Ce projet vise à "rapprocher le Pacte vert des esprits et des foyers des citoyens", a indiqué la présidente de la Commission européenne, l'Allemande Ursula von der Leyen, qui l'avait annoncé en septembre.

L'exécutif européen a donné lundi le coup d'envoi d'une "phase de conception", avec un nouveau site web pour recueillir les contributions des artistes, architectes, ingénieurs, scientifiques, entrepreneurs, étudiants et toutes les personnes intéressées.

Il s'agit de "donner corps au concept", a expliqué la commissaire européenne Mariya Gabriel, chargée de la Culture et de l'innovation, lors d'une conférence de presse, annonçant que le nouveau prix serait lancé "avant l'été".

La première édition "va se concentrer sur des réalisations déjà existantes", "des bâtiments, espaces publics, pratiques, méthodes" qui sont des "illustrations concrètes des valeurs" du nouveau Bauhaus européen. Pour les suivantes, il s'agira de nouveaux projets.

Une dizaine de catégories pour ce prix doivent être définies.

Chaque lauréat recevra 30.000 euros et une aide pour réaliser un documentaire ou une exposition, a-t-elle précisé.

Le nom de "nouveau Bauhaus européen" ne fait toutefois pas l'unanimité: une pétition lancée aux Pays-Bas et signée par des artistes, enseignants et chercheurs lui reproche de ne pas être "inclusif". Ils estiment que le terme fait référence à un mouvement "très occidental et eurocentrique".

"L'important ce n'est pas le nom, c'est le concept", a rétorqué la commissaire Elisa Ferreira chargée de la cohésion et des réformes. Elle a souligné qu'il faisait référence à une approche interdisciplinaire, pour une "mise en oeuvre au plus près de la population du Pacte vert", autour des notions clés "d'inclusion, de durabilité et d'esthétique".

Cette phase de conception doit conduire à l'ouverture, à l'automne prochain, "d'appels à propositions visant à concrétiser les idées du nouveau Bauhaus européen en au moins cinq endroits des États membres de l'UE, grâce à l'utilisation de fonds de l'UE aux niveaux national et régional", selon la Commission.

Ce projet vise à "rapprocher le Pacte vert des esprits et des foyers des citoyens", a indiqué la présidente de la Commission européenne, l'Allemande Ursula von der Leyen, qui l'avait annoncé en septembre.L'exécutif européen a donné lundi le coup d'envoi d'une "phase de conception", avec un nouveau site web pour recueillir les contributions des artistes, architectes, ingénieurs, scientifiques, entrepreneurs, étudiants et toutes les personnes intéressées. Il s'agit de "donner corps au concept", a expliqué la commissaire européenne Mariya Gabriel, chargée de la Culture et de l'innovation, lors d'une conférence de presse, annonçant que le nouveau prix serait lancé "avant l'été".La première édition "va se concentrer sur des réalisations déjà existantes", "des bâtiments, espaces publics, pratiques, méthodes" qui sont des "illustrations concrètes des valeurs" du nouveau Bauhaus européen. Pour les suivantes, il s'agira de nouveaux projets.Une dizaine de catégories pour ce prix doivent être définies. Chaque lauréat recevra 30.000 euros et une aide pour réaliser un documentaire ou une exposition, a-t-elle précisé.Le nom de "nouveau Bauhaus européen" ne fait toutefois pas l'unanimité: une pétition lancée aux Pays-Bas et signée par des artistes, enseignants et chercheurs lui reproche de ne pas être "inclusif". Ils estiment que le terme fait référence à un mouvement "très occidental et eurocentrique". "L'important ce n'est pas le nom, c'est le concept", a rétorqué la commissaire Elisa Ferreira chargée de la cohésion et des réformes. Elle a souligné qu'il faisait référence à une approche interdisciplinaire, pour une "mise en oeuvre au plus près de la population du Pacte vert", autour des notions clés "d'inclusion, de durabilité et d'esthétique".Cette phase de conception doit conduire à l'ouverture, à l'automne prochain, "d'appels à propositions visant à concrétiser les idées du nouveau Bauhaus européen en au moins cinq endroits des États membres de l'UE, grâce à l'utilisation de fonds de l'UE aux niveaux national et régional", selon la Commission.