Les chantiers architecturaux: moments de promesse... et de propagande (en images)

B. Descamps, Badauds regardant par le trou d'une palissade du chantier du forum des Halles, devant la fontaine des Innocents, 1979 © BHVP-Parisienne de Photo

L'exposition "L'art du chantier: construire et démolir du XVIe au XXIe siècle", jusq'au 11 mars à la Cité de l'architecture et du patrimoine, est "un pari courageux", admet Valérie Nègre, architecte et commissaire principale de l'exposition, car le thème peut sembler technique.

Mais l'exposition du Palais de Chaillot, particulièrement foisonnante et intelligente, est multidimensionnelle, révélant les nombreux recoupements avec l'histoire des mentalités, des civilisations et des systèmes politiques, de l'URSS à New York, de Paris à Rome ou Londres. "Le chantier, c'est un acte par lequel l'homo faber bâtit sa société et se bâtit; c'est aussi un moment de promesses. Ce thème a énormément plu aux artistes", particulièrement les photographes, note la commissaire.

Sur cinq siècles, il y aura deux préoccupations successives: il s'est d'abord agi de "vaincre la pesanteur et de franchir l'infranchissable", et puis, ce double défi relevé, de "construire plus léger" --un défi agrémenté aujourd'hui de préoccupations environnementales.

Construction implique souvent démolition, parfois de monuments immenses et de quartiers entiers: démolitions révolutionnaires comme la Bastille, démolitions répondant à des plans urbains omme celles de Haussmann à Paris.

Le regard de l'artiste va être rivé sur ces machines conçues pour relever chaque nouveau défi titanesque, et elles seront sujets d'inspiration artistique. Des noms d'animaux --grue, mouton, chèvre, chat-- leur sont acollés, ce qui montre que la machine est assimilée au corps, au vivant.

Peintres et dessinateurs s'attardent à fixer la mémoire des nombreux métiers du chantier: soit parce qu'ils sont en voie de disparition, soit pour en dénoncer le caractère inhumain. Des dessins très précis, influencés par le tailorisme, vont étudier comment optimaliser les gestes de l'homme sur sa machine pour augmenter le rendement.

Beaucoup de tableaux, films et photos illustrent la fascination qu'exerce le chantier, spectacle naturel voire surnaturel, comme dans ce petit film de 1929 où l'on voit la foule romaine massée au passage d'un attelage de 80 boeufs traînant un monolithe en marbre de Carrare. Tour Eiffel, viaduc de Garabit, etc... Les photographes, les dessinateurs se passionneront.

Outil de propagande

L'exposition montre combien le chantier urbain est aussi une occasion de sociabilisation. Les badauds se rassemblent, lors de grandes fêtes au son du tambour et parfois en présence des souverains, comme dans cette toile d'Hubert Robert montrant le décintrement du pont de Neuilly en 1772.

Le chantier est tantôt vu comme un progrès --enfin jouir d'une belle vue de sa fenêtre!- tantôt comme un embarras, une nuisance, les caricatures dénonçant les accidents. Des tableaux, ex-votos à la Vierge, montrent des ouvriers qui chutent de leur échafaudage et survivent par miracle.

L'art du chantier est "un acte politique où le pouvoir s'exprime", analyse Mme Nègre. Hitler et Mussolini n'hésitent pas à se représenter en pelleteur ou en piocheur. Et la propagande soviétique exalte le héros du chantier, surhomme puissant. "Les hommes du bâtiment sont en hauteur, dominent la société, sont ceux qui ont du recul, une vision", explique la commissaire. Ce sont eux qu'on voit appeler à rallier les mouvements sociaux, par exemple dans les oeuvres de Théophile Steinlen.

Des souverains comme Louis-Philippe, ou les bourgeois parisiens, sont caricaturés pour les chantiers dont ils tirent gloire.

Le chantier permet au contraire l'exaltation de l'ouvrier, funambule heureux au dessus du vide, comme dans les photos newyorkaises d'Eugène de Salignac et de Lewis Hiches Hine.

Cet engouement pour l'art du chantier connaîtra une cassure dans les années 60, note Marie-Hélène Contal, l'autre commissaire de l'exposition. Avec l'urbanisme déshumanisé des grands ensembles, "le chantier a été coupé de la ville, alors qu'il était très poreux et intégré au tissu social". L'engouement d'autrefois du public pour les chantiers semble toutefois revenir avec les projets du Grand Paris, note-t-elle.

