A deux semaines de la fashion week milanaise, rendez-vous capital pour le "Made in Italy" (18-24 février), la Chambre de la mode italienne (CNMI) a annoncé que les acheteurs, journalistes ou stylistes chinois - un millier d'entre eux devraient déserter le rendez-vous italien pour cause de coronavirus - pourront suivre les défilés en ligne et en direct.

"Construisons un pont avec la Chine au lieu de dresser un mur, comme beaucoup le font, pour donner un signe positif et unitaire, contre l'ignorance et les préjugés", a déclaré Carlo Capasa, le patron de la CNMI, en présentant mardi le dispositif baptisé "China we are with you" (Chine nous sommes avec toi).

"Nous ferons tout pour transmettre à ceux qui sont loin des podiums l'émotion et les contenus de la mode", a ajouté M. Capasa tout en reconnaissant qu'assister à un show en ligne et le vivre sur place sont deux choses bien différentes.

Outre les défilés, la CNMI proposera aussi sur le web des rencontres avec des créateurs depuis les coulisses des défilés.

M. Capasa a souligné que la fashion week milanaise était la première à proposer une telle initiative mais qu'elle était "ouverte à d'autres semaines de la mode et à d'autres événements".

. © Getty Images

La fashion week londonienne (14-18 février) a dit s'attendre elle aussi mercredi à ce que le nombre "de médias et détaillants chinois soit considérablement réduit en raison des restrictions de voyage". "Nous ferons tout notre possible pour que les défilés puissent être vus par les publics qui ne peuvent pas voyager et explorons d'autres partenariats afin d'accroître encore leur portée", a déclaré dans un communiqué Caroline Rush, directrice du British Fashion Council (BFC), la chambre syndicale de la mode, sans toutefois donner plus de précisions.

Contacté par l'AFP, le syndicat américain de la mode (CFDA) a déclaré n'avoir aucune information concernant de possibles annulations de défilés à New-York (du 7 au 12 février). Il a publié une note sur son site pour fournir des informations sur le coronavirus.

. © Getty Images

Plusieurs maisons chinoises comme Mukzin ou Sheguang Hu ont assuré que leurs défilés étaient maintenus à New-York. La fashion week automne-hiver 2020/2021 se tiendra à Paris du 24 février au 3 mars.

Milan a par ailleurs décidé qu'un créateur chinois, dont le nom est tenu secret, ouvrirait la semaine des défilés, qui s'achèvera le 24 février.

Trois enseignes chinoises - dont Angel Chen - ont annoncé qu'elles ne seraient pas de la partie, n'ayant pas pu achever leurs collections pour cause d'usine fermées.

La CMNI a annoncé que l'épidémie de coronavirus pourrait entraîner une chute de 1,8% du chiffre d'affaires de l'industrie italienne de la mode sur les six premiers mois de 2020, principalement au cours du premier trimestre.

A deux semaines de la fashion week milanaise, rendez-vous capital pour le "Made in Italy" (18-24 février), la Chambre de la mode italienne (CNMI) a annoncé que les acheteurs, journalistes ou stylistes chinois - un millier d'entre eux devraient déserter le rendez-vous italien pour cause de coronavirus - pourront suivre les défilés en ligne et en direct."Construisons un pont avec la Chine au lieu de dresser un mur, comme beaucoup le font, pour donner un signe positif et unitaire, contre l'ignorance et les préjugés", a déclaré Carlo Capasa, le patron de la CNMI, en présentant mardi le dispositif baptisé "China we are with you" (Chine nous sommes avec toi)."Nous ferons tout pour transmettre à ceux qui sont loin des podiums l'émotion et les contenus de la mode", a ajouté M. Capasa tout en reconnaissant qu'assister à un show en ligne et le vivre sur place sont deux choses bien différentes.Outre les défilés, la CNMI proposera aussi sur le web des rencontres avec des créateurs depuis les coulisses des défilés.M. Capasa a souligné que la fashion week milanaise était la première à proposer une telle initiative mais qu'elle était "ouverte à d'autres semaines de la mode et à d'autres événements".La fashion week londonienne (14-18 février) a dit s'attendre elle aussi mercredi à ce que le nombre "de médias et détaillants chinois soit considérablement réduit en raison des restrictions de voyage". "Nous ferons tout notre possible pour que les défilés puissent être vus par les publics qui ne peuvent pas voyager et explorons d'autres partenariats afin d'accroître encore leur portée", a déclaré dans un communiqué Caroline Rush, directrice du British Fashion Council (BFC), la chambre syndicale de la mode, sans toutefois donner plus de précisions.Contacté par l'AFP, le syndicat américain de la mode (CFDA) a déclaré n'avoir aucune information concernant de possibles annulations de défilés à New-York (du 7 au 12 février). Il a publié une note sur son site pour fournir des informations sur le coronavirus.Plusieurs maisons chinoises comme Mukzin ou Sheguang Hu ont assuré que leurs défilés étaient maintenus à New-York. La fashion week automne-hiver 2020/2021 se tiendra à Paris du 24 février au 3 mars.Milan a par ailleurs décidé qu'un créateur chinois, dont le nom est tenu secret, ouvrirait la semaine des défilés, qui s'achèvera le 24 février.Trois enseignes chinoises - dont Angel Chen - ont annoncé qu'elles ne seraient pas de la partie, n'ayant pas pu achever leurs collections pour cause d'usine fermées.La CMNI a annoncé que l'épidémie de coronavirus pourrait entraîner une chute de 1,8% du chiffre d'affaires de l'industrie italienne de la mode sur les six premiers mois de 2020, principalement au cours du premier trimestre.