Puisant allègrement du côté de ses origines philippines, Glen Ramaekers défrise les estomacs à la faveur d'une gastronomie sur le fil qui ose les rencontres inédites : poitrine de cochon laquée servie avec du chou lacto-fermenté (15 euros), ailes de poulet caramélisées avec du céleri et du bleu (9 euros) - le classique régressif de l'endroit -, voire avocat accompagné de caviar de hareng (12 euros)... Pas de doute, c'est garanti 100 % original et plein de saveurs. L'expérience s'articule autour d'une cuisine en prise directe sur la salle et d'un décor en bois brut signé Frédéric Nicolay. La carte des vins très " world " emmène l'amateur loin de ses habitudes : volcanique Viñatigo venu des îles Canaries, Roter Traminer autrichien de Josef Fritz ou Gramona du Mas Escorpí.
...

Vieux carrelage, bibliothèque où sont rangés les crus, tabourets patinés, lampes d'époque, tables en bois... Voilà un Cave qui ne manque pas d'allure. On le doit à Filippo La Vecchia, propriétaire surstylé, tatoué jusqu'au cou, de l'Osteria Romana, l'enseigne d'à côté qui s'est taillé une belle réputation dans la capitale. Cette adresse non conformiste évoque Le Dauphin d'Iñaki Aizpitarte (Paris). A la place des habituels antipasti, le lieu dégaine des créations qui sortent des sentiers battus : excellentes croquettes de ris de veau servies avec de la bottarga et de la sauge (13 euros), fines tranches de lard blanc sur le pain (7,50 euros), fondante caponata d'aubergines (7 euros) ou rocamadour, le fromage de chèvre, proposé avec de la truffe, du miel et du pollen (7,50 euros). Choix éclairé de flacons italiens (Rocca delle Macie, Fratelli Alessandria...) 13, avenue Legrand, à 1050 Bruxelles. Tél. : 02 648 13 95.On avait fini par croire que cuisines asiatiques et vins étaient définitivement brouillés. Erreur, une réconciliation s'est amorcée depuis peu. Maru en livre une preuve éclatante à travers un jeu de quilles renversantes : chablis de chez De Moor, Domaine Valette ou encore flacons joyeux signés Julien Guillot. Le décor tout en longueur est celui d'une cantine épurée jouant sur les tonalités claires - chêne, osier et bambou. Le mot d'ordre consiste à mettre les assiettes en commun : pajeon, d'excellentes " crêpes " composées de jeunes oignons et de fruits de mer ; jinmandu, imposantes ravioles cuites à la vapeur, farcies et généreuses sur l'ail ; ou encore yukhoe bibimbap, soit un mets, contenu dans un bol de pierre volcanique brûlant, à base de riz surmonté de boeuf cru, de légumes et d'un jaune d'oeuf. Addition aux alentours de 35 euros. 510, chaussée de Waterloo, à 1050 Bruxelles. Tél. : 02 346 11 11. Une enseigne qui enfile grignotages, vins éclairés et cuisine camerounaise, ça existe mais c'est only in Charleroi. Belles charcuteries tranchées minute, coeurs d'artichaut vinaigrés, samossa de volaille... Dès l'apéro, on souscrit. Côté vins, le moins que l'on puisse dire, c'est que le patron connaît son affaire : Château de Bellet, Gauby, Pinard, Trapet, Domaine de Trévallon... mais aussi bulles de prestige (Pol Roger). Sans oublier que le lieu possède un atout qui achève de donner l'envie de revenir : Clarisse. Inspirée par son Cameroun natal, elle prépare poulet DG - pour " Directeur Général " - qui ne lésine pas sur les légumes et les aromates, chili con carne à sa façon ou délicieux foie de veau comme à Yaoundé. 36, place de la Digue, à 6000 Charleroi. Tél. : 0472 23 69 32. www.lecribbi.be Un lieu en or. Le pitch ? Un restaurant gastro étoilé devenu cave à manger sans complexe. On doit ce fabuleux désamidonnage à Catherine Mathieu. Sa Pépite est une prunelle qu'elle a aménagée avec un talent fou. Des photophores aux tabliers, en passant par une cave voûtée et une fenêtre à guillotine qui offre une respiration sur la rue, rien n'est laissé au hasard. Idem pour les vins - Coche-Dury, Dagueneau... mais aussi des coups de coeur plus accessibles comme Gilles Azzoni ou les vins très digestes d'Anthony Tortul -, et la cuisine d'un jeune chef de 24 ans, Kevin Perlot, dont on n'a pas fini d'entendre parler. On retient son saumon mangue et yaourt grec (16 euros) mais également des petites perles qui surgissent au gré de l'imagination du cuisinier comme un remarquable tartare de truite jus de pomme verte, livèche et avocat. 44, rue Notre-Dame, à 5000 Namur. Tél. : 081 22 91 81. www.pepite-resto.be Ce bar tenu par une barista et un chef est l'endroit idéal pour laisser filer les heures en dégustant des vins naturels ponctués de savoureux en-cas ou un bon café et une portion de tarte maison. Cerise sur le proverbial gâteau, Edelrot propose des vins en provenance de domaines exploités par des viticulteurs hors normes et donne sciemment la préférence à ceux qui évitent l'usage de pesticides, herbicides et autres ajouts chimiques. Au menu petite restauration figurent charcuteries, fromages locaux, pain, tapenades maison et légumes en saumure (de 6,50 à 16 euros). Charmante courette à l'arrière pour les apéritifs estivaux. 64, Steendam, à 9000 Gand. Tél. : 0478 45 06 98. www.wijnbar-edelrot.be Une terrasse dans une cour intérieure et une ambiance festive : clairement l'une des adresses les plus branchées de Gand. Depuis leur cuisine ouverte, Matthias Devos et Jakob Everaert envoient en salle de petits plats à partager qui puisent leur inspiration dans des cultures de divers pays. On peut ainsi y déguster une combinaison espagnole de pulpo et de chorizo - avec une crème de haricots blancs - mais aussi une assiette d'houmous ou des burgers thaïlandais au poisson. La burrata est quant à elle accompagnée de légumes al dente, de pesto et de pignons de pin. Le restaurant est situé à l'arrière d'un coffee bar, ouvert du petit-déjeuner à la fin de l'après-midi. La carte des vins est restreinte mais sélectionnée avec soin et égayée par des bières spéciales de petites brasseries. 6, Zwijnaardsesteenweg, à 9000 Gand. Tél. : 09 398 81 09. www.vos.gent