L'Art du chantier. Construire et démolir du 16e au 21e siècle © Avery Architectural&Fine Arts Library, Columbia University

Knickerbocker Photo Service, L'Empire State Building en construction, 1930

© Paris, musée d'Orsay

Le viaduc de Garabit, état des travaux le 6 avril 1884, Terpereau Alphonse (actif de 1863 à 1884).

L'Art du chantier. Construire et démolir du 16e au 21e siècle © Library of Congress

Ecluse Miraflores en construction, Canal de Panama, vers 1913

L'Art du chantier. Construire et démolir du 16e au 21e siècle © Sir John Soane's MuseumPh. Geremy Butler

Bureau de John Soane, Vue de la salle de l'infirmerie de l'Hôpital Royal de Chelsea en construction, 1809

Le chantier © RMN-Grand Palais (musée d'Orsay)-Hervé Lewandowski

Maximilien Luce, Le chantier dit aussi Le chantier en construction, 1911

Les constructeurs à l'aloès © RMN-GP (musée F. Léger)-G.Blot ©Adagp, Paris, 2018

Fernand Léger, Les Constructeurs à l'aloès, 1951. Tapisserie tissée par les ateliers Pinton Frères

© RMN-GP (musée d'Orsay)-R-G Ojéda ©Adagp, Paris, 2018

Henri Rivière, Ouvrier plombier sur la tour. Les Trente-six vues de la Tour Eiffel, entre 1888 et 1902.

L'Art du chantier. Construire et démolir du 16e au 21e siècle © New York City Municipal Archives

Eugène de Salignac, Peintres suspendus aux câbles du pont de Brooklyn, 7-10-1914

L'Art du chantier. Construire et démolir du 16e au 21e siècle © The New York Public Library

Lewis Wickes Hine, Icare, tout en haut de l'Empire State, 1931

© The New York Public Library

Lewis Wickes Hine, Un ouvrier à cheval sur un crochet de grue, 1931

© RMN-GP-Jacques Quecq d'Henripret

Alphonse Le Blondel, Lille, percement de la rue de la Gare, vers 1870. Lille, Palais des Beaux-arts

L'Art du chantier. Construire et démolir du 16e au 21e siècle © Musée d'art et d'histoire - Saint Denis - Cliché J.-L. Cornier

Maximilien Luce, Percement de l'Avenue Junot à Montmartre, 1910

L'Art du chantier. Construire et démolir du 16e au 21e siècle © DR

Michel Delaporte, Le replatrage dans La caricature morale, politique et littéraire

L'Art du chantier. Construire et démolir du 16e au 21e siècle © DR

Achille Beltrame, Mussolini lance le chantier de la via dei Fori

L'Art du chantier. Construire et démolir du 16e au 21e siècle © BNF-Estampes et photographies

Alexandre Théophile Steinlen, Tu t'en iras par les pieds devant !, 1895

L'Art du chantier. Construire et démolir du 16e au 21e siècle © DR

Tu es syndiqué. Pourquoi n'est-tu pas coopérateur, vers 1935

L'Art du chantier. Construire et démolir du 16e au 21e siècle © Felix Candela architectural records and papers, 1950-1984, Avery Architectural & Fine Arts Library, Columbia University

Mise en charge d'une dalle-champignon en ciment

Plug-in City (2000) - Expérience monumentale © DR

Alain Bublex, Plug-in City, Expérience monumentale, 2003

© Musée Carnavalet-Roger-Viollet

Jean-Claude Gautrand, L'Assassinat de Baltard, 1971

L'Art du chantier. Construire et démolir du 16e au 21e siècle © DR

"En remerciement à Notre-Dame-de-Laghet. 17.12.26 Menardo Geoffroy", 1927

L'Art du chantier. Construire et démolir du 16e au 21e siècle © DR

"Ex voto. Ma. Sig. Staudo dentro nel cortile successo il 18 aprile venerdi santo 1851. Paolo Tibaud. Malero Modesto. Fortune Viegi", 1851

L'Art du chantier. Construire et démolir du 16e au 21e siècle © Fonds Lafaille. SIAF-CAPA-Archives d'architecture du XXe siècle

Essai de résistance de voûtes en briques de béton cellulaires

© BHVP-Parisienne de Photo

B. Descamps, Badauds regardant par le trou d'une palissade du chantier du forum des Halles, devant la fontaine des Innocents, 1979