Le réalisateur autrichien Friedrich Moser est allé à la rencontre de brasseurs "originaux" d'Europe et des Etats-Unis. Le personnage principal est Christoph Bichler, installé dans le Tyrol autrichien. "Il fallait un brasseur assez jeune qui parte à la rencontre de certains déjà plus expérimentés", explique Maarten Schmidt, producteur du film tourné l'an dernier

En Belgique, le réalisateur s'est notamment rendu à Lembeek pour interroger Frank Boon, célèbre brasseur de lambic, et à Orval pour pénétrer dans la célèbre brasserie trappiste. Une halte qui s'imposait d'autant plus que c'est une femme, Anne-François Pypaert, qui brasse à Orval, explique M. Schmidt. Peter Bouckaert, un brasseur belge passé par Rodenbach à Roulers mais installé depuis de nombreuses années dans le Colorado où il a récemment lancé une petite brasserie, évoque, à divers moments du film, ce qui l'anime dans son métier de brasseur.

Le documentaire, de 93 minutes, s'adresse incontestablement aux passionnés de bière ("beergeeks"), mais pas uniquement. "Nous visons aussi un public de 20-30 ans qui a dépassé le stade de la consommation estudiantine et qui souhaite maintenant déguster la bière", explique Maarten Schmidt. "L'appréciation de la bière change. On le voit notamment dans la place qu'elle occupe dans la gastronomie", souligne-t-il.

Les séances bruxelloises des 16 et 17 novembre seront suivies de dégustation des brasseries Cantillon et de la Senne le samedi et En Stoemelings et Brussels Bber Project le dimanche.

Louvain a déjà manifesté son intérêt pour le documentaire et d'autres villes suivront, indiquait lundi Dalton Distribution à l'issue de la vision de presse.