Naoto Kan et le secrétaire général du gouvernement, Yukio Edano, portaient ces derniers jours un blouson et un pantalon bleu, de même que les membres de la cellule de crise créée après la pire catastrophe qu'a connue le Japon depuis 1945.

"J'ai repris des vêtements habituels car le gouvernement se tourne désormais vers la phase suivante de réhabilitation et de reconstruction", a déclaré M. Edano, qui en tant que porte-parole en chef du gouvernement intervient tous les jours en direct à la télévision.

En plus de coordonner les opérations de secours après un séisme de magnitude 9 suivi d'un tsunami dévastateur survenus le 11 mars dans le nord-est du pays, le gouvernement japonais affronte depuis trois semaines un accident nucléaire à la centrale de Fukushima.

La tenue de crise pour les responsables gouvernementaux facilite leurs mouvements pour se rendre dans les régions touchées "sans avoir à changer de vêtements", a expliqué un responsable gouvernemental.

M. Kan avait déjà quitté ponctuellement son uniforme bleu pour recevoir jeudi le président français, Nicolas Sarkozy, venu à Tokyo exprimer le soutien des pays du G20 et promettre une aide technique de la France.

LeVifWeekend.be, avec Belga

Naoto Kan et le secrétaire général du gouvernement, Yukio Edano, portaient ces derniers jours un blouson et un pantalon bleu, de même que les membres de la cellule de crise créée après la pire catastrophe qu'a connue le Japon depuis 1945. "J'ai repris des vêtements habituels car le gouvernement se tourne désormais vers la phase suivante de réhabilitation et de reconstruction", a déclaré M. Edano, qui en tant que porte-parole en chef du gouvernement intervient tous les jours en direct à la télévision. En plus de coordonner les opérations de secours après un séisme de magnitude 9 suivi d'un tsunami dévastateur survenus le 11 mars dans le nord-est du pays, le gouvernement japonais affronte depuis trois semaines un accident nucléaire à la centrale de Fukushima. La tenue de crise pour les responsables gouvernementaux facilite leurs mouvements pour se rendre dans les régions touchées "sans avoir à changer de vêtements", a expliqué un responsable gouvernemental. M. Kan avait déjà quitté ponctuellement son uniforme bleu pour recevoir jeudi le président français, Nicolas Sarkozy, venu à Tokyo exprimer le soutien des pays du G20 et promettre une aide technique de la France. LeVifWeekend.be, avec Belga