Son talent pour exploiter le moindre centimètre carré a valu à Marianne Evennou le surnom de "reine des petits espaces" et une liste d'attente pouvant aller jusqu'à un an. Le plus petit chantier de cette architecte d'intérieur a été l'aménagement d'un appartement de 11 m2 sous les combles, pour une employée de Christian Dior - un projet si intelligemment conçu qu'un magazine français spécialisé lui a consacré dix pages! "Presque une page au mètre carré", commente la créatrice en riant. Pour elle, l'intérêt croissant pour ces logements miniatures s'explique par une évolution sociétale. "C'est une question d'air du temps. Alors que ces petites habitations s'adressaient autrefois surtout à un public d'étudiants ou de gens ayant un budget serré, ils séduisent de plus en plus les personnes qui se partagent entre plusieurs pied-à-terre et rêvent d'une sorte de chambre d'hôtel améliorée."
...

Son talent pour exploiter le moindre centimètre carré a valu à Marianne Evennou le surnom de "reine des petits espaces" et une liste d'attente pouvant aller jusqu'à un an. Le plus petit chantier de cette architecte d'intérieur a été l'aménagement d'un appartement de 11 m2 sous les combles, pour une employée de Christian Dior - un projet si intelligemment conçu qu'un magazine français spécialisé lui a consacré dix pages! "Presque une page au mètre carré", commente la créatrice en riant. Pour elle, l'intérêt croissant pour ces logements miniatures s'explique par une évolution sociétale. "C'est une question d'air du temps. Alors que ces petites habitations s'adressaient autrefois surtout à un public d'étudiants ou de gens ayant un budget serré, ils séduisent de plus en plus les personnes qui se partagent entre plusieurs pied-à-terre et rêvent d'une sorte de chambre d'hôtel améliorée." Et c'est le cas de Xavier et Chelo, les habitants de ce projet. Le couple est basé à Barcelone, mais son rôle de conseiller juridique pour un grand groupe de médias français oblige Xavier à passer une semaine par mois à Paris. L'homme connaissait déjà bien l'immeuble, où il avait précédemment occupé un logement de fonction... et lorsqu'un appartement a été mis en vente au premier étage, il a sauté sur l'occasion. Le manque de lumière naturelle était finalement peu gênant pour un lieu utilisé surtout en soirée, et le fait d'être à l'écart de la rue en faisait un havre de paix au coeur de la ville. Quand Marianne l'a découvert pour la première fois, l'appartement était pratiquement en parfait état, ayant été récemment rénové par un promoteur. "A certains égards, il aurait été dommage de tout refaire... Mais c'était vraiment un espace sans âme." L'agencement des pièces aussi était loin d'être optimal, avec d'une part une grande surface ouverte, et de l'autre une salle de bains et une armoire surdimensionnées qui occupaient la majeure partie de l'actuel séjour. La stratégie à adopter lui a immédiatement sauté aux yeux. "C'est souvent le cas: soit tout se met en place très rapidement, soit il faut vraiment trimer", observe-t-elle. Quelles que soient les dimensions du logement, l'architecte d'intérieur est convaincue qu'il est préférable qu'il comporte plusieurs zones distinctes - le hall d'entrée, en particulier, revêt pour elle une grande importance. "C'est une sorte de bulle entre intérieur et extérieur, un endroit où on peut prendre un moment pour se débarrasser de ses affaires et se mettre à l'aise." Elle a donc choisi pour le décorer un spectaculaire papier peint panoramique d'une entreprise française, Ananbô - "C'est une façon idéale d'apporter à l'espace une touche dramatique." Les fenêtres percées dans les murs sont un autre élément récurrent dans ses réalisations. "Il est très important d'introduire de la transparence pour permettre au regard de circuler." Xavier et Chelo avaient peu de demandes spécifiques, mais ils tenaient à disposer d'un lit de 160 cm de largeur pour eux et d'un canapé-lit qui puisse accueillir leur fils de temps en temps. Afin de les caser, Marianne a multiplié les mesures pour économiser des mètres carrés. "Elle a vraiment le chic pour exploiter pleinement chaque recoin", s'enthousiasme Xavier. La salle d'eau, par exemple, est aussi réduite que possible. "C'est une pièce que je limite souvent au strict nécessaire, avec une palette toute simple en noir et blanc, explique-t-elle. Dans ce minuscule lieu, il est important de ne pas surcharger le décor." Un système de chauffage par le sol permet, lui, de se passer d'encombrants radiateurs et des solutions de rangement intelligentes sont dissimulées un peu partout. L'une des plus ingénieuses est certainement l'idée de disposer la machine à laver dans le meuble d'angle de la cuisine en L.Le travail de la Française ne se réduit toutefois pas à ces idées pratico-pratiques pour amplifier le volume. Celle-ci entend en effet également insuffler de la poésie et de la personnalité à l'endroit. Fan de tissus à rayures et de tapis tissés, elle manie les couleurs avec brio. "Mes créations ont un côté nordique. J'aime les choses simples, pas trop prétentieuses, mais avec des tonalités profondes." Les nuances subtiles et élégantes qu'elle privilégie ne se limitent d'ailleurs pas aux parois. Pour elle, l'idée d'un plafond blanc mérite pratiquement d'être frappée d'anathème. "Je trouve cela très brutal. Il n'y a rien de plus barbant qu'un ciel blanc. Et le plafond est le ciel de la maison." Mais celle qui doit largement sa réputation à ses petits espaces tient à souligner qu'elle a aussi réalisé des projets de plus grande ampleur. Elle-même occupe ainsi une habitation de 400 m2 dans une ancienne boucherie de Senlis, au nord de Paris, et elle a décoré une maison de 700 m2 pour un couple. Elle concède toutefois que les logements minuscules ont quelque chose de particulier. "Ils ont un côté poétique, un petit air de retour en enfance. On y retrouve le plaisir de construire une cabane dans un arbre ou une forteresse sous la table de la salle à manger!"