A plusieurs centaines de mètres de là, on distingue déjà les monumentaux silos en béton qui se dressent sur les berges du canal Albert, à Wijnegem. Autrefois propriété de la plus grande malterie d'Europe, l'ensemble industriel fait aujourd'hui l'objet d'une réaffectation très ambitieuse. C'est le marchand d'art et décorateur Axel Vervoordt qui a fait l'acquisition de ce site en 1998 avant de laisser la crème de l'art de bâtir en prendre possession : Coussée & Goris - à l'origine de la bibliothèque De Krook à Gand -, Bogdan & Van Broeck, ainsi que Stéphane Beel s'y sont succédé. Ce dernier a transformé les anciennes réserves à grains circulaires en lofts. Et c'est Arjaan De Feyter - dont les bureaux sont aussi implantés dans ce complexe - qui a mis en scène l'un des premiers appartements.
...

A plusieurs centaines de mètres de là, on distingue déjà les monumentaux silos en béton qui se dressent sur les berges du canal Albert, à Wijnegem. Autrefois propriété de la plus grande malterie d'Europe, l'ensemble industriel fait aujourd'hui l'objet d'une réaffectation très ambitieuse. C'est le marchand d'art et décorateur Axel Vervoordt qui a fait l'acquisition de ce site en 1998 avant de laisser la crème de l'art de bâtir en prendre possession : Coussée & Goris - à l'origine de la bibliothèque De Krook à Gand -, Bogdan & Van Broeck, ainsi que Stéphane Beel s'y sont succédé. Ce dernier a transformé les anciennes réserves à grains circulaires en lofts. Et c'est Arjaan De Feyter - dont les bureaux sont aussi implantés dans ce complexe - qui a mis en scène l'un des premiers appartements.Quand on pénètre dans cette habitation, on est immédiatement happé par la vue phénoménale sur la voie d'eau. Mais on perçoit également la volumétrie totalement étonnante de l'endroit, composée de trois pièces aux courbes régulières, tout en béton. " Ce lieu de vie est incroyable et génère une réelle sensation d'espace, commente le concepteur. Le logement court sur les trois silos, reliés entre eux par une petite passerelle. L'extérieur du bâtiment est ainsi visible de l'intérieur. " Lorsque les propriétaires acquirent ce bien de 200 m2, aucune finition n'avait encore été faite. " La structure faisait penser au style brutaliste et j'ai tout de suite trouvé que nous devions conserver, ne fût-ce que partiellement, cette robustesse industrielle, se souvient Arjaan De Feyter. Les plans en cercles ont ainsi été préservés. Certains habitants de ces tours résidentielles essaient de placer des murs droits qui ne se prêtent pas à ces surfaces. Nous avons préféré les souligner car cela rend le projet absolument unique. " Une fois la porte d'entrée franchie, on a dès lors l'impression de se promener dans une sculpture géante. Mais cette atmosphère muséale est intelligemment contrée par une circulation fluide entre les trois entités. Des perspectives visuelles et des matériaux récurrents assurent ainsi une belle cohérence et rendent ces silos agréables à vivre. Dans le premier volume, on retrouve un grand vestiaire en frêne foncé : " Le bois a été peint à la main avec de l'encre de cynips pour lui conférer cette teinte argentée caractéristique ", explique-t-il. Une passerelle en verre permet d'accéder au second silo abritant le salon. " Le résident possédant des racines marocaines, nous avons disséminé des touches orientales dans cet espace. L'ensemble des sols a été recouvert de " microtopping ", un matériau similaire au tadelakt ou au Mortex. En termes de texture, cet enduit minéral à base de chaux s'harmonise parfaitement avec la patine des façades ", souligne l'architecte. Le canapé arrondi renforce la forme des lieux tout en apportant une certaine intimité. L'élément-phare du séjour reste néanmoins le rideau suspendu nonchalamment. Celui-ci joue un rôle crucial au niveau des déplacements : on peut en effet passer derrière, sans déranger les personnes assises dans le divan. " Ce textile est par ailleurs essentiel d'un point de vue acoustique. Sans celui-ci, une pièce de forme circulaire serait inhabitable car tous les sons y seraient amplifiés ", précise encore Arjaan De Feyter.Enfin, le créateur apprécie énormément le travail sur mesure, les matériaux artisanaux et les détails fins. Et cela se voit dans l'aménagement : de la cuisine au lit en passant par les sièges, les tables et la zone de travail en travertin, tout a été imaginé et réalisé sur commande. Finalement, le résultat pourrait être qualifié de néominimaliste puisqu'il parvient à combiner les lignes strictes des épures typiques des intérieurs léchés des années 90, à quelque chose de plus chaleureux et de plus humain. Néanmoins très exclusif. Par PIET SWIMBERGHE & AMP / PHOTOS : PIET ALBERT GOETHALS