Découper les tomates en deux. Éplucher la gousse d'ail et l'émincer finement au couteau. Faire chauffer une grande quantité d'eau salée et y faire cuire les paccheri. Râper le provolone en copeaux. Pendant que les pâtes cuisent, faire revenir à feu doux l'ail émincé dans l'huile d'olive, puis ajouter les tomates coupées en deux. Poursuivre la cuisson en veillant à ne pas faire brunir l'ail. Lorsque les pâtes sont cuites (très al dente, on est à Naples !), les égoutter en réservant une louche d'eau de cuisson, les transférer dans la poêle avec les tomates, augmenter le feu, ajouter l'eau de cuisson réservée et poursuivre la cuisson en mélangeant énergiquement (pour les plus experts, en faisant sauter les pâtes d'un coup de poignet). En fin de cuisson, incorporer les feuilles de basilic déchirées à la main. Servir avec le provolone râpé, et ajouter sur chaque assiette une goutte d'huile d'olive. En Italie, on dit que l'on ajoute l'olio crudo.

Découper les tomates en deux. Éplucher la gousse d'ail et l'émincer finement au couteau. Faire chauffer une grande quantité d'eau salée et y faire cuire les paccheri. Râper le provolone en copeaux. Pendant que les pâtes cuisent, faire revenir à feu doux l'ail émincé dans l'huile d'olive, puis ajouter les tomates coupées en deux. Poursuivre la cuisson en veillant à ne pas faire brunir l'ail. Lorsque les pâtes sont cuites (très al dente, on est à Naples !), les égoutter en réservant une louche d'eau de cuisson, les transférer dans la poêle avec les tomates, augmenter le feu, ajouter l'eau de cuisson réservée et poursuivre la cuisson en mélangeant énergiquement (pour les plus experts, en faisant sauter les pâtes d'un coup de poignet). En fin de cuisson, incorporer les feuilles de basilic déchirées à la main. Servir avec le provolone râpé, et ajouter sur chaque assiette une goutte d'huile d'olive. En Italie, on dit que l'on ajoute l'olio crudo.