Si la Jonction Nord-Midi, cette fameuse tranche de territoire qui balafre la capitale et fait le lien ferroviaire entre les gares bruxelloises, est depuis toujours considérée comme un traumatisme urbain, l'époque de son élaboration fut pourtant particulièrement riche en réflexions sur la ville. Partant de cet fait de l'histoire que d'aucuns considèrent comme une erreur majeure, le CIVA propose une exposition qui met en avant l'émulation a...

Si la Jonction Nord-Midi, cette fameuse tranche de territoire qui balafre la capitale et fait le lien ferroviaire entre les gares bruxelloises, est depuis toujours considérée comme un traumatisme urbain, l'époque de son élaboration fut pourtant particulièrement riche en réflexions sur la ville. Partant de cet fait de l'histoire que d'aucuns considèrent comme une erreur majeure, le CIVA propose une exposition qui met en avant l'émulation architecturale qui régnait à cette période. Au fil de documents de très grande qualité - plans, vues perspectives, maquettes, dessins... -, l'institution présente une série de projets qui furent pour la plupart recalés mais qui soulèvent des questions constructives et urbanistiques encore d'actualité. "L'idée du CIVA est de concevoir une série d'expositions pour mettre en avant son incroyable fonds d'archives, explique la commissaire et scénographe de ce parcours, Audrey Comtesse. Ici, nous avons décidé de travailler autour de cette Jonction Nord-Midi car cela permet de parler plus largement de la période de recherche qui court de 1836 à 1952, des gares, mais aussi de deux autres projets-phares qui y sont en partie liés: la bibliothèque Albert 1er et la Cité administrative."Dès l'entrée de l'expo, on découvre le travail de l'illustratrice Marie Trossat, qui a incrusté dans des vues de Bruxelles aujourd'hui des projets anciens non-construits, tels que celui réalisé par Lucien de Vestel en 1935 pour la gare du Midi, affublée alors d'une gigantesque tour; ou celui de Maxime Brunfaut datant de 1938 et imaginant la Bibliothèque royale non pas au Mont des Arts mais au Botanique...Les amoureux de la ville et de l'art de bâtir découvriront ainsi, de salle en salle, des projets tantôt très modernes, tantôt complètement baroques qui, s'ils avaient été érigés, auraient donné à Bruxelles une toute autre physionomie. De quoi questionner la politique urbaine menée, y voir de bonnes et de moins bonnes choses, et puiser des idées pour l'avenir, au fil des travaux de Victor Bourgeois, Victor Horta, Henry Lacoste et consorts.