La plus grande des brasseries trappistes en termes de volumes produits a investi 17 millions d'euros en fonds propres dans l'équipement et les bâtiments. La nouvelle cadence permettra d'atteindre les 55.000 bouteilles (33 cl) à l'heure contre 40.000 avec l'ancienne ligne. Cette dernière doit être démantelée cet été et reprise par la brasserie polonaise Fortuna dont une partie de l'actionnariat est belge. La nouvelle ligne prend ses quartiers sur le zoning industriel de Baileux à quelques kilomètres de l'abbaye Notre-Dame de Scourmont qui abrite encore la brasserie, faisant de la Chimay l'une des six brasseries trappistes authentiques de Belgique.

Les bureaux administratifs, l'embouteillage ainsi que le stockage et les zones de chargement ont été délocalisés en 1989 sur le zoning de Baileux afin de respecter au mieux la quiétude de la communauté qui compte encore 15 moines aujourd'hui.

© Getty Images

La nouvelle technologie dévoilée jeudi en présence notamment du ministre-président wallon Willy Borsus, n'entraînera aucune réduction des effectifs de la société, "au contraire", a souligné M. Pirlot. Il précise que les moines insistent pour que les investissements effectués ne se fassent jamais au détriment de l'emploi. Cent-dix personnes sont engagées à la brasserie et une trentaine à la fromagerie.

Les 4.000 mètres carrés de toit qui couvrent la nouvelle ligne ont été recouverts de 1.200 panneaux photovoltaïques, "de quoi réduire notre facture énergétique annuelle de l'ordre de 12 à 15%", commente M. Pirlot. Les efforts environnementaux se poursuivront l'an prochain avec l'édification d'une éolienne qui viendra alimenter la fromagerie et l'unité d'emballage de la brasserie.