. C'est notre instinct grégaire qui nous pousse à vouloir appartenir à une cellule, une tribu familiale. Une tribu où chacun a, en temps normal, sa place, son rôle. Mais la situation sanitaire actuelle a profondément modifié la donne, avec le télétravail notamment. La vie professionnelle et la vie familiale se sont retrouvées imbriquées, au détriment de la seconde." Laurence Boogaerts insiste donc sur l'importance, en 2022, de " renforcer le ciment familial par de petites actions ". Ça peut commencer par rendre collective et amusante une tache domestique, comme la préparation d'un repas un peu festif. Ou par la création d'un rituel familial. Par des activités aussi - sortie théâtre, concert, grande promenade à pieds ou à vélos, film regardé ensemble sous un plaid... suivant les préférences de chacun. Ces activités communes témoignent de la " primauté de la famille, rappellent à chaque membre que ce lieu est symbole de l'amour inconditionnel ".

En couple

Un couple n'est pas une entité figée, et son épanouissement passe par une prise de conscience d'une essentielle co-responsibilité. Et puis, il ne faut pas oublier les essentiels piliers, que nous rappelle Laurence Boogaerts: "Partager, célébrer et surprendre, veiller à conserver des moments d'intimité, surtout quand il y a des enfants. Rire ensemble et dans une plus large mesure, partager des émotions. Pour ceci, l'art peut être un excellent médium, que ce soit le cinéma, le théâtre, les expositions."

Pour les personnes davantage branchées nature, les escapades en forêt ou en bord de mer sont toujours un moment privilégié, aussi. Et, pourquoi pas, s'improviser des danses au milieu du salon, un jour où on est seuls et posés. "Libérer le mouvement par la danse et/ou l'écoute de la musique permettent de nous connecter à nos énergies et nos émotions dans un focus interne. Et si ces activités sont privilégiées en couple, elles renforcent le partage émotionnel et peuvent même rééquilibrer les énergies de chacun ", précise à ce sujet Laurence Boogaerts.

Juste avec soi-même

Il est également important d'entretenir sa vie personnelle, en marge des vies professionnelle, familiale et amoureuse. Laurence Boogaerts le justifie: "Il est essentiel de s'ancrer dans ce qui nous fait du bien et ramener dans sa vie ce qu'on oublie de faire ou ce que l'on ne fait plus pour les mauvaises raisons. Que ce soit pour notre santé, notre plaisir, nos relations aux autres ou encore notre spiritualité." Elle insiste aussi sur l'importance de l'audace: "Il faut oser saisir les nouvelles opportunités, tenter de nouvelles expériences, se mettre des défis à sa portée, accessibles, des petits pas vers un objectif qui a de la valeur à nos yeux. S'y engager réellement et célébrer nos réussites, pour booster notre dopamine." Oser prendre des cours de fil de fer en école du cirque, reprendre la danse, rénover une pièce de sa maison, apprendre le chinois, mais aussi supprimer de son alimentation ce qui nous fait du mal, en pleine conscience, prendre enfin ce rendez-vous chez le médecin pour un check-up qu'on repousse depuis trop longtemps... Et pourquoi pas, en 2022... sauter à l'élastique? Ou décider de tomber amoureux pour de vrai...

(*) Pour aller plus loin: Laurence Boogaerts propose un coaching pour travailleurs. www.coachingprofessionnel.be

Et concrètement?

En famille

* Le conseil théâtre de Laurence Boogaerts: la reprise du Champ de Bataille, au Théâtre de Poche.

Le texte du roman de Jérome Colin, adapté et mise en scène par Denis Laujol est magistralement interprété par un Thierry Hélin d'une justesse et d'une sensibilité rare. Enfermé dans les toilettes, il soliloque sur ses enfants devenus ados. C'est drôle, désespéré parfois, mais jamais désespérant. Une thérapie familiale par la catharsis, en quelque sorte.

Du 10 mai au 4 juin 2022, au Théâtre de Poche à Bruxelles. www.poche.be

* Le conseil théâtre de la rédaction: le Festival XS, au Théâtre national, à Bruxelles.

Un condensé de toutes petites formes de théâtre, où on découvre souvent des pépites. L'aspect "festival" confère au moment une apparence festive, et le format réduit des spectacles (5 à 25 minutes environ) ainsi que le côté pluridisciplinaire de l'évènement (théâtre, danse, cirque, musique, vidéos) est idéal pour une famille avec ados. En outre, il est possible pour chacun de faire sa liste de choix, et se retrouver autour d'un petit plat ou d'un concert après l'enfilade des spectacles choisis.

Du 31 mars au 2 avril, au Théâtre national à Bruxelles. www.theatrenational.be

En couple

* Le conseil ciné de Laurence Boogaerts: l'intégrale des Lelouch

Se replonger dans l'univers d'un cinéaste, en commençant par cette pépite de 1966, Un homme et une femme. L'histoire de deux veufs inconsolables qui se rencontrent, et finissent par tomber éperdument amoureux.

* Le conseil nature de la rédaction: une promenade sous la charmille du Haut Marêt, à la Reid.

C'est la plus longue charmille d'Europe, romantique à souhait, hiver comme été. A deux pas de là, il est possible de louer une chambre d'hôte de luxe, thermes privatifs compris. Soit aux Thermes de la Charmille ou des enfants peuvent vous rejoindre (3 chambres), soit aux Thermes d'Oppidum, à Theux.

facebook.com/thermesdelacharmille etwww.thermes-oppidum.be

Juste avec soi-même (ou plus si affinités)

* Le conseil ciné de Laurence Boogaerts: Un monde plus grand de Fabienne Berthaud

Le pitch? Corine vient de perdre son grand amour, Paul. Effondrée, elle part en Mongolie pour enregistrer des chants traditionnels dans une communauté d'éleveurs de rennes. Là-bas, sa rencontre avec la chamane Oyun va bouleverser sa vie : Corine aurait un don rare. Intriguée, la jeune femme s'initie aux rites chamaniques...

* Le conseils ciné de la rédaction: La belle verte, de Coline Serraud.

Une planète éloignée et écologiquement idéale. Des êtres qui retournent de temps en temps sur Terre pour en prendre le pouls. Un constat terrible. Un dénouement plein d'espoir.

* Le conseil livre du libraire de Luc Dujardin, libraire chez Tropismes, à Bruxelles: Pour en finir avec soi-même, de Laurent de Sutter, PUF.

Un plaidoyer contre le développement personnel à tout va," instructif et surtout documenté et très bien écrit".

* Le conseil livre des libraires des Augustins, à Verviers: Où vivaient les gens heureux, de Joyce Mainard, éd. Philippe Ray

Oubli du passé et réalisation de ses rêves au programme.

* Le conseil podcast de la rédaction: Remède à la mélancolie, d'Eva Bester (France Inter).

Un invité, et ses remèdes, dans tous les sens, à la mélancolie. Plein d'humour, d'arts, d'histoire(s).

* Le conseil roman graphique de la rédaction: La légèreté, de Catherine Meurisse, Dargaud.

L'autrice, spécialiste sexo à Charlie l'Hebdo, a échappé de peu à l'attentat, peine de coeur faisant foi. Elle en a tiré un livre sublime de résilience, son parcours de reconstruction. Beau, dans l'esthétique autant que dans le propos.

Pour établir ce plan d'attaque et bien repartir à zéro en 2022, nous avons rencontré Laurence Boogaerts, psychologue du travail, coach (*) et maître de conférences. D'entrée de jeu, la spécialiste propose, pour commencer l'année, de se baser sur le modèle KISS. Soit l'acronyme de la phrase anglaise "what to keep, to increase, to stop, to start" (en français, que garder, augmenter, stopper ou commencer). Simple, mais efficace. Il s'agit de se poser les questions fondamentales face à un comportement ou un objectif. Et ce, dans tous les domaines de la vie. Voilà pour la théorie. Mais, concrètement, ça donne quoi?"Même si tout n'a pas été simple et fluide en 2021, il s'agit de valoriser le chemin parcouru, explique la coach. On a tous eu des joies et des fiertés, parce qu'on a pu surmonter un obstacle, qu'on a pu solliciter des ressources nouvelles face à une situation." Les plus cartésiens d'entre nous se sont peut-être découvert une créativité insoupçonnée, par exemple. "Il s'agit de faire pragmatiquement la liste de l'année professionnelle écoulée, poursuit-elle. Et de reconnaître vraiment les compétences qu'on a sollicitées. Pour ça, quand c'est possible, pourquoi ne pas demander aux personnes avec qui on a travaillé ce qu'elles ont apprécié chez nous. Lorsque ces compétences sont reconnues par un tiers - collègues, chef... -, cette reconnaissance permet de nourrir l'estime de soi. Si cette dernière est boostée, la motivation à travailler, et par conséquent l'énergie investie, sont amplifiées aussi. Et, surtout, le travailleur se sent plus sécures et sereins sur son lieu de travail".Concrètement, les chefs d'équipe peuvent organiser une réunion informelle de début d'année, un moment de rencontre, mais pas en format réunion - plutôt un repas ou un apéritif -, pour discuter de tout ça. Si les conditions sanitaires le permettent évidemment.Car en effet, une donnée supplémentaire s'est invitée en 2021: la pandémie, avec son obligation au télétravail et ses réunions en distanciel. Laurence Boogaerts insiste dès lors sur la nécessité, en 2022, malgré les aléas sanitaires, de privilégier autant que possible les contacts humains. Pour ça, il faut minimiser les échanges virtuels qui se "limitent à l'interface homme-machine". Evidemment, dans certains cas, c'est impossible, au vu du manque de distanciation sociale, par exemple. Mais dans ces cas-là, explique Laurence Boogaerts," il s'agit de choisir l'option de réunion via caméra et d'éviter les mails"."Par définition, une famille est un lieu de vie ensemble, résume la psychologue. C'est notre instinct grégaire qui nous pousse à vouloir appartenir à une cellule, une tribu familiale. Une tribu où chacun a, en temps normal, sa place, son rôle. Mais la situation sanitaire actuelle a profondément modifié la donne, avec le télétravail notamment. La vie professionnelle et la vie familiale se sont retrouvées imbriquées, au détriment de la seconde." Laurence Boogaerts insiste donc sur l'importance, en 2022, de " renforcer le ciment familial par de petites actions ". Ça peut commencer par rendre collective et amusante une tache domestique, comme la préparation d'un repas un peu festif. Ou par la création d'un rituel familial. Par des activités aussi - sortie théâtre, concert, grande promenade à pieds ou à vélos, film regardé ensemble sous un plaid... suivant les préférences de chacun. Ces activités communes témoignent de la " primauté de la famille, rappellent à chaque membre que ce lieu est symbole de l'amour inconditionnel ".Un couple n'est pas une entité figée, et son épanouissement passe par une prise de conscience d'une essentielle co-responsibilité. Et puis, il ne faut pas oublier les essentiels piliers, que nous rappelle Laurence Boogaerts: "Partager, célébrer et surprendre, veiller à conserver des moments d'intimité, surtout quand il y a des enfants. Rire ensemble et dans une plus large mesure, partager des émotions. Pour ceci, l'art peut être un excellent médium, que ce soit le cinéma, le théâtre, les expositions."Pour les personnes davantage branchées nature, les escapades en forêt ou en bord de mer sont toujours un moment privilégié, aussi. Et, pourquoi pas, s'improviser des danses au milieu du salon, un jour où on est seuls et posés. "Libérer le mouvement par la danse et/ou l'écoute de la musique permettent de nous connecter à nos énergies et nos émotions dans un focus interne. Et si ces activités sont privilégiées en couple, elles renforcent le partage émotionnel et peuvent même rééquilibrer les énergies de chacun ", précise à ce sujet Laurence Boogaerts. Il est également important d'entretenir sa vie personnelle, en marge des vies professionnelle, familiale et amoureuse. Laurence Boogaerts le justifie: "Il est essentiel de s'ancrer dans ce qui nous fait du bien et ramener dans sa vie ce qu'on oublie de faire ou ce que l'on ne fait plus pour les mauvaises raisons. Que ce soit pour notre santé, notre plaisir, nos relations aux autres ou encore notre spiritualité." Elle insiste aussi sur l'importance de l'audace: "Il faut oser saisir les nouvelles opportunités, tenter de nouvelles expériences, se mettre des défis à sa portée, accessibles, des petits pas vers un objectif qui a de la valeur à nos yeux. S'y engager réellement et célébrer nos réussites, pour booster notre dopamine." Oser prendre des cours de fil de fer en école du cirque, reprendre la danse, rénover une pièce de sa maison, apprendre le chinois, mais aussi supprimer de son alimentation ce qui nous fait du mal, en pleine conscience, prendre enfin ce rendez-vous chez le médecin pour un check-up qu'on repousse depuis trop longtemps... Et pourquoi pas, en 2022... sauter à l'élastique? Ou décider de tomber amoureux pour de vrai...