" L'acte de construire implique, intrinsèquement, un rapport conflictuel à l'eau. " Voilà le préambule posé en introduction de ce très beau livre dédié aux maisons privées entretenant un lien particulier avec l'or bleu. L'humidité et les intempéries sont en effet souvent considérées comme les pires ennemies de l'architecture... Mais lacs, rivières et océan...

" L'acte de construire implique, intrinsèquement, un rapport conflictuel à l'eau. " Voilà le préambule posé en introduction de ce très beau livre dédié aux maisons privées entretenant un lien particulier avec l'or bleu. L'humidité et les intempéries sont en effet souvent considérées comme les pires ennemies de l'architecture... Mais lacs, rivières et océans s'avèrent également d'incroyables muses, qui ont le don de faire sortir les créateurs des sentiers battus pour imaginer des bâtiments " entrant en résonance avec leur environnement ", comme le souligne encore cet ouvrage qui conclut : " C'est une toile de fond en perpétuelle évolution, qui absorbe et reflète toutes les nuances de couleur. " Prenez cet OEuf Exbury (3.), posé le long de la Beaulieu River, dans le Hampshire, en Angleterre. Ce projet artistique, tout de cèdre vêtu, explore les façons de s'abriter dans la nature sans la profaner, dans un espace minimal mais parfaitement dimensionné. Monté par un fabricant de bateaux de la région, il s'inspire de la faune locale et de ses oiseaux qui installent leur nid sur les berges. Durant la journée, sa forme ovale projetée sur la surface s'étire pour offrir un spectacle lent et apaisant. De même, ce Chalet des Bassins (2.) érigé par le bureau HUUM, dans le Montana aux Etats-Unis, s'organise autour d'une série d'étangs dans lesquels il se mire ; tandis que dans cette villa japonaise dessinée par Takuro Yamamoto (1.), l'eau est importée en toiture, à la faveur d'une piscine-miroir animant les volumes immaculés et réverbérant les nuages. De la Norvège au Portugal, du Chili à l'Inde, on découvre ainsi les qualités plastiques de cet élément contraignant de prime abord, qui se laisse subtilement apprivoiser par l'homme... pour finalement transcender son habitat.