C'est en se baladant un soir dans leur quartier du centre d'Hasselt que Pieter Rubens et Annelies Frederix ont trouvé l'inspiration pour le projet d'habitation personnelle qu'ils partageaient. "Nous avons été frappés de voir à quel point les gens se cachent derrière des rideaux et des murs fermés. Nous nous sommes demandés comment créer un peu plus d'ouverture côté rue, mais sans perdre en intimité", raconte ce couple d'architectes. Ainsi est née leur idée d'une façade percée de vides en retrait, tant à l'avant qu'à l'arrière, et ce sur les quatre étages du bâtiment. "On pourrait se dire que c'est un gaspillage de place, surtout pour une maison aussi étroite. Mais cela donne étonnamment une belle sensation d'espace, poursuit Pieter Rubens. Ces perforations sont comme des filtres visuels. Grâce aux retraits, nous nous sentons moins épiés. En journée, nous laissons la grande porte d'accès en bois ouverte, au rez-de-chaussée. Cela crée une sorte de portique à ciel ouvert. Les passants peuvent, au travers de la porte en verre de l'entrée, apercevoir l'arbre qui trône sur la terrasse. C'est une façon d'offrir à la rue un petit coin de vie privée. Un geste...