Une cinquantaine d'usines de Dongguan, près de Hong-Kong, ont produit quotidiennement près de 500 tonnes de nouilles de riz fabriquées avec des grains pourris, révèle le Quotidien de la jeunesse de Pékin ce vendredi. Ces derniers ont été blanchis à l'aide d'additifs potentiellement cancérigènes. Des inspections sanitaires menées début décembre ont dévoilé l'utilisation de substances chimiques telles que le dioxyde de souffre. Selon la presse officielle de Pékin, cette dangereuse méthode se serait déjà répandue dans d'autres provinces de Chine pour réduire les coûts de production.

Inflation Ce mauvais riz était à l'origine destiné à l'alimentation animale, avant une hausse des prix des denrées constatée courant 2010. Aucune victime n'est à déplorer pour l'instant, mais ces nouilles ont d'ores et déjà été écoulées en grandes quantités dans les cantines de milliers d'usines à Dongguan.

Elise Lepine

Une cinquantaine d'usines de Dongguan, près de Hong-Kong, ont produit quotidiennement près de 500 tonnes de nouilles de riz fabriquées avec des grains pourris, révèle le Quotidien de la jeunesse de Pékin ce vendredi. Ces derniers ont été blanchis à l'aide d'additifs potentiellement cancérigènes. Des inspections sanitaires menées début décembre ont dévoilé l'utilisation de substances chimiques telles que le dioxyde de souffre. Selon la presse officielle de Pékin, cette dangereuse méthode se serait déjà répandue dans d'autres provinces de Chine pour réduire les coûts de production. Inflation Ce mauvais riz était à l'origine destiné à l'alimentation animale, avant une hausse des prix des denrées constatée courant 2010. Aucune victime n'est à déplorer pour l'instant, mais ces nouilles ont d'ores et déjà été écoulées en grandes quantités dans les cantines de milliers d'usines à Dongguan. Elise Lepine