Pour résoudre la crise du logement qui secoue les grandes villes du monde aujourd'hui, les architectes, les urbanistes, mais aussi les citoyens lambda proposent des solutions innovantes, où le groupe prend le dessus sur l'individu pour, finalement, mieux vivre ensemble. C'est à cette nouvelle façon d'habiter ...

Pour résoudre la crise du logement qui secoue les grandes villes du monde aujourd'hui, les architectes, les urbanistes, mais aussi les citoyens lambda proposent des solutions innovantes, où le groupe prend le dessus sur l'individu pour, finalement, mieux vivre ensemble. C'est à cette nouvelle façon d'habiter que se consacre cette expo du CID, au Grand-Hornu. Un lieu de choix pour traiter de cette thématique puisque la cité ouvrière hennuyère fut à l'époque de sa construction, de 1816 à 1835, basée sur un modèle paternaliste - et assez utopique - de vie des travailleurs, d'une certaine façon, en communauté. Le parcours s'attarde ainsi dans un premier temps sur ces exemples historiques qui explorèrent, il y a longtemps déjà, ces pistes de mutualisation du logement : phalanstères, coopératives des années 20, etc. L'accrochage s'intéresse ensuite à des initiatives actuelles, de Berlin à Tokyo, au fil de maquettes grand format, d'une reproduction à taille réelle d'un appartement inspiré de cette philosophie mais aussi d'analyses de cas spécifiques, comme celui de Brutopia, un projet participatif bruxellois qui a conduit à la construction de près de trente logements autour d'un jardin et d'espaces de fête communs. Le tout pour mieux comprendre l'impact de ce mode de pensée moins égocentrique sur les volumes et les matériaux mis en oeuvre.