Evvidemment, ce serait un peu trop tentant de conclure que le prénom fait l'oliveron. Quoi qu'il en soit, Olivier Roman a grandi bien loin des vergers de grossane, dans la métropole marseillaise. Ce n'est qu'en 2008, après une expérience dans le maraîchage, qu'il a opté pour les oliviers séculaires de son oncle Hubert, alors décidé à prendre sa retraite. L'olive plutôt que la tomate, le temps long plutôt que la cadence des saisons. " cette idée que je ne suis que de passage parmi les oliviers. Ils étaient là avant moi, ils seront là après... "
...