Les vêtements actuellement en rayon ont été développés durant le premier confinement. Une situation inédite qui a obligé les équipes créatives à travailler "ensemble mais à distance", chacun depuis sa bulle. Pas de voyages ou d'expositions pour trouver l'inspiration, mais bien de nombreuses incertitudes sur le plan des affaires. Certains ont joué la carte de la sécurité d'un dressing basique, tandis que d'autres ont opté pour des créations colorées qui rayonnent de résilience et de positivisme. Selon Herman Konings, analyste des tendances et psychologue de la consommation: "Les couleurs ainsi que les motifs joyeux sont une forme d'échappatoire. En s'entourant de gaieté, on fuit la réalité. C'est une stratégie de survie. Le fait que le jaune soit la couleur Pantone de 2021 ne peut être une coïncidence. C'est la couleur du soleil, et avec un peu d'imagination, celle de la lumière au bout du tunnel. Elle représente l'espoir et l'optimisme, exactement ce dont nous avons besoin en ce moment."
...

Les vêtements actuellement en rayon ont été développés durant le premier confinement. Une situation inédite qui a obligé les équipes créatives à travailler "ensemble mais à distance", chacun depuis sa bulle. Pas de voyages ou d'expositions pour trouver l'inspiration, mais bien de nombreuses incertitudes sur le plan des affaires. Certains ont joué la carte de la sécurité d'un dressing basique, tandis que d'autres ont opté pour des créations colorées qui rayonnent de résilience et de positivisme. Selon Herman Konings, analyste des tendances et psychologue de la consommation: "Les couleurs ainsi que les motifs joyeux sont une forme d'échappatoire. En s'entourant de gaieté, on fuit la réalité. C'est une stratégie de survie. Le fait que le jaune soit la couleur Pantone de 2021 ne peut être une coïncidence. C'est la couleur du soleil, et avec un peu d'imagination, celle de la lumière au bout du tunnel. Elle représente l'espoir et l'optimisme, exactement ce dont nous avons besoin en ce moment." Bien évidemment, il n'y a pas que du jaune en rayon. On retient les motifs arc-en-ciel chez Stella McCartney et les créations multicolores de Dries Van Noten. Sa collection été 21 s'appuie sur le travail de l'artiste neo-zélandais Len Lye, un pionnier des films expérimentaux et des sculptures cinétiques. "Comme tout le monde, nous avons dû travailler chez nous. Puis, il était impossible de se rendre dans notre studio de broderie en Inde. Le lockdown fut un temps de réflexion: quelle direction désirions-nous prendre et quel avenir envisager pour la mode? Nous voulions une collection simple, mais absolument pas ennuyeuse. Pour ce faire, nous avons joué avec la lumière et les couleurs", a expliqué le créateur belge après la présentation numérique de ses lignes masculines et féminines. De même, le dressing estival de Christian Wijnants rayonne d'ondes positives. "Au début de la crise de la Covid, j'étais submergé par la peur, raconte-t-il. Mais rapidement celle-ci fut remplacée par de la sérénité. Cette quiétude était aussi liée au fait que je pouvais créer tranquillement chez moi. Cela me rappelait mes premières années, quand je faisais encore tout seul. Ayant comme mantra "la créativité se développe quand elle est bridée", nous avons décidé de sortir une collection plus limitée, axée sur nos points forts. En temps normal, je m'inspire de l'art et des voyages, mais cette fois, j'ai puisé dans des souvenirs de mon enfance joyeuse. C'est un peu comme un album de famille jauni, rempli de photos heureuses. Je suis un optimiste et je voulais que le bonheur transparaisse dans mon vestiaire. Nous avons traduit ce sentiment en couleurs et en fleurs, comme un "jardin secret"." D'autres marques se sont montrées plus prudentes, n'osant la couleur que dans une capsule, en collaboration ou non avec un artiste. C'est le cas de la gamme Flutterflies de Weekend MaxMara, une ligne colorée arborant papillons et autres rayures tutti frutti, créée en partenariat avec l'illustrateur américain Donald Robertson. Ce type de motifs, ainsi que les animaux exotiques, se retrouve d'ailleurs dans le printemps-été de plusieurs marques, comme Caroline Biss qui nous emmène dans un safari imaginaire.Au-delà du besoin de voir la vie plus lumineuse, l'objectif derrière cette tendance est aussi commercial. Car il est prouvé que la couleur, en vitrine, stimule l'envie d'acheter. Dans certaines boutiques, cette approche fait carrément partie de l'ADN de l'entreprise, comme chez Cachemire Coton Soie, à Bruxelles. "Nous risquons toujours la couleur, peu importent les tendances, c'est l'une de nos forces, explique Sophie Helsmoortel, la directrice du magasin. Je remarque que les clients sont attirés par le jaune cette saison, peut-être parce que cela leur rappelle le soleil. Nous proposons également des combinaisons de tons forts, comme le bleu vif avec le rouge ou le violet avec l'orange. Un tel choc dégage toutes sortes d'énergie." Un sentiment partagé chez Collector, à Liège, dont la vitrine est parée de couleurs vives quelle que soit la saison. Un choix assumé, car ainsi que le souligne Mélissa De Guglielmo, qui y travaille depuis huit ans, "la couleur est un excellent moyen d'attirer le regard. Même si une personne n'aime pas le rose, c'est un coloris qui se voit à un kilomètre, donc ça fait venir le monde", sourit-elle. Un attrait qui se précise depuis deux saisons, sans véritable surprise pour elle: "Les gens osent plus en général, et se dirigent plus vers la couleur. Probablement parce qu'elle manque tant à leurs vies. L'hiver dernier, des clientes qui n'auraient jamais acheté un pull fuchsia avant n'ont pas hésité, il y a une vraie volonté de combattre la grisaille par les vêtements." Et si possible, de voir la vie en mauve. "C'est notre ton phare pour le printemps-été 2021, on a toute la gamme en magasin, du poudré au vif en passant par le lilas". Et Mélissa d'ajouter que choisie dans la bonne nuance, claire et sans reflets bleutés, la teinte va à tout le monde. L'occasion parfaite de (re)mettre un peu de couleur dans sa vie.