C'est à Milan, au coeur du district de Sant'Ambrogio et à un jet de pierre des vestiges de l'ancien amphithéâtre romain, que nous rencontrons Neil Barrett. Ayant délaissé son comté natal du Devon et la Grande-Bretagne, où il a grandi, c'est en effet dans la capitale lombarde que l'homme vit aujourd'hui avec son conjoint et partenaire en affaires, Carlo Barone Lumaga. Fan inconditionnel du quartier, le créateur n'aime rien tant que d'arpenter ses étroites ruelles au petit matin et de s'arrêter chez Marchesi, une pâtisserie toute proche fondée en 1824. "Leurs panettones sont les meilleurs du pays, affirme-t-il avec enthousiasme. Impossible de s'en passer ne fût-ce qu'une journée." Dans cet environnement authentique, le couple a jeté son dévolu sur un appartement de style typiquement italien, prolongé par une généreuse terrasse et niché dans un palazzo du XIXe siècle. "Quand on s'installe à l'étranger, il faut avoir l'impression de vivre vraiment dans son pays d'accueil", comme...

C'est à Milan, au coeur du district de Sant'Ambrogio et à un jet de pierre des vestiges de l'ancien amphithéâtre romain, que nous rencontrons Neil Barrett. Ayant délaissé son comté natal du Devon et la Grande-Bretagne, où il a grandi, c'est en effet dans la capitale lombarde que l'homme vit aujourd'hui avec son conjoint et partenaire en affaires, Carlo Barone Lumaga. Fan inconditionnel du quartier, le créateur n'aime rien tant que d'arpenter ses étroites ruelles au petit matin et de s'arrêter chez Marchesi, une pâtisserie toute proche fondée en 1824. "Leurs panettones sont les meilleurs du pays, affirme-t-il avec enthousiasme. Impossible de s'en passer ne fût-ce qu'une journée." Dans cet environnement authentique, le couple a jeté son dévolu sur un appartement de style typiquement italien, prolongé par une généreuse terrasse et niché dans un palazzo du XIXe siècle. "Quand on s'installe à l'étranger, il faut avoir l'impression de vivre vraiment dans son pays d'accueil", commente le Britannique. Le logement arborait à l'origine un parquet en chêne clair, une cheminée décorée de carrelages bariolés, un papier peint "inhabituel" et une salle de bains "de l'époque de ma grand-mère". "Rien n'avait changé depuis 40 ou 50 ans, les précédents occupants avaient tout laissé en l'état", se souvient le propriétaire. Quelques détails de cette architecture à l'ancienne ont été préservés, comme les encadrements de porte et les moulures géométriques. Mais l'organisation des pièces a, elle, été radicalement modifiée. Les dimensions de la cuisine ont été réduites, une chambre a été convertie en salle à manger et une autre en un énorme dressing. "C'est devenu la plus grande pièce de la maison. Vu mon métier, j'ai forcément pas mal de vêtements", avoue Neil Barrett, qui a la mode dans le sang puisque ses arrière-grands-parents dirigeaient déjà un atelier de confection d'uniformes militaires. L'endroit fait toutefois aussi office de salle de fitness - "Où que je sois dans le monde, le matin, de 7 heures à 7h30, je m'entraîne!" Si les deux partenaires rêvaient au départ d'un intérieur lumineux, ils ont rapidement changé d'avis en réalisant qu'ils ne seraient guère chez eux en journée. "Nous avons dès lors décidé d'en faire plutôt un lieu de vie vespéral, un endroit où organiser des dîners et recevoir du monde", raconte l'habitant. Le résultat? Un logement qui se décline (presque) exclusivement en blanc et en nuances de brun foncé. Ce décor bicolore est également le reflet de la manière de traiter les couleurs du concepteur, dont l'esthétique minimaliste et l'utilisation innovante des étoffes séduisent même des stars telles que Brad Pitt, Orlando Bloom, Justin Timberlake ou Ewan McGregor. "Que ce soit dans mes collections ou ma garde-robe, j'aime que mes tenues soient toujours parfaitement assorties", dit-il. Au point qu'il n'hésite pas à teindre dans le même coloris des pièces issues de saisons différentes. Cette palette limitée est amplement compensée par la richesse des matières, du couvre-lit en poil de chèvre aux coussins en astrakan, en passant par les nombreux objets imaginés par le couple de créateurs français Ria et Yiouri Augousti, de vieux amis, qui ont habillé des vases de chagrin - un cuir utilisé en reliure - et des tabourets de peau d'anguille. "Je suis fasciné par les animaux, les insectes, les oiseaux, avoue notre hôte lorsque nous remarquons le faucon empaillé, les trophées de chasse et l'authentique carapace de tortue qui ornent les lieux. Ce sont les plus belles créations tridimensionnelles que l'on puisse imaginer et une source d'inspiration inépuisable." Neil Barrett concède que parfois il songe à retourner au pays... Mais jusqu'à présent, l'agréable climat italien et le côté pratique d'un logement à proximité du QG de sa marque l'ont convaincu de rester. "C'est ici que l'on trouve les meilleurs fabricants et artisans, ajoute-t-il. Les confectionneurs ont presque tous les jours des nouveautés à proposer." Lorsque la journée se termine et qu'ils passent le seuil de leur home sweet home, Carlo Barone Lumaga et lui-même se sont toutefois fixé une règle d'or: "Les conversations professionnelles s'arrêtent à la porte: une fois à l'intérieur, nous changeons de sujet." De quoi profiter pleinement de ce cocon urbain à leur mesure.