"À un intérieur impeccablement décoré, je préférerai toujours celui, plus sensible et plus vivant, qui s'est fait petit à petit, au gré de l'existence et des caprices de son habitant", écrivait Christian Dior dans ses mémoires.

Au numéro 28 de l'avenue Montaigne, les lunettes de la marque de luxe ont laissé place à de précieux services de tables ornés d'abeilles, de feuilles de ginkgo ou de brins de muguet - porte-bonheur du couturier originel.

Ici, les coussins et les cabas recouverts des motifs de l'iconique toile de Jouy, si chère à la maison parisienne, côtoient les assiettes agrémentées de cannage, autrefois associé aux élégantes chaises de style Napoléon III sur lesquelles s'asseyaient les invités venus assister aux défilés. Le moins que l'on puisse dire c'est que cette nouvelle adresse célèbre l'art de vivre mais, surtout, celui de recevoir... en grande pompe !