Le produit est "de qualité, comparable à tous égards aux pâtes méditerranéennes et les dépassant même sur plusieurs points", selon les initiateurs du projet, Wim Heylen de RV Food et les scientifiques agronomes de la Thomas More Hogeschool. Selon des tests, les terrains de culture en Belgique présentent de fortes similitudes avec ceux des pays méditerranéens: des sols sableux et limoneux souples, qui retiennent la chaleur pendant longtemps et avec une très bonne perméabilité à l'eau.

Le projet a dès lors été lancé en 2016. Trois ans après le début de l'expérimentation, le projet pilote a abouti à une véritable production de blé dur sur le sol belge. "Le blé dur actuellement cultivé dans notre pays permet déjà de produire des pâtes alimentaires qui peuvent être comparées à tous égards aux pâtes méditerranéennes et qui les dépassent même sur plusieurs points", se félicitent les initiateurs. La culture du blé dur offre en outre des possibilités inattendues aux agriculteurs belges, qui se portent mieux sur le plan financier étant donné que l'indemnisation qu'ils perçoivent pour cette céréale est bien plus importante que celle perçue pour les cultures agricoles belges traditionnelles. L'assortiment actuel comprend des spaghettis, penne, linguine et fusilli en emballage à sec.

Des variétés fraîches viendront s'ajouter à cette offre dans un futur proche. Les pâtes Belcampi seront disponibles à partir de fin juin dans la plupart des supermarchés du pays, à l'exception des magasins du groupe Colruyt.