Bar clandestin

A 52 ans, l'Américaine Kelly Wearstler est présentée comme "un véritable phénomène dans le monde du design" par la presse internationale avide de ses aménagements d'intérieur, de ses collections de meubles et de son style bien reconnaissable qui a déjà séduit de nombreuses célébrités, sutout sur la côte ouest des Etats-Unis. Pour ce projet new-yorkais, destiné à une jeune famille, elle a réussi à récupérer l'espace sous l'escalier pour créer un bar des plus glam'. "Les propriétaires de cette maison de maître aux abords de Central Park sont de grands amateurs d'art, explique la conceptrice qui fait l'objet d'un récent bouquin aux éditions Rizzoli, Evocative Style. Ils organisent pratiquement toutes les semaines un dîner ou une soirée pour une vingtaine de convives. Lorsque nous avons découvert cet emplacement sous les marches, caché derrière une cloison, j'ai immédiatement pensé que ce serait la place idéale pour y dissimuler un bar secret... et épater les invités!" Quand la fête est finie, verres et bouteilles s'éclipsent derrière une porte qui donne l'impression d'avoir toujours été là - un tour de passe-passe que Kelly Wearstler a pu réaliser en combinant le bois de rose et la pierre calcaire noire déjà présents un peu partout dans cette bâtisse vieille de 120 ans. Deux tables Demistella d'Ettore Sottsass gardent l'accès au cabinet à boissons. "Nous sommes ainsi parvenus à convertir un espace perdu de l'architecture existante en une expérience positive et surprenante tant pour les habitants que pour leurs hôtes."

La baignoire de Rorschach © CAFEINE

La baignoire de Rorschach

Julie Palma Engels de Studio P Architects a imaginé cette baignoire garnie de marbre Estremoz Rosa "à livre ouvert" - les veines se prolongeant d'une dalle à l'autre - pour sa propre maison, à Bruxelles. Grâce à des miroirs, les nervures semblent se déployer dans l'espace à l'infini, ce qui accentue la monumentalité du lieu. La conceptrice a fait ses armes à Londres et à Chicago chez SOM - à qui l'on doit le Burj Khalifa à Dubai - avant de lancer son bureau à New York puis dans notre capitale. Sa passion pour la pierre lui vient de sa mère. "Lorsque nous allions en vacances en Italie, elle attirait toujours notre attention sur les plus petits détails et nous expliquait combien ils étaient élégants, mais aussi difficiles à réaliser. La beauté du marbre, c'est qu'on ne s'en fatigue jamais. Chaque jour, on y découvre de nouvelles lignes. On dirait un tableau."

Cuisine étoilée © STEPHAN JULLIARD

Cuisine étoilée

A l'origine, cet espace, dans une bâtisse parisienne, était occupé par une petite salle de bains. L'architecte d'intérieur français Damien Langlois-Meurinne, qui a collaboré dans le passé à la collection Objets Nomades de Louis Vuitton, en a fait une cuisine sidérale. "J'ai dessiné une surface à l'apparence liquide sur ordinateur, explique-t-il. Sur cette base, notre menuisier a réalisé des panneaux en bois recouverts de poudre d'étain et les a polis, oxydés et laqués. Les parois réfléchissantes floutent les limites et la lumière ainsi capturée agrandit l'endroit." Et la propriétaire d'ajouter: "Ici, j'ai l'impression d'être en route pour Mars."