Souvent critiqué quand on aborde la question de la pollution générée par l'industrie textile, H&M, géant suédois du secteur, multiplie depuis quelques années les initiatives visant à redorer son blason et verdir son image. Saisissant aussi l'importance grandissante du marché du prêt-à-porter de seconde main, la marque lance ajourd'hui en Belgique sa plateforme de vente et d'achat de vêtements et d'accessoires de seconde main en ligne.

Existant depuis 2014 en Suède, berceau d'H&M, Sellpy s'essaime année après année dans toute l'Europe. Devenu en quelques années le plus grand webshop et service de vente en ligne d'articles d'occasion sur sa terre d'origin., outre la Belgique, cette plateforme est désormais également disponible en Allemagne, en Autriche et aux Pays-Bas, proposant un panel de plus de 10.000 marques.

Notons que depuis sa création en 2014, plus de 9 millions de vêtements de seconde main y ont été vendus. Ce qui correspond à une économie de milliards de litres d'eau et 1.000 tonnes de CO2.

H&M s'enorgueillit ainsi de faire ainsi un pas vers l'une utilisation linéaire à une utilisation circulaire des textiles, "un des principaux objectifs du groupe H&M dans son travail pour une industrie de la mode plus durable".

Souvent critiqué quand on aborde la question de la pollution générée par l'industrie textile, H&M, géant suédois du secteur, multiplie depuis quelques années les initiatives visant à redorer son blason et verdir son image. Saisissant aussi l'importance grandissante du marché du prêt-à-porter de seconde main, la marque lance ajourd'hui en Belgique sa plateforme de vente et d'achat de vêtements et d'accessoires de seconde main en ligne. Existant depuis 2014 en Suède, berceau d'H&M, Sellpy s'essaime année après année dans toute l'Europe. Devenu en quelques années le plus grand webshop et service de vente en ligne d'articles d'occasion sur sa terre d'origin., outre la Belgique, cette plateforme est désormais également disponible en Allemagne, en Autriche et aux Pays-Bas, proposant un panel de plus de 10.000 marques. Notons que depuis sa création en 2014, plus de 9 millions de vêtements de seconde main y ont été vendus. Ce qui correspond à une économie de milliards de litres d'eau et 1.000 tonnes de CO2. H&M s'enorgueillit ainsi de faire ainsi un pas vers l'une utilisation linéaire à une utilisation circulaire des textiles, "un des principaux objectifs du groupe H&M dans son travail pour une industrie de la mode plus durable".