40 ans, c'est l'âge souvent avancé comme cap de départ à la "retraite" par les frugalistes - du nom donné à ces personnes qui préfèrent gagner moins mais mieux profiter de leur existence. "La plus jeune personne que j'ai rencontrée avait 33 ans. Certains prennent ce tournant dans leur cinquantaine, mais j'imagine que si l'on reprend toujours ce chiffre comme moyenne, c'est parce qu'il est à la fois atteignable et suffisamment révolutionnaire pour être excitant", explique Gisela Enders, qui a analysé de nombreux parcours et écrit J'arrête de travailler! Les clés du frugalisme (Yves Michel Eds). Parfois, il ne s'agit même pas de quitter son emploi; certains ne verraient pas d'objection à souffler leur quatre-vingtième bougie en étant professionnellement actif tant qu'ils sont libérés du travail obligatoire, de la nécessité d'encaisser un salaire chaque mois. Dans l'agenda de rêve des personnes interrogées, peu d'heures sur les green ou de binge-watching; il est souvent plutôt question de travail humainement enrichissant mais peu rémunéré, de bénévolat, de temps en famille, de voyages, de développement de connaissances et compétences, d'écriture ou d'autres passions.
...

40 ans, c'est l'âge souvent avancé comme cap de départ à la "retraite" par les frugalistes - du nom donné à ces personnes qui préfèrent gagner moins mais mieux profiter de leur existence. "La plus jeune personne que j'ai rencontrée avait 33 ans. Certains prennent ce tournant dans leur cinquantaine, mais j'imagine que si l'on reprend toujours ce chiffre comme moyenne, c'est parce qu'il est à la fois atteignable et suffisamment révolutionnaire pour être excitant", explique Gisela Enders, qui a analysé de nombreux parcours et écrit J'arrête de travailler! Les clés du frugalisme (Yves Michel Eds). Parfois, il ne s'agit même pas de quitter son emploi; certains ne verraient pas d'objection à souffler leur quatre-vingtième bougie en étant professionnellement actif tant qu'ils sont libérés du travail obligatoire, de la nécessité d'encaisser un salaire chaque mois. Dans l'agenda de rêve des personnes interrogées, peu d'heures sur les green ou de binge-watching; il est souvent plutôt question de travail humainement enrichissant mais peu rémunéré, de bénévolat, de temps en famille, de voyages, de développement de connaissances et compétences, d'écriture ou d'autres passions. C'est outre-Atlantique, avec des icônes comme Mr. Money Mustache (voir son site traduit en français par un fan: monsieurmoneymoustache.com), "retraité" à 30 ans (et depuis quinze ans), que le concept a pris de l'ampleur sous le nom de FIRE (Financial Independence, Retire Early). Chez nous, des groupes se créent: "En Belgique, c'est plus timide, mais l'on en parle de plus en plus", affirme Sébastien Aguilar, administrateur du groupe Facebook Financial Independence Belgium et responsable du site impactivated.com. Pour atteindre l'indépendance financière, les frugalistes misent sur une sorte de minimalisme boosté au Dow Jones. "Il y a deux leviers: le premier est de vivre plus simplement pour mettre de l'argent de côté que l'on pourra investir, mais aussi avoir besoin de moins de revenus. Le second est de générer des revenus passifs, qui ne sont donc pas issus d'un travail classique", résume Sébastien Aguilar. Poussez plus ou moins l'un ou l'autre curseur et vous obtiendrez des profils très différents entre celui qui loue des chambres dans son logement pour couvrir l'emprunt et embrasse une totale sobriété volontaire et celui qui cherche à maximiser ses revenus durant quelques années afin de créer le plus gros pécule possible à faire fructifier, tout en conservant un certain train de vie. Mais tous ont choisi de scruter leurs dépenses et de s'interroger en profondeur sur leurs priorités. Un refus de la surconsommation tout en restant ancré dans l'économie capitaliste: "Pour arriver à l'indépendance financière, le principe est simple, ce qu'il faut, c'est un revenu passif qui soit plus grand que son coût de vie, souligne Sébastien Aguilar. Il faut ensuite décomposer et savoir comment générer ces revenus passifs. Il y a plusieurs façons. Les deux principales sont l'immobilier et le marché des changes, mais il y a d'autres business qui se créent. Les gens sont assez créatifs: prêts entre particuliers, activités sur Internet..." Conseils pour composer son portefeuille boursier (avec souvent une approche non agressive, basée sur des indices) ou son parc immobilier, subtilités fiscales... les sites et groupes regorgent de ressources et la théorie est relativement vite absorbée. Parmi les principes régulièrement mis en avant se trouve la "règle des 4%" qui renvoie au taux d'épargne qui peut être dépensé annuellement pour que l'argent ne manque jamais, en supposant des choix de placements fidèles à la méthode. Vous voulez pouvoir dépenser 25.000 euros par an sans vous inquiéter? Vous devez disposer d'un capital de 625.000 euros. "Pour pouvoir vivre un jour de son capital, il faut précisément en avoir un, expose Gisela Enders. Lorsqu'on n'a pas la chance d'hériter ou de vendre son entreprise à un bon prix, cela signifie qu'il faut l'économiser." Particularité de ces rentiers du nouveau millénaire: ils n'ont pas peur de commencer l'aventure uniquement riche de dettes, avec comme philosophie que chaque euro compte et qu'il ne faut pas attendre d'être millionnaire pour songer à investir. Après tout, le temps, c'est aussi de l'argent puisqu'il le fait fructifier au fil des ans.