La vente en ligne reste cependant la solution privilégiée lorsqu'il s'agit de se débarrasser des cadeaux non désirés. Sur le site internet 2ememain.be, "les mises en vente ont débuté quelques heures à peine après le réveillon de Noël et ont augmenté de 25% par rapport à un jour normal", explique la porte-parole, Aldine Reinink, qui constate que cette pratique est en hausse depuis plusieurs années.

Au hit-parade des cadeaux proposés, on retrouve des GSM, DVD, consoles, jeux vidéo, livres, bandes dessinées, jouets ou encore du parfum. Des articles que l'on peut se procurer "en ligne à des prix de 20% inférieurs à ceux pratiqués dans le commerce traditionnel", poursuit Mme Reinink.

"Le réflexe de revendre des objets non utilisés est entré dans les habitudes d'un grand nombre de consommateurs. Il en est de même pour les cadeaux non souhaités ou faisant double emploi", affirme la directrice de Cash Converters Belgique, Chantal Heymans.

"Une tendance qui est probablement due à la crise. Les gens préfèrent de l'argent plutôt que de garder un cadeau qui ne leur servira jamais", ajoute le directeur de 2ememain.be, Michiel van Deursen.

En janvier dernier, un sondage mené auprès de 1.000 personnes révélait que 17% d'entre elles avaient reçu un cadeau non souhaité. Parmi celles-ci, 29% ont cherché à revendre l'objet en question pour gagner un peu d'argent. Les ventes en ligne restent leur moyen favori (73%), devant les brocantes et braderies (24%) ainsi que les magasins de dépôt-vente (20%), selon Troc.com.

Weekend.be avec Belga

La vente en ligne reste cependant la solution privilégiée lorsqu'il s'agit de se débarrasser des cadeaux non désirés. Sur le site internet 2ememain.be, "les mises en vente ont débuté quelques heures à peine après le réveillon de Noël et ont augmenté de 25% par rapport à un jour normal", explique la porte-parole, Aldine Reinink, qui constate que cette pratique est en hausse depuis plusieurs années. Au hit-parade des cadeaux proposés, on retrouve des GSM, DVD, consoles, jeux vidéo, livres, bandes dessinées, jouets ou encore du parfum. Des articles que l'on peut se procurer "en ligne à des prix de 20% inférieurs à ceux pratiqués dans le commerce traditionnel", poursuit Mme Reinink. "Le réflexe de revendre des objets non utilisés est entré dans les habitudes d'un grand nombre de consommateurs. Il en est de même pour les cadeaux non souhaités ou faisant double emploi", affirme la directrice de Cash Converters Belgique, Chantal Heymans. "Une tendance qui est probablement due à la crise. Les gens préfèrent de l'argent plutôt que de garder un cadeau qui ne leur servira jamais", ajoute le directeur de 2ememain.be, Michiel van Deursen. En janvier dernier, un sondage mené auprès de 1.000 personnes révélait que 17% d'entre elles avaient reçu un cadeau non souhaité. Parmi celles-ci, 29% ont cherché à revendre l'objet en question pour gagner un peu d'argent. Les ventes en ligne restent leur moyen favori (73%), devant les brocantes et braderies (24%) ainsi que les magasins de dépôt-vente (20%), selon Troc.com. Weekend.be avec Belga