Repenser les grands ensembles d'habitation collective sous le prisme de l'humain et de l'environnement : tel est le projet de l'Institut Culturel d'Architecture Wallonie-Bruxelles qui organise une nouvelle exposition en collaboration avec l'Eden à Charleroi. Ce dernier inaugurera pour l'occasion son nouvel espace, après de longs travaux d'agrandissement et de rénovation. Cette extension, nommée "Le Cinq" en référence au n°5 du boulevard Bertrand, est le résultat d'un an et demi de remise à neuf des anciens bâtiments de la Samaritaine, qui jouxtent les locaux de l'Eden. Avec une jauge de 700 places, Le Cinq offre un espace idéal pour les événements et les ateliers des associations et des collectifs résidents. Une inauguration qui tombe à pic au vu du thème de l'exposition : la problématique de réhabilitation des grands ensembles.

Tout le territoire

L'Institut Culturel d'Architecture s'est fixé pour objectif d'explorer tous les six mois les possibilités architecturales d'une ville wallonne. "La spécificité du l'ICA est qu'il n'a pas de locaux fixes, ce qui permet de ne pas favoriser un lieu plus qu'un autre", explique David Serati, architecte et chargé de communication de l'Institut. "L'intérêt est déjà beaucoup porté sur Bruxelles, et il s'agissait d'avoir un ancrage fort sur tout le territoire."

La Cité Yernaux à Montignies-sur-Sambre

Déjà passé par Tournai et Namur, l'ICA a choisi Charleroi pour sa deuxième exposition en 2021, et s'intéresse aux enjeux architecturaux, urbains et humains de la rénovation des grands ensembles dans la région, en réaction à la promesse de juin 2020 du gouvernement wallon d'injecter 1,2 milliard d'euros dans la rénovation du parc locatif wallon. Pour l'ICA, cette annonce est l'occasion parfaite de repenser l'habitation autrement, de réhabiliter les grands ensembles et d'améliorer leur durabilité pour assurer le bien-être des habitants dans les cités.

Le projet de co-housing du studio Stekke+Fraas, à Forest. Ce bureau participe à l'expo de l'Eden., Tim Van de Velde
Le projet de co-housing du studio Stekke+Fraas, à Forest. Ce bureau participe à l'expo de l'Eden. © Tim Van de Velde

Habitation idéale

L'exposition L'Architecture monte dans les tours sera visible pendant deux semaines à l'Eden et présentera le travail de plusieurs architectes et photographes belges, dont celui de François Stekke et Serge Fraas du bureau d'architecture Stekke + Fraas, illustré par les clichés de la photographe bruxelloise Marie-Noëlle Dailly. Le programme, disponible sur le site de l'Institut, prévoit également des conférences et des visites d'exploration urbaines qui mettent en lumière les questionnements sur les logements collectifs et interrogent la mince frontière entre l'habitation par défaut et l'habitation idéale. L'ICA affirme vouloir faire de ce projet un moyen de "concilier les enjeux énergétique et budgétaire" qu'implique la réhabilitation de ces grands espaces "sans oublier l'humain".

Par Sirine El Ansari

L'exposition, les conférences ainsi que les visites exploratoires sont gratuites, sur inscription via le site de l'Eden : www.eden-charleroi.be

Repenser les grands ensembles d'habitation collective sous le prisme de l'humain et de l'environnement : tel est le projet de l'Institut Culturel d'Architecture Wallonie-Bruxelles qui organise une nouvelle exposition en collaboration avec l'Eden à Charleroi. Ce dernier inaugurera pour l'occasion son nouvel espace, après de longs travaux d'agrandissement et de rénovation. Cette extension, nommée "Le Cinq" en référence au n°5 du boulevard Bertrand, est le résultat d'un an et demi de remise à neuf des anciens bâtiments de la Samaritaine, qui jouxtent les locaux de l'Eden. Avec une jauge de 700 places, Le Cinq offre un espace idéal pour les événements et les ateliers des associations et des collectifs résidents. Une inauguration qui tombe à pic au vu du thème de l'exposition : la problématique de réhabilitation des grands ensembles.L'Institut Culturel d'Architecture s'est fixé pour objectif d'explorer tous les six mois les possibilités architecturales d'une ville wallonne. "La spécificité du l'ICA est qu'il n'a pas de locaux fixes, ce qui permet de ne pas favoriser un lieu plus qu'un autre", explique David Serati, architecte et chargé de communication de l'Institut. "L'intérêt est déjà beaucoup porté sur Bruxelles, et il s'agissait d'avoir un ancrage fort sur tout le territoire." Déjà passé par Tournai et Namur, l'ICA a choisi Charleroi pour sa deuxième exposition en 2021, et s'intéresse aux enjeux architecturaux, urbains et humains de la rénovation des grands ensembles dans la région, en réaction à la promesse de juin 2020 du gouvernement wallon d'injecter 1,2 milliard d'euros dans la rénovation du parc locatif wallon. Pour l'ICA, cette annonce est l'occasion parfaite de repenser l'habitation autrement, de réhabiliter les grands ensembles et d'améliorer leur durabilité pour assurer le bien-être des habitants dans les cités.L'exposition L'Architecture monte dans les tours sera visible pendant deux semaines à l'Eden et présentera le travail de plusieurs architectes et photographes belges, dont celui de François Stekke et Serge Fraas du bureau d'architecture Stekke + Fraas, illustré par les clichés de la photographe bruxelloise Marie-Noëlle Dailly. Le programme, disponible sur le site de l'Institut, prévoit également des conférences et des visites d'exploration urbaines qui mettent en lumière les questionnements sur les logements collectifs et interrogent la mince frontière entre l'habitation par défaut et l'habitation idéale. L'ICA affirme vouloir faire de ce projet un moyen de "concilier les enjeux énergétique et budgétaire" qu'implique la réhabilitation de ces grands espaces "sans oublier l'humain". Par Sirine El Ansari