Entre Etienne Daho et la mode, c'est une histoire d'amour qui n'en finit pas de se réinventer. Dès le début de sa carrière, l'interprète de Week-end à Rome, a fait montre d'un sens du style hors pair, souvent immortalisé sur les pochettes de ses albums. Pour lui, "les tenues de scène sont des compagnons de route et des armures dans lesquelles on se glisse pour devenir l'Autre. Elles sont chargées de toutes les énergies et émotions. Le trac, l'impatience de monter sur scène, les joies du partage et le Grand Amour incomparable. Celui que l'on reçoit et celui que l'on donne ". C'est son amie de longue date, la chanteuse Elli Medeiros, elle-même donatrice du Galliera, qui l'a convaincu de faire don au Musée de la Mode de la Ville de Paris des pièces les plus emblématiques de sa garde-robe. En tout, pas moins de 34 tenues de scène mais aussi de ville sont entrées dans les collections permanentes.

Etienne Daho et Elli Medeiros au défilé Dior, en 2002, Getty Images
Etienne Daho et Elli Medeiros au défilé Dior, en 2002 © Getty Images

Etienne Daho a pris le soin de dater et de documenter chaque vêtement, certains créés pour lui entre 1983 et 2019 par des maisons de mode aussi emblématiques que Agnès B, Paul Smith, Saint Laurent, Dior Homme, Céline... S'y retrouve bien sûr la célèbre marinière Saint James que Daho portait en 1984, dans le clip de sa chanson phare Le grand sommeil et sur la couverture de l'album La Notte, La Notte, photographiée par Pierre et Gilles.

Cette marinière est aujourd'hui indissociable de l'image du chanteur qui pourtant ne la porte plus, tout comme son célèbre Perfecto de cuir noir qui ne l'a jamais quitté. En 1986 déjà, il se l'approprie comme une seconde peau. Et l'enfile pour des photos promo et pour monter sur scène. L'année suivante, le blouson l'accompagne sur les plateaux de télévision, notamment lorsqu'il chante en duo avec Serge Gainsbourg. Plus récemment, on l'a revu, customisé, sur une autre photographie de Pierre et Gilles.

La donation comporte aussi six tenues de scène qui mettent en lumière l'amitié qui unit depuis des années Etienne Daho et Hedi Slimane, incontestablement le styliste le plus présent dans son vestiaire. Le chanteur est un habitué des défilés du créateur qui partage avec lui un goût certain pour une esthétique empreinte de nostalgie. Il l'a suivi dans toutes les maisons pour lesquelles il a travaillé. Dans sa chanson Vis-à-vis - "De ta silhouette en Slimane / Je dois admettre que j'en suis fan / De tout ce que tu émanes / Un éloge au chic de la France" - Daho rend d'ailleurs hommage à son complice qui s'est lui-même inspiré de ses looks pour sa collection Automne-Hiver 2015 pour Saint Laurent. Les deux hommes partagent aussi une même passion pour la photographie en noir et blanc.

Daho sur scène en 2014, avec sa veste en lamé or, Getty Images
Daho sur scène en 2014, avec sa veste en lamé or © Getty Images

La Galliera a donc hérité de six vestes qui se distinguent par leurs riches matières - broderies de paillettes, lamés or ou argent - renvoyant au vestiaire des rockeurs des années 1960 et 1970. Elles datent de 2014 à 2019, lorsque Slimane est à la tête de Saint Laurent puis de Celine.

Etienne Daho a promis d'enrichir encore cette donation avec d'autres pièces de sa garde-robe, afin d'immortaliser ainsi les tenues et à travers elles les moments phares de sa carrière qui ne cessent pas d'inspirer les générations futures.

Entre Etienne Daho et la mode, c'est une histoire d'amour qui n'en finit pas de se réinventer. Dès le début de sa carrière, l'interprète de Week-end à Rome, a fait montre d'un sens du style hors pair, souvent immortalisé sur les pochettes de ses albums. Pour lui, "les tenues de scène sont des compagnons de route et des armures dans lesquelles on se glisse pour devenir l'Autre. Elles sont chargées de toutes les énergies et émotions. Le trac, l'impatience de monter sur scène, les joies du partage et le Grand Amour incomparable. Celui que l'on reçoit et celui que l'on donne ". C'est son amie de longue date, la chanteuse Elli Medeiros, elle-même donatrice du Galliera, qui l'a convaincu de faire don au Musée de la Mode de la Ville de Paris des pièces les plus emblématiques de sa garde-robe. En tout, pas moins de 34 tenues de scène mais aussi de ville sont entrées dans les collections permanentes. Etienne Daho a pris le soin de dater et de documenter chaque vêtement, certains créés pour lui entre 1983 et 2019 par des maisons de mode aussi emblématiques que Agnès B, Paul Smith, Saint Laurent, Dior Homme, Céline... S'y retrouve bien sûr la célèbre marinière Saint James que Daho portait en 1984, dans le clip de sa chanson phare Le grand sommeil et sur la couverture de l'album La Notte, La Notte, photographiée par Pierre et Gilles.Cette marinière est aujourd'hui indissociable de l'image du chanteur qui pourtant ne la porte plus, tout comme son célèbre Perfecto de cuir noir qui ne l'a jamais quitté. En 1986 déjà, il se l'approprie comme une seconde peau. Et l'enfile pour des photos promo et pour monter sur scène. L'année suivante, le blouson l'accompagne sur les plateaux de télévision, notamment lorsqu'il chante en duo avec Serge Gainsbourg. Plus récemment, on l'a revu, customisé, sur une autre photographie de Pierre et Gilles.La donation comporte aussi six tenues de scène qui mettent en lumière l'amitié qui unit depuis des années Etienne Daho et Hedi Slimane, incontestablement le styliste le plus présent dans son vestiaire. Le chanteur est un habitué des défilés du créateur qui partage avec lui un goût certain pour une esthétique empreinte de nostalgie. Il l'a suivi dans toutes les maisons pour lesquelles il a travaillé. Dans sa chanson Vis-à-vis - "De ta silhouette en Slimane / Je dois admettre que j'en suis fan / De tout ce que tu émanes / Un éloge au chic de la France" - Daho rend d'ailleurs hommage à son complice qui s'est lui-même inspiré de ses looks pour sa collection Automne-Hiver 2015 pour Saint Laurent. Les deux hommes partagent aussi une même passion pour la photographie en noir et blanc. La Galliera a donc hérité de six vestes qui se distinguent par leurs riches matières - broderies de paillettes, lamés or ou argent - renvoyant au vestiaire des rockeurs des années 1960 et 1970. Elles datent de 2014 à 2019, lorsque Slimane est à la tête de Saint Laurent puis de Celine. Etienne Daho a promis d'enrichir encore cette donation avec d'autres pièces de sa garde-robe, afin d'immortaliser ainsi les tenues et à travers elles les moments phares de sa carrière qui ne cessent pas d'inspirer les générations futures.