Les plats "dégoûtants" ont désormais leur musée (en images)

Les plats "dégoûtants" ont désormais leur musée © Reuters

Les plats "dégoûtants" ont désormais leur musée © Reuters

On ne présente plus ce célèbre fromage sarde qu'est le Casu marzu accompagné de ses asticots. En effet, durant l'affinage des larves sont introduites dans le fromage afin de l'amener au stade utlime de fermentation. Au moment de la dégustation, les asticots peuvent être enlevés (mais ce n'est pas une obligation).

Les plats "dégoûtants" ont désormais leur musée © Reuters

Le Su Callu est aussi un fromage sarde dont la particularité est d'être fait à partir de lait crû de chevreau de lait. En d'autres mots, le lait tété par le chevreau est récupéré avec l'estomac sitôt ce dernier abattu. Après un temps plus ou moins long de fermentation, il est servi ainsi encore "emballé" dans l'estomac.

Les plats "dégoûtants" ont désormais leur musée © Reuters

Le Hakarl, un requin dont la chaire est saturée d'acide urique, est un plat aussi typique qu'"original" d'Islande. Il aurait, paraît-il, un goût de vieux fromage...

Les plats "dégoûtants" ont désormais leur musée © Reuters

Le Hakarl, un requin dont la chaire est saturée d'acide urique, est un plat aussi typique qu'"original" d'Islande. Il aurait, paraît-il, un goût de vieux fromage...

Les plats "dégoûtants" ont désormais leur musée © Reuters

Même pas besoin de savoir cuisiner, ce pénis de taureau se consomme crû...

Les plats "dégoûtants" ont désormais leur musée © Reuters

Le Balut, ou oeuf couvé, est un oeuf (de cane de préférence, mais il peut aussi être de poule ou de caille) qui a été fécondé depuis 18 jours au moins, et donc dont l'embryon est donc bien présent. Il sera cuit à la vapeur et se consomme à la coque, éventuellement les yeux fermés... à cause de l'aspect de ce plat.

Les plats "dégoûtants" ont désormais leur musée © Reuters

Le Natto est un plat japonais composé des graines de soja fermentées à l'aide d'une bactérie, le Bacillus subtilis natto. Ce plat est très facile à faire chez soi...

Les plats "dégoûtants" ont désormais leur musée © Reuters

On ne se lasse pas des tarentules grillées...

Les plats "dégoûtants" ont désormais leur musée © Reuters

Le Mongolian Bloody Mary, la seule différence avec le Bloody Mary classique est la présence d'un oeil de chèvre.

Les plats "dégoûtants" ont désormais leur musée © Reuters

La Jell-o salad, ou une salade à base de gélatine et agrémentée de tout ce qui vous passe sous la main: fruits, fromages, crèmes, guimauves, bretzels, noix...

Les plats "dégoûtants" ont désormais leur musée © Reuters

Plus connu de nos papilles gustatives, le coin des fromages "puants" qui ne sont entre autres de l'Epoisses, du Roquefort, du Vieux-Boulogne,...

Les plats "dégoûtants" ont désormais leur musée © Reuters

Du "vin de bébés souris": les souriceaux sont plongés dans l'alcool de riz à quelques jours à peine, avant qu'ils n'ouvrent les yeux. A déguster après quelques mois, voir un an de fermentation.

Les plats "dégoûtants" ont désormais leur musée © Reuters

Du "vin de bébés souris": les souriceaux sont plongés dans l'alcool de riz à quelques jours à peine, avant qu'ils n'ouvrent les yeux. A déguster après quelques mois, voir un an de fermentation.

Les plats "dégoûtants" ont désormais leur musée © Reuters

A la sortie du musée distribution de Surstromming, du hareng classiques mais fermentés durant de longs mois. Attention l'odeur est pestilentielle paraît-il.