Une sculpture en sucre, très rock

Grâce à sa pièce en sucre - et son guitariste cheveux au vent - la France a remporté pour la huitième fois l'un des plus prestigieux concours internationaux de gastronomie, devant le Japon et la Suisse. Le musicien, crinière et cravate au vent, son blouson de cuir couvert de roses en sucre, est accompagné d'un batteur en chocolat Valrhona, torse nu et vêtu d'un jean plus vrai que nature.

La sculpture de l'équipe de France © JT

"C'est une grande fierté de rentrer dans la famille des champions du monde", a souligné Etienne Leroy, un des membres de l'équipe de France. "J'ai du mal à réaliser, ça fait un an qu'on se dit que c'est possible", a-t-il ajouté.

Des heures de travail pour 22 équipes

Au total, 22 équipes venues des 4 continents concourraient cette année pour le titre. Composées d'un glacier, d'un pâtissier et d'un chocolatier, ces équipes devaient réaliser en 10 heures, dimanche et lundi, un entremet au chocolat, un entremet glacé aux fruits, une pièce en sucre et un gâteau individuel à l'assiette.

© CMpatisserie

Grosse déception pour le Japon qui a, pour sa part, dû se contenter, pour la troisième année consécutive, de la médaille d'argent, devant la Suisse. Les Suisses se sont pourtant fait une grosse frayeur quand, à moins de trente minutes de la fin de l'épreuve, une partie de leur pièce en sucre, sur le thème du monde du Dracula, s'est effondrée. Après un moment d'abattement, les coéquipiers, encouragés par leurs supporters au son de cloche de vache et dans une ambiance survoltée, ont continué de monter jusqu'aux dernières secondes les parties restantes de leur loup-garou.

L'équipe belge

L'équipe belge composée de Nicolas Arnaud (sucre), de David Redon (chocolat) et de Frédérick Dever (glace) ont terminé à la cinquième place, position très honorable sur 22 équipes en compétition. Les trois pâtissiers belges se sont bien battus mais n'ont pas réussi à imposer leur thème, "La loi de la nature", devant le jury.

Pour Philippe Rigollot, président du Comité international d'organisation de cette coupe du monde et lui-même champion en 2005, "le niveau augmente d'édition en édition". Chef pâtissière de l'année en 2012 et membre du comité, Claire Heizler a pour sa part confié avoir été "bluffée" par la progression de certains pays, et par le niveau de certains, comme l'Inde, qui participait pour la première fois.

L'équipe belge, lors du départ vers Lyon et le Sirha © Facebook-équipe belge CMP

La précédente édition de cette Coupe du monde, en 2015, avait été remportée par l'Italie.

Par Justine Toussaint (stg)