Quel est le concept de La fabuleuse histoire?
...

Quel est le concept de La fabuleuse histoire? On prend un thème et on traverse toutes les périodes, costumés. On n'est pas déguisés, on est costumés et le costume vous permet de vous retrouver dans une époque bien définie, avec des contraintes. Ça pique, ça sert, ça fait mal, c'est inconfortable ou confortable; ça permet de percevoir dans votre chair la difficulté de vivre au XVIIe siècle, ou au Moyen-âge... Quelles sont les époques explorées? Ce sont des instants de bascule, des moments dans l'histoire qui ont marqué cette thématique. Dans la maison par exemple, tout d'un coup, il y a la période où le lit apparaît, où il y a des meubles meublants. Ça parait idiot, mais pendant la nuit des temps, on n'avait pas de mobilier. On avait un coffre, on y mettait les affaires et on les sortait au moment de se coucher. Qui sont vos partenaires de découverte? J'ai adoré mes petits camarades qui ont accepté de jouer les Candide. Pour la maison, ce sont Eglantine Eméyé et Thomas Lecointe, qui ont une vraie légitimité. Celui-ci fait du DIY, la première parle toujours des tendances, de la déco, elle connaît ça par coeur, elle chine... Pour la beauté, on retrouve Laurent Maistret et Emmy d'EmmyMakeUpPro. Ils incarnent la beauté, c'est un peu les beaux et la bête, mais j'ai accepté de faire ça. On vous voit effectivement dans une posture nouvelle... Je ne suis jamais plus drôle que quand je me retrouve en gueux du Moyen-âge, en Gaulois ou en Gallo-Romain. Soudain, j'ai l'impression d'être en phase. Je crois montrer une autre facette de ma personnalité dans ces émissions. Il y a de l'humour, de l'autodérision. J'ai l'habitude de parler de ceux qui ont fait l'histoire, des grands de ce monde, mais j'avais très envie depuis longtemps de raconter aussi l'histoire des gens comme vous, comme moi: des gueux. Quelles seront les prochaines thématiques? La mode, l'éducation, le travail... tout ce qui fait la vie quotidienne.