Vous avez créé votre marque à votre nom il y a cinq ans, officiellement...
...

Vous avez créé votre marque à votre nom il y a cinq ans, officiellement... Et timidement, il y a huit ans. Je voyageais à Bali et j'y avais rencontré des jeunes qui créaient des sacs. J'avais alors une overdose de logo, je n'en pouvais plus, je trouvais cela un peu vulgaire et je leur ai demandé de me faire une dizaine de sacs pour moi. Je me suis rendu compte qu'ils plaisaient, aussi bien dans mon entourage que dans la rue, je me suis alors dit: "Pourquoi pas?" Je me suis lancée dans cette aventure épaulée par mon mari qui croit en moi. Mon showroom est une vitrine, dans l'une des plus jolies rues de Paris, rue Saint-Honoré, depuis cinq ans, les acheteurs du monde entier peuvent venir voir mes collections. Ma marque se développe, je compte ouvrir une boutique dans la Ville lumière, incessamment. Vos pièces sont entièrement façonnées en Italie, pourquoi? Parce que mon mari est italien, que nous vivons entre Côme et Milan et qu'il était évident que ce ne pouvait être fabriqué que là. J'y ai appris le métier, grâce à un artisan. Tout est produit à Bergame, je mets un point d'honneur à revendiquer l'artisanat italien. Et je veux des finitions optimum, je suis très exigeante sur les surpiqûres, les tranches, la qualité, c'est là que réside la beauté d'un sac. Et si les miens comportent très peu de métallerie, c'est parce que j'ai préféré incorporer le bois à plusieurs de mes modèles, pour son coté chaud. Vos collections mises bout à bout dressent-elles un portrait de vous? Peut-être. Quand je suis dans ma période créative, je pense à beaucoup de femmes... Et celles qui portent mes modèles sont des femmes assez éclectiques qui osent. Je me retourne souvent sur celles qui ont quelque chose de différent, j'aime bien les gens audacieux, ce n'est jamais anodin. S'il fallait en choisir un, quel serait votre sac préféré? Il y en aurait deux! Le Cubo (photo), le modèle emblématique de la marque. Je l'aime à tel point que chaque saison, je le réinvente en choisissant des matières très différentes. Pour cet été, je me suis inspirée du Brésil et de ses résonances africaines. Il est donc très coloré, très brodé, il représente pour moi la fête. Et le deuxième, c'est un sac pour la plage, énorme, qui s'appelle le Deva, en raphia mélangé au cuir avec des motifs zigzag, je trouve qu'il a de la personnalité... Quand une femme le portera, croyez-moi, on la remarquera.