Sportswear et luxe font depuis plusieurs années bon ménage. Les sneakers affichent aujourd'hui les logos de marques aussi prestigieuses que Givenchy, Louis Vuitton ou Chanel. Mais rares étaient jusqu'ici les équipementiers sportifs à avoir accepté de s'associer à une marque "couture", réputée moins authentique aux yeux des collectionneurs. Pour les "sneakerheads", seuls les vrais acteurs du sport ont la légitimité pour créer les modèles collectors - qui souvent se retrouvent dès leur sortie sur des marchés parallèles où ils s'échangent à des prix exorbitants - fussent-ils plutôt destinés à battre le bitume qu'à dunker aux pieds d'un champion.

Mais c'était sans compter sur le pouvoir de persuasion de Kim Jones dont l'expertise en matière de streetwear n'est plus à démontrer. Le Britannique avoue posséder lui-même entre 500 et 600 paires au total qu'il conserve dans sa maison de Londres et dans ses placards à Paris. Des Jordans en grande partie mais aussi des Huaraches. L'actuel directeur artistique de Dior Homme avait déjà signé plusieurs collaborations sous son nom avec Nike. Il était donc le meilleur placé pour convaincre le géant américain de s'associer à Dior pour une collaboration combinant au mieux ces deux marques à l'identité forte.

© Yannis Vlamos

La sortie de la future AIR DIOR - une édition limitée de la Air Jordan 1 High OG - coïncidera avec les 35 ans de la mythique Air Jordan, créée à l'origine pour le joueur de la NBA Michael Jordan en 1985. L'occasion aussi pour les nouveaux partenaires de célébrer le premier show de Dior Homme présenté aux Etats-Unis en marge de la célèbre foire d'art contemporain Art Basel Miami. Le modèle souligne à la fois l'attrait intemporel de la basket elle-même et le style de la maison Dior. "J'adore mélanger différents univers, différentes idées, détaille Kim Jones. Dior et la franchise Jordan sont tous deux emblématiques d'une excellence absolue dans leurs domaines respectifs. Les ressembler dans cette collaboration spéciale est à la fois très excitant et vraiment nouveau".

Fabriquées en Italie pour répondre aux standards du luxe, le modèle est constitué de cuir de veau identique à celui utilisé par Dior dans toute sa maroquinerie. La couleur choisie, un gris clair, est l'une des signatures de la maison depuis 1947. Il faudra attendre le mois d'avril 2020 pour pouvoir se procurer ces sneakers uniques en leur genre. Le prix officiel n'a pas encore été annoncé. Mais il se murmure en coulisses qu'il devrait tourner autour des 1750 euros. Alors que ces chaussures ne sont pas encore disponibles, les spéculations vont déjà bon train sur certains site de revente en ligne qui affichent un tarif "seconde main" allant de 20.000 à 100.000 dollars! Des prix justifiés par le fait que seulement 8500 paires seront produites. Et pas une de plus.

Sportswear et luxe font depuis plusieurs années bon ménage. Les sneakers affichent aujourd'hui les logos de marques aussi prestigieuses que Givenchy, Louis Vuitton ou Chanel. Mais rares étaient jusqu'ici les équipementiers sportifs à avoir accepté de s'associer à une marque "couture", réputée moins authentique aux yeux des collectionneurs. Pour les "sneakerheads", seuls les vrais acteurs du sport ont la légitimité pour créer les modèles collectors - qui souvent se retrouvent dès leur sortie sur des marchés parallèles où ils s'échangent à des prix exorbitants - fussent-ils plutôt destinés à battre le bitume qu'à dunker aux pieds d'un champion. Mais c'était sans compter sur le pouvoir de persuasion de Kim Jones dont l'expertise en matière de streetwear n'est plus à démontrer. Le Britannique avoue posséder lui-même entre 500 et 600 paires au total qu'il conserve dans sa maison de Londres et dans ses placards à Paris. Des Jordans en grande partie mais aussi des Huaraches. L'actuel directeur artistique de Dior Homme avait déjà signé plusieurs collaborations sous son nom avec Nike. Il était donc le meilleur placé pour convaincre le géant américain de s'associer à Dior pour une collaboration combinant au mieux ces deux marques à l'identité forte. La sortie de la future AIR DIOR - une édition limitée de la Air Jordan 1 High OG - coïncidera avec les 35 ans de la mythique Air Jordan, créée à l'origine pour le joueur de la NBA Michael Jordan en 1985. L'occasion aussi pour les nouveaux partenaires de célébrer le premier show de Dior Homme présenté aux Etats-Unis en marge de la célèbre foire d'art contemporain Art Basel Miami. Le modèle souligne à la fois l'attrait intemporel de la basket elle-même et le style de la maison Dior. "J'adore mélanger différents univers, différentes idées, détaille Kim Jones. Dior et la franchise Jordan sont tous deux emblématiques d'une excellence absolue dans leurs domaines respectifs. Les ressembler dans cette collaboration spéciale est à la fois très excitant et vraiment nouveau".Fabriquées en Italie pour répondre aux standards du luxe, le modèle est constitué de cuir de veau identique à celui utilisé par Dior dans toute sa maroquinerie. La couleur choisie, un gris clair, est l'une des signatures de la maison depuis 1947. Il faudra attendre le mois d'avril 2020 pour pouvoir se procurer ces sneakers uniques en leur genre. Le prix officiel n'a pas encore été annoncé. Mais il se murmure en coulisses qu'il devrait tourner autour des 1750 euros. Alors que ces chaussures ne sont pas encore disponibles, les spéculations vont déjà bon train sur certains site de revente en ligne qui affichent un tarif "seconde main" allant de 20.000 à 100.000 dollars! Des prix justifiés par le fait que seulement 8500 paires seront produites. Et pas une de plus.