Ce virus, "inoffensif pour l'homme" mais "hautement pathogène" pour les oiseaux, a été repéré dans la commune tarnaise d'Almayrac (sud-ouest), a annoncé vendredi le ministère de l'Agriculture.

Sa présence dans un élevage "ne permettra pas à la France de recouvrer le 3 décembre, comme envisagé, son statut indemne d'influenza aviaire", rappelle le ministère dans un communiqué. Or ce statut est indispensable pour exporter volailles et foie gras hors de l'Union européenne, notamment vers le Japon, premier importateur mondial de foie gras.

Le virus avait déjà été détecté le 26 novembre dans le Pas-de-Calais sur des canards sauvages.

La France, premier producteur mondial de foie gras, a perdu le statut de zone indemne vis-à-vis de la grippe aviaire à la suite d'une épizootie fin 2015 et espérait le récupérer en fin de semaine.

Cette épidémie avait durement touché les professionnels du foie gras en causant une perte de 25% de la production et une hausse structurelle des coûts de production liée aux nouvelles mesures de biosécurité appliquées dans les élevages.

Les exportations de volaille représentent environ 6% des ventes totales de la filière française.

Ce virus, "inoffensif pour l'homme" mais "hautement pathogène" pour les oiseaux, a été repéré dans la commune tarnaise d'Almayrac (sud-ouest), a annoncé vendredi le ministère de l'Agriculture.Sa présence dans un élevage "ne permettra pas à la France de recouvrer le 3 décembre, comme envisagé, son statut indemne d'influenza aviaire", rappelle le ministère dans un communiqué. Or ce statut est indispensable pour exporter volailles et foie gras hors de l'Union européenne, notamment vers le Japon, premier importateur mondial de foie gras.Le virus avait déjà été détecté le 26 novembre dans le Pas-de-Calais sur des canards sauvages.La France, premier producteur mondial de foie gras, a perdu le statut de zone indemne vis-à-vis de la grippe aviaire à la suite d'une épizootie fin 2015 et espérait le récupérer en fin de semaine.Cette épidémie avait durement touché les professionnels du foie gras en causant une perte de 25% de la production et une hausse structurelle des coûts de production liée aux nouvelles mesures de biosécurité appliquées dans les élevages.Les exportations de volaille représentent environ 6% des ventes totales de la filière française.