Les premiers écrits se référant à la tarte al djote remontent à 1218. Pour estimer la production annuelle de tartes, la confrérie a interrogé les 16 fabricants du circuit officiel - certains amateurs n'en cuisinent que pour leur cercle d'amis - et les 32 revendeurs identifiés à Nivelles. Parmi eux, quatre fabricants réputés enfournent plus de 1.000 tartes al djote chaque semaine, tandis que d'autres en produisent jusqu'à 1.500 hebdomadairement.

D'après la confrérie, qui inclut les recettes annexes lorsque la spécialité nivelloise est dégustée dans les restaurants de la ville, ces quelque 300.000 tartes al djote produites chaque année génèrent un chiffre d'affaires global de trois millions d'euros. Le prix d'une tarte al djote en boulangerie varie de 7 à 10 euros, selon les endroits.

Si les anciens Nivellois en rafolent, la tendance au retour aux produits de terroir et aux recettes authentiques accroît l'intérêt pour la tarte al djote des nouveaux habitants de Nivelles, et des touristes qui visitent la "cité des Aclots".

Les premiers écrits se référant à la tarte al djote remontent à 1218. Pour estimer la production annuelle de tartes, la confrérie a interrogé les 16 fabricants du circuit officiel - certains amateurs n'en cuisinent que pour leur cercle d'amis - et les 32 revendeurs identifiés à Nivelles. Parmi eux, quatre fabricants réputés enfournent plus de 1.000 tartes al djote chaque semaine, tandis que d'autres en produisent jusqu'à 1.500 hebdomadairement. D'après la confrérie, qui inclut les recettes annexes lorsque la spécialité nivelloise est dégustée dans les restaurants de la ville, ces quelque 300.000 tartes al djote produites chaque année génèrent un chiffre d'affaires global de trois millions d'euros. Le prix d'une tarte al djote en boulangerie varie de 7 à 10 euros, selon les endroits. Si les anciens Nivellois en rafolent, la tendance au retour aux produits de terroir et aux recettes authentiques accroît l'intérêt pour la tarte al djote des nouveaux habitants de Nivelles, et des touristes qui visitent la "cité des Aclots